Retour page principale


Marcq-en-Baroeul, le 21 juin 2001
Photos en bas de pages - pic at the end of the page

Quand Marcq-en-Baroeul rencontre le rock....
Pour ceux qui sont étrangers à cette ville située près de Lille, il faut savoir que Marcq-en-Baroeul fait partie de la banlieue très chic de Lille.
Et organiser un festival de rock dans le champ de courses peut paraître surprenant.
Pourtant, la ville de Marcq organise depuis des années des concerts de rock (comme Pendragon par exemple - leur live in Lille) et déjà l'année dernière, un festival en hommage à Rory Gallagher avait permis à de nombreux groupes de s'exprimer sur scène. On ne peut que se féliciter de ces très heureuses initiatives de la municipalité qui offre des spectacles de qualité et permettent à des publics forts différents de se côtoyer et d'échanger, le temps d'un concert.
Ce festival en l'honneur de Jean-Noël Coghe a été l'occasion de voir de nombreux groupes tournés vers le Rock and Roll et le blues. Se sont succédés : Roland, Willcox, Travis and the Virginians, Les Sunlight avec un guest star,
Animals et Ange.

Animals fut grandiose, Ange fut magique.
C'est la énième fois que je vois Ange, mais cette fois-ci, ce fut presque la perfection. Sur le plan technique, rien à redire. Le son était bon et les musiciens, très professionnel. Ils étaient également très présents sur cette vaste scène un peu rétrécie, au grand dam d'une partie des spectateurs par les claviers de Tristan. Comme à son habitude, Christian était à la hauteur mais cette fois ci ses gesticulades se fondaient bien dans le paysage, il était en harmonie, en communion avec la musique. Il la chantait, il la vivait, cela se voyait. A tel point, qu'il m'apparu exténué lors d'une sortie de scène pour laisser le chant ou champ libre à Tristan. Hassan et ses jeunes compères menaient ce concert tambour battant créant une atmosphère hard déjà décelée dans les concerts précédents (Sarlat par exemple). Sa façon de jouer à la Eddy Van Halen, insuffle aux morceaux, les anciens compris, un esprit nouveau, des sons qui vous chatouillent agréablement dans les oreilles. Vive ses riffs qui nouent les tripes. Lui répondant avec brio, Tristan parfois calme, parfois kangourou s'acharnant sur ses claviers, il soutient ou dépasse dans la puissance et la violence Hassan ou il tempère fort gentiment ses ardeurs..... Au chant, sa voix nous emmène dans les profondeurs de Notre Dame, là où seul Quasimodo osait aller...
Le bassiste et le batteur, toujours en retrait, occupaient eux aussi parfaitement leur espace. Ils collaient à la scène et à la musique se permettant même des incursions vers Hassan ou Tristan. Le tout sous l'oeil bienveillant du père. La set list par rapport aux concerts de 2000, a changé aussi. Elle se rapproche plus du concert de l'Olympia et les traditionnelles Captain Coeur de Miel, Réveille toi, Emile ou Hymne à la Vie ont été remplacées par des compos récentes. Mais l'Ange des seventies ou des eighties ne fut pas oublié avec des titres comme Godevin le Vilain, le dernier des humains.
Ce n'était plus un concert avec des musiciens jouant sur une scène, mais un thêatre où dansaient et chantaient des balladins.
Pour la petite histoire, le grand Jacques se glissa au milieu du spectacle et une Vue (magnifique) d'un Chien clôtura la soirée vers 03h00 du mat !

Pour la set-list, rendez vous en bas de la page


Du nouveau chez les Sunlights





Play list (donnée par Anneke sur la mailing list Angeweb): 1. Fou 2. Ethnies 3. Docteur Mann ? (b-side from 1974) 4. La serrure ou la clé 5. Le rêve est a rêver 6. Le ballon de Billy 7. Sur le trace des fées 8. Au-delà du délire 9. Ces gens-la 10. Les balladas ?( Tristan) 11. Le soir du diable 12. Quasimodo
avec en rappel
13. Là pour personne 14. Vu d'un chien