ELECTRIC ORANGE - HARVEY BAINBRIDGE

le Spirit of 66, Verviers
le 18 novembre 2003

Une nouvelle fois, Francis, le Grand Prêtre du Temple du Rock, le Spirit of 66 a osé accueillir des adeptes des sonorités cosmiques en recevant ELECTRIC ORANGE et HARVEY BAINBRIDGE. Ce sacré personnage venu du plus profond de l'univers a partagé des années durant l'aventure notamment dans les folles aventures relatées dans la Chronicle of the Black Sword (à laquelle participa Michael Moorcock, l'écrivain de science-fiction/fantasy) et continue une carrière solo avec des Cds aux titres éloquents comme Interstellar Chaos.

Les accompagnant, les lighteux géniaux du Solar Fire Band, des ricains ne faisant que dans des Stranges Trips ; ils étaient venus enflammer le Spirit lors avec les Mr QUIMBY's BEARD, une autre planète de la galaxie HAWKWIND. Avec de tels acteurs, rien m'empêchait plus le Spirit à devenir le temps d'une soirée, une porte vers les étoiles où tout est possible.

Pour préparer l'environnement, pour y installer des atmosphères étranges, ELECTRIC ORANGE plongea la salle dans une féerie de couleurs créant des ambiances trés psychédéliques sur des morceaux totalement plongé dans un space rock à tendance électro qui a fait plus d'une fois planer le public dans des univers dont seule cette musique en est une clé. J'avais rencontré leur musique dans les bacs d'un disquaire d'occases et avait accroché à leurs ambiances électro plus douces que space. En quelques années, leur vaisseau a bien avancé dans la découverte des mondes inconnus et leur compos se font l'écho de ces voyages où générateur de bruits, synthé et guitares spatiales font bon ménage. Enfin, du space rock de qualité en live ! Enfin des rencontres avec un light show qui donne une dimension quasi intemporelle à une musique où la notion de temps devient secondaire, où les minutes s'oublient pour notre plus grand plaisir. Et pourtant, ce n'était que la préparation, que la mise en place des ingrédients nécessaire à l'alchimie ultime, celle nécessaire à la venue de Roswell et ses amis.


cliquer sur l'image - click on the pic



A peine le temps d'échanger deux mots avec Francis, trois quatre avec le staff qui appartient à l'équipage HAWKWIND dont Jim, le magicien des lights*, et des sons venus de nulle part envahissent le Spirit. Leur source vient sans aucun doute d'un sorte d'autel derrière lequel officie un Grand Prêtre vêtu de blanc et presque complétement caché. Puis tout à coup, la scène s'anime ; des galaxies apparaissent, des planêtes naissent puis s'envolent, des lumières folles jouent avec les notes, illuminent ou plongent la salle dans une ambiance presque propice au recueillement. Pendant ce temps, les sons sortant de l'autel s'emballent, une voix d'outre espace annoncent la rencontre. Des soucoupes apparaissent, des contacts se nouent et les premières créatures se devinent. Toutes timides d'abords, puis elles s'enhardissent envoyant les plus inquiétantes en avant-garde. HARVEY BAINBRIDGE entre en transe, devient presque diaphane dans les explosions blanches qui l'entourent. Ange ou démon ? Alien ? Impossible à ce moment de répondre, on est figé face à cette débauche de musique et de lumière, face à des Roswell 2D qui pourtant s'animent et deviennent presque vivants, palpables... C'est le final de Rencontres du 3ème Type, la musique basique en moins et le côté gnangnan d'Hollywood en moins. La rencontre a lieu. Même le sympathique alien rouge de Mr QUIMBY's BEARD fait partie de la fête ! On a l'impression d'appartenir à une vaste famille colorée et infinie.

cliquer sur l'image - click on the pic



Commencée à 20h30, la magie ne s'estompe qu'aux alentours de 23h30. Aprés un ultime retour, le voyage interstellaire au milieu des supernovas à cheval sur la queue des comètes lancées par HARVEY BAINBRIDGE, s'achève. Le space opéra et les multiples rencontres avec des êtres bienveillants devenus le temps d'une soirée presque réels s'évanouit soudain nous laissant dans le dure réalité terrienne.

* L'autre est Scott, des copains de Oomawolf du groupe DRUMPLAY<:b> (des habitués du Spirit d'ailleurs dont a été tiré un excellent live). Comme l'univers est petit !!!!

Frédéric Loridant
novembre 2003

Frédéric Loridant ©2003