Photo Rock  

AFTER CRYING

Festival CRESCENDO
Saint-Palais-sur-Mer
16 et 17 août 2001
(les images sont après le texte)
(pics after the text)

Je conservais un agréable souvenir de ce groupe hongrois lors de leur passage au festival de Sarlat où il avait fait bonne impression sur scène même si leur musique ne me branchait guère. Le choix des morceaux, les jeux de scène avec ce flûtiste planqué au fond de la salle mais tellement présent lorsqu'il jouait et la qualité des musiciens avaient contribué à la réussite de cette soirée.

Je m'attendais à une prestation équivalente voire meilleure pour ce festival. Et, rien à faire, la magie ne s'est pas opérée du moins à mon niveau (et pour d'autres aussi d'ailleurs). Plusieurs raisons à cela. D'une part, je n'ai jamais vraiment accroché àce mélange entre la musique classique parfaitement représentée lors de ce concert par la "sonata for violoncello and piano" (titre exact - superbe) qui n'aurait pas choqué à la salle Pleyel et le rock progressif ou non, rendant parfois des hommages plus qu'appuyés aux Anciens comme celui en l'honneur d'Emerson, Lake and Palmer, si proche de l'original que l'on ne savait plus s'il s'agissait d'une oeuvre personnelle ou d'une reprise ! Passé l'effet de surprise, le fait que la musique d'After Crying hésite constamment entre deux styles opposés sur de nombreux plans, peut surprendre et pas toujours en bien. A mon avis, la symbiose des genres ne fut pas convaincante et le concert de ce soir, par le choix des morceaux (entre autres) l'a prouvé. Par ailleurs, le côté trop parfait des musiciens sur scène- ils arrivent avec leur partition, la posent et la suivent comme lors d'un concert classique - me gêne, l'esprit des concerts de rock y perd un peu même si c'est au profit d'un son le plus juste possible.Tous ces constats m'ont conduit directement à la buvette (encore !) d'où l'on voyait le concert et qui présentait l'avantage, outre le pineau, de pouvoir discuter musique avec d'autres.

Heureusement pour la réussite du festival, tout le monde ne pensait pas comme moi, vieux ronchon que je suis, et une bonne partie du public fut séduite par ce groupeou plutôt cette association de musiciens de formation classique. Peut-être fasciné par la musique, il fut égalementtrès sensible au jeu des musiciens totalement pris dans leur tripet à leur virtuosité, chaque note avait sa place et cela s'entendait. Le parfait a par certains côtés, du bon...








f.loridant@free.fr