Retour à photorock.com

Contacts


AGNOSTIC FRONT

DO or DIE - HOODS


Roubaix,
La Cave aux Poètes, le 05 mai 2008

Amis de la culture, bonsoir. Du moins, je crois que c'est de la culture vu que la soirée se passe à la Cave aux Poètes. Un doute m'assaille. Dans cet endroit, des poètes j'en ai rarement vu. Pas d'ode chantante, pas de rose éclose à moins que ce ne soit dans le béton. On est dans de l'urbain, dans un l'abri dont la fonction peut être discutée. Est ce un abri contre la tf1-culture ? Ou sert-il à la protection du tissu urbain environnant. Sérieusement, je penche pour cette dernière solution car les rimes déclamées par DO or DIE, HOODS et AGNOSTIC FRONT tiennent plutôt de la poésie cataclysmique que de la symphonie pastorale. Mais bon, la première solution tient aussi la route.

Un seul coup d'oeil sur le parking permettait de s'en convaincre. Au lieu de voir des bobos s'excitant à l'idée d'un spectacle branchouille, de gros balaizes tatoués squattaient l'entrée de la cave. La soirée s'annonçait costaud et c'est en suivant le conseil de C. "soirée bouchons" que j'allais écouter la poésie de DO or DIE. Avant même que les premières bombes ne tombent, la chaleur était écrasante et ce ne sont pas les DO or DIE qui allaient rafraîchir l'atmosphère. Au contraire même si le public était plutôt attentif qu'exubérant. Néanmoins, les tee-shirts s'ornaient d'auréoles grandissant à vue d'oeil. DO or DIE ne fait pas dans le fitness spécial plage, les rimes sont puissantes et tiennent plutôt du tir de barrage que de la poésie pastorale de Chénier. Finis les paysages bucoliques, place au béton urbain et unreal tournament.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Do or DIE Do or DIE Do or DIE Do or DIE

La suite fut du même acabit. HOODS, des ricains emmenés par un gratteux balaize font dans un hardcore "old school" ou pour les vieux selon certaines mauvaises langues dont je tairai le nom (mais que l'on croise souvent dans le milieu du métal), bref, un truc tout aussi puissant que les DO or DIE et qui malgré le tumulte se laisse écouter sans problème et qui déclencha les premières danses de Saint Guy. Mais toujours pas de rimes quoique certains, des extérieurs, des observateurs lambda, pourraient se demander si ce ne sont pas les vers de HOODS qui sont à la source de cette agitation frénétique.

Cliquer sur l'image - click on the pic

HOODS HOODS HOODS HOODS

Mais tout cela n'était qu'un prélude au cyclone tropical qui répondait au doux nom d'AGNOSTIC FRONT. D'un coup, la densité dans la salle a connu des records et les danses de Saint Guy déclenchées par les vers d'HOODS n'étaient juste que le battement d'ailes de papillon déclenchant le chaos.Les grands Maîtres du hardcore malgré les multiples rebondissements et vicissitudes qu'ils ont connus en 25ans, tiennent toujours le haut du pavé même au fond d'une cave. Leurs titres repris en choeur par les tatoués dansants deviennent des slogans, les murs tremblent, la chaleur est de plus en plus écrasante, sur scène, il pleut de la sueur, les objo se couvrent de buée... Mais on tient bon soutenu par les AGNOSTIC FRONT qui se mêlent au public. La symbiose est complète, les tatouages se fondent entre eux, les échanges de sueurs sont constants, on partage les mêmes sons, les mêmes impressions, les mêmes odeurs. Amis de la poésie, vous pourrez dire "j'en étais" !

Cliquer sur l'image - click on the pic

AGNOSTIC FRONT AGNOSTIC FRONT AGNOSTIC FRONT AGNOSTIC FRONT




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008