Retour à photorock.com

Contacts


BAM [dtg] - RODEO SUPERSTARS Inc.
D6B SWITCH - BEET and BEER COMPAGNIE


Ste Catherine-les-Arras,
La Taverne des Saules, le 15 février 2008

Je l'ai maudit mon portable ! Quelle idée de dire à Roz, dit Gypsie mais Marie d'origine que je ne pouvais pas faute de bagnole aller à Ste Catherine-les-Arras les voir. Les filles, ça trouve toujours des solutions et me voilà dans le beau camion tout neuf de Laurent*, le batteur des TOXIC WASTE, m'emmenant avec les BAM [dtg] à la Taverne des Saules dans le 6-2... avec une plombe de retard et peut-être une varicelle vu qu'il y avait de la contagion dans l'air. Et qui retard sous entend que le groupe va jouer en dernier... Et comme il y en avait trois autres... Les BEET AND BEER COMPAGNIE, les D6B SWITCHS et les RODEO SUPERSTARS Inc. La soirée s'annonçait longue au milieu des habitués vissés au zinc tutant des boissons improbables aux degrés garantis. Et en plus j'avais la dalle !
* : pas tout à fait, une "investisseur" a aussi participé à ce plan rock and roll. Bientôt un bus ?

Venu avec les BAM [dtg], j'ai eu droit au sandwich jambon-frites. Enfin un peu de plaisir dans une ambiance LED ZEPPELIN / BLACK SABBATH distillée par le taulier. Sur scène, les BEET AND BEER COMPAGNIE se préparent. Du bar sort un beuglement, "Allez les BEET ! c'ta vous", à la source, le patron armé d'un micro. Les riffs fusent et les BEET AND BEER COMPAGNIE attaquent. Ils sont trois, jeunes et plein de fougue avec une préférence pour UNSEEN ce qui ne gâche rien. C'est un peu répétitif mais on se surprend à rester tout le temps du set.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BEET and BEER COMPAGNIE BEET and BEER COMPAGNIE BEET and BEER COMPAGNIE BEET and BEER COMPAGNIE

La suite monte d'un cran. Je faisais dans le connu sans le savoir ! Les D6B SWITCH sont bâtis sur les deux frères qui forment également la base de SPUNY BOY and The SWITCHERS (cf la semaine dernière), les rockabilly de Somain. Pas de retour dans les 60s ce soir mais du rock and roll punk solidement fondé sur des reprises des STOOGES, DEAD KENNEDY et autres activistes soniques en nous lâchant quand même 3/4 compos persos qui se fondent très bien au milieu de tous ces skeuds. Avec les D6B SWITCH, on a la rock and roll attitude qui se marie fort bien avec un technique plus qu'acceptable mais dommage que certaines reprises manquaient un peu d'âme. Et on n'a pas fini de les revoirs les fréros de Somain, en taillant une bavette pendant qu'au bar les vissés sur l'zinc suçaient même les glaçons, ils ont encore trois groupes sous la main !

Cliquer sur l'image - click on the pic

D6B SWITCH D6B SWITCH D6B SWITCH D6B SWITCH

Les choses sérieuses se sont fait attendre. Les RODEO SUPERSTARS Inc. en superstars ont passé un temps fou au maquillage forçant le ravitaillement en bibine mais offrant au patron l'occasion de gueuler dans son micro "RODEO, RODEO, RODEO...". Ils ont fini par arriver ces fruits douteux d'une copulation virtuelle entre MARILYN MANSON et NIRVANA. C'est la troisième fois que je les croise ces cow boys. La première avait le goût des premières chaotiques, la seconde se voulait fêter noël avec dignité et la troisième fut.... sexy-trash 6-2. Le groupe et surtout sa zique a encore gagné en maturité. Le Fred666 en fait un max, délaissant sa guitare pour un jeu de scène provocant tandis qu'un peu délaissée visuellement, l'arrière cartonne avec un batteur qui emmène grave (remarque qui n'enlève absolument rien aux trois autres). Provocateur le Fred ! On le connaît harponnant le public mais de là à le voir entraver par son jeans comme un bagnard d'Alcatraz par ses chaînes tout ça à cause d'un bouton qui se fait la malle pour finit à poil, déshabillé par une fille. Le ton sexy du show était donné mais un côté sexy alternatif, le Fred préférant simuler une fellation de micro (je précise) que de regarder sous la jupe d'une jolie marseillaise ! Tout ça n'était possible qu'avec de solides morceaux et les RODEO SUPERSTARS Inc. sur ce plan ont assuré. Quelle évolution depuis leur premier concert, l'assurance et les idées sont bien là. Pour preuve, le taulier grimé comme un RODEO ne se gênait pas pour accompagner au micro un Fred hurlant !

Cliquer sur l'image - click on the pic

RODEO SUPERSTARS Inc. RODEO SUPERSTARS Inc. RODEO SUPERSTARS Inc. RODEO SUPERSTARS Inc.

Voilà enfin les BAM [dtg], les stars punk de la soirée. Changement de batterie, la Julie ne voulant avec raison que de jouer sur sa bête. L'ambiance était chaude, la pompe à bière coulait en continu, la température avait gagné un paquet de degrés et ça sentait le fennec mort depuis quelque temps ! BAM attaque enfin. Ils sont toujours quatre et dès le premier morceau, on se bouscule devant. La soirée dansante est enfin partie ! Des danses certes mais des danses du 6-2 où pogos riment avec prise de tête pour parer des coups pas toujours involontaire. Et comme le nouveau gratteux aime les frottements, il a pris plaisir à occuper une partie laissée aux pogoteurs... Sur scène, les soeurs Dossini montraient des dents. Des fans passés directement de Charles Trénet au punk, n'en pouvaient plus tentant par tous les moyens de toucher leurs idoles... La cause de ce tumulte ? L'alcool, sans doute mais surtout des BAM [dtg] en pleine forme avec des skeuds dont certains n'ont pas à pâlir devant les plus grands (comme les DISTILLERS repris en rappel). A quant à une mise en boîte du nouveau BAM ? L'arrivée de Seb, guitariste foldingue donne ce plus qui ouvre à de nouveaux arrangements, plus sûr et plus efficaces. Derrière Seb qui s'occupait de mater les pogoteurs trop violents, le trio ne se reposait pas sur le guitariste téméraire ; la Roz hargneuses claquait ses riffs et hurlait soit dans le micro soit sur un Charles Trénet trop St Thomas pour être honnête, la Julie matait sa Grestsch en surveillant ses arrières et le Néric, parti dans dans ses plans d'enfer, vivait une musique capable d'éveiller des trucs en vous. BAM [dtg] est monté d'un ton ! Les arrières salles de cafés vont vite devenir trop petites. Et la suite à cette soirée ? D'un BAM [dtg] qui ne s'arrêta qu'au bout de 3 rappels à la reprise de la route, il s'en passa encore... Les vissés du zinc (pas tant que cela d'ailleurs, vu qu'ils ont suivi presque intégralement le set de BAM sauf pauses ravitaillement) plongèrent dans la chanson festive, Il est des nôtrrrreeeesss... tandis que les groupes attendaient leur cachet... 25 euros ! The dark side of Rock and Roll ! Et en plus il consomme le camion du roadie ! Mais quelle soirée !

Cliquer sur l'image - click on the pic

BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg]




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008