ASHTONES et SONS of CYRUS


La Malterie
Lille, le 15 février 2004




Les ASHTONES revendiquent par la racine même de son nom, leur appartenance à ce monde du rock and roll. Les STONES, les RAMONES, ça rime et, quand on tombe dedans petit, ça laisse des traces. Les ASHTONES revendiquent par la racine même de son nom, leur appartenance à ce monde du rock and roll...

Bien que basés sur des sources assez proches des ASHTONES, les SONS of CYRUS m'ont paru plus " aériens " que leurs aînés. Ils sont pétris, il est vrai, par toute une culture rock qui visiblement comprenait autre chose que la bande à Jagger...

Que dire de plus depuis le concert du 11 mai 2003 qui avait réuni dans le même lieu, les mêmes groupes ?

cliquer sur l'image - click on the pic



Et bien, plein de choses ! D'une part, vous aurez droit sans sortir un cent de plus, à la couleur, le prix d'entrée ayant suivi la déflation nationale (dixit Edouard Leclerc/pas dixit Francis Mer) et est passé de 6€ à 5€ et la Malterie s'est dotée de nouvelles ampoules. D'autre part, ASHTONES a changé de batteur, ce qui n'est pas rien dans ce genre de groupe survolté et l'heureux élu n'est autre qu'Olivier, le batteur des AMIANTES qui sous son air avenant cache un redoutable esprit frappeur. Enfin, les SONS of CYRUS ont très largement confirmé mes précédents propos avec un pointe de professionnalisme en plus.

cliquer sur l'image - click on the pic



Au chapitre des revers, il y eut l'absence d'un rappel pour les ASHTONES pourtant réclamé par tout le monde mais des problèmes de retours (ah technique quand tu nous tiens) et de laryngite réduisirent ces espoirs à néant. Mais surtout la surconsommation de soupe en Suède a fait frotté, non pas la crête du chanteur de SONS of CYRUS mais sa chevelure popisante. Ce dérapage capillaire nous amène comme le ferait Hard-Rock Mag ou Femme Actuelle, à nous demander si les punk-rockeux de SONS of CYRUS ne cultivent pas le paradoxe avec leur style seventies un peu rock californien aux chevelures mi-longues et bien gonflées (bassiste/guitariste et chanteur) ou à la hard rockeur teuton voire SCORPION pour le batteur. Néanmoins, même si un pote au look keupon prononcé ne les trouvait pas beaux :-), il admirait leur dextérité musicale, Tout est dit...ou presque. On pourrait éventuellement rajouter que ce concert fut une sorte de thé dansant pour rockeur, l'heure, 18h, correspondait parfaitement à la sortie de Vêpres, ne manquait que Jacques Martin. De plus, des micros étaient là pour immortaliser cette séance ; même si elle n'est pas retranscrite sur galette plastique, sûr, elle marquera durablement le rock à Lille. Un "Live in Malterie", quelle frime. Même un bootleg ferait date ! C'est bien dans ce type de manif hors normes, hors circuit Lille 2004, que la musique se fait, espérons en avoir bientôt une trace sonique, mes oreilles n'ayant gardé que les sifflements...

Frédéric Loridant
février 2004

Frédéric Loridant ©2004