JUP'SHORT - CO-TIZEURS - ASHTONES

Lille, L'Urban Chaos,

le 24 juillet 2004

Quel rapport entre l'Urban Chaos, le Sénégal, la cuisine et ASHTONES. Pour le premier et le dernier, l'un va comme un gant à l'autre et vice versa et voit jouer les ASHTONES sur la petite scène de l'Urban ce 24 juillet est un réel plaisir comblant la rareté des concerts dans la région lilloise ces temps ci. Tout le monde est en vacances et peut-être parti s'éclater au Sénégal avec une copine de cheval, mais ce n'est pas la bonne réponse. Plus simplement, l'Urban a été le centre d'un triple concert de soutien (les JUP SHORTCO-TISEURS et les ASHTONES) à un projet humanitaire consistant en l'installation de fours solaires au Sénégal. Ces fours libérent la femme sénégalaise de la longue corvée de recherche du combustible et surtout ils sont un moyen intelligent pour éviter une déforestation sauvage à des fins culinaires... 3€ l'entrée, ce n'est pas la ruine, c'est sans doute une goutte d'eau dans ce projet mais au moins l'idée est là et se propage et une participation keupons même "symbolique" en dit long sur leurs idées des autres et montre que ces projets d'aide au développement ne sont pas l'apanage des "biens pensants". Musicalement, on a fait dans le punk-punk, le punk-punk et le punk à la RAMONES.

Difficile de se repérer avec les JUP SHORT, tous les voyants sont au rouge, on frôle la catastrophe, c'est le concorde à Gonesse mais ça se laisse très facilement écouter et voir avec un lead vocal bien efficace à la voix et sur scène. Pour le bassiste, ce fut plus difficile, la bière ayant rompu quelques liaisons neuroniques... Le mot de la fin revient au graffeur des doubleUC de l'urban : les JUP SHORT sont des vrais punks. Difficile d'être plus juste...

cliquer sur l'image - click on the pic



Les CO-TISEURS font dans le même registre, d'ailleurs, il y a fusion entre eux via le sax des JUP SHORT qui se transforme en gratteux chez les CO-TISEURS. Avantage cependant aux seconds : une fille vient humaniser la bande de brutes qui gesticulent sur scène. Le graffeur fou des doubleUC aurait pu rajouter les CO-TISEURS sont punks aussi et n'envient rien au JUP SHORT. Ces punks puissance 2 font dans une tambouille sans doute relevée, épicée, plus difficile à descendre qu'une 33cc (d'autres auraient écrit laper), mais ça se mange sans problème à défaut de se faire déguster, la cuisson étant parfaite et pourtant les fours solaires ne sont absolument pas destinés à l'Urban.

cliquer sur l'image - click on the pic



Le plat de résistance et le dessert arrivent ensemble avec les ASHTONES. Ils n'étaient pas seuls, deux aliens fruits de l'imagination fantasmatique de créateurs ouverts vers d'autres mondes, les accompagnaient. Que dire des ASHTONES ? Plus en forme que jamais, ils ont encore donné un putain de concert dégoulinant d'énergie, nous claquent leurs refrains qui tuent dans la tronche sans que l'on puisse les éviter. Impossible de rester impassible. On commence par fredonner avant d'hurler pour tenter de couvrir Gérard. Cris illusoires, les ASHTONES sont les plus forts ! "ASHTONES m'a TUER", voilà ce que je vais aller graffiter aux doubleUC au dessus du maintenant célèbre "les JUP SHORT sont des vrais punks".

cliquer sur l'image - click on the pic




Frédéric Loridant
juillet 2004

Frédéric Loridant ©2004