Retour à photorock.com

Contacts


RODEO MASSACRE - BIKINI MACHINE - CHAMPION

Tourcoing,
Le Grand Mix, le 03 février 2007


L'angoisse de la page blanche ou plutôt de l'écran blanc. Rien ne sort d'openoffice. A quand des ordi qui feront tout tout seul ? Bref, je suis en panne et pourtant je ne le devrais pas. L'affiche du Grand Mix ce samedi soir ne manquait pas d'attirer. Un peu atypique, pleine de groove d'après le programme, elle mélangeait l'électronique et le plus traditionnel, les sonorités technoïdes aux plans surf and soul en passant par des trucs plus rock and roll. Le tout était de savoir comment allait prendre le cocktail et qui allait le boire. Les ingrédients répondaient aux doux noms de BIKINI MACHINE, RODEO MASSACRE et CHAMPION. Alors bloody mary, petit grégory ou punch à deux balles.

Les amateurs n'étaient pas venus en nombre, le Grand Mix n'était que moyennement rempli et très vite, loi antitabac dans les lieux publics, les chiottes étaient bondés comme au bon vieux temps du lycée. Les habitudes ne se perdent pas. Donc pas trop de fumeurs dans la salle mais une scène en plein brouillard, va savoir pourquoi... Pas cool pour les photos, ça va granuler sec. Un Dj fait passer le temps avant le premier concert, le bar est accessible mais peu de têtes connues dans le public un peu bobo. Le rodéo commence enfin. RODEO MASSACRE vient de suède et non de l'Arizona, est composé d'une blonde, archétype de la suédoise de catalogue et de trois jeunes musiciens qui font dans un rock à la teutonne ou plutôt à la saxonne, genre qui connaît un succès fou outre-Rhin. On prend une base un peu rock, voire hard rock et on l'agrémente à toutes les sauces allant du punk à la soul sans que ce soit réellement convainquant à mon avis. C'était même un peu mou, un bon truc pour l'eurovision mais gare aux WAMPAS. Quant au morceau un peu soul rock à la BELLRAYS mais sans eux, la belle blonde manquait singulièrement de coffre mais à sa décharge, notre cow-girl suédoise n'a pas la même taille de bikini que Lisa Kekaula...

Cliquer sur l'image - click on the pic

RODEO MASSACRE RODEO MASSACRE RODEO MASSACRE RODEO MASSACRE RODEO MASSACRE

Et cette figure de style pour envoyer les BIKINI MACHINE et leur surf-rock and roll-soul-dance et tout ce qui fait bouger le cul. Ici le cocktail passe sans problème, les chiottes se sont d'ailleurs vidés et les rennais même si leur déviance dans certains titres peut sembler trop "dance" aux puristes, ont tout bonnement cartonnés, certains se retrouvant des âmes de danseurs hors pair. Un bon cocktail, un bon moment, une musique à l'image que l'on peut se faire d'un bikini bien seyant.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BIKINI MACHINE BIKINI MACHINE BIKINI MACHINE BIKINI MACHINE BIKINI MACHINE

Certains ont profité du changement de matos pour se barrer, se disant que ça allait être difficile de faire mieux ce soir. Certes mais CHAMPION m'intriguait. Personne ne savait trop ce que c'était. On me parlait d'un mec tout seul, un multi-instrumentiste. La longue mise en place a permis de voir qu'il en était rien. Au fond, cinq ampli de gratte, un pour la basse et les quatre autres pour quatre telecaster ! Ils ont du avoir un prix de gros... Sur le côté, des machines et au centre un micro. Les musiciens prennent place, CHAMPION est sur la ligne de départ, se lance. L'homme aux machines dirige tout son petit monde à force de grands gestes comme un Casadesus dans des rythmes très dance sur lesquels les telecaster viennent jouer. Mais tout est réglé au poil, pas d'écart. On reste bien aligné en suivant du regard le maître. C'est bien fait et assez agréable. La salle se met à bouger d'elle même, dommage que la spontanéité soit absente. Après deux ou trois morceaux, le micro resté tout seul au milieu trouva l'âme soeur en la personne d'une chanteuse. A partir de là, l'intérêt s'en est trouvé fortement accru. Quelqu'un animait la scène... Il y a quelque chose à voir et le résultat est pas mal tout en restant tout de même dans un registre assez convenu renforcé par l'apparent immobilisme de l'ensemble ; la vie de la scène restant uniquement concentrée en la personne de la chanteuse. Mais, la fête s'était installée, la chaleur montait mais pas de fille en bikini dans la salle, un bloody mary était nécessaire.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CHAMPION CHAMPION CHAMPION CHAMPION CHAMPION


Frédéric Loridant / Photorock.com 2007