Retour � Photorock
Retour / Back


et
The DOMESTICS

au

Lille, les 12 & 19 mars 2003.

Invité par Vince de RockAlame, LOTUS semblait à l'étroit sur la petite scène du Biplan. L'espace vital était occupé au maximum, les places dans la salle aussi. Deux guitares, une basse, une batterie cachée dans un coin et un grand pantin souvent désarticulé, s'entassaient tant bien que mal sur l'alcôve et une dure lumière orange complétait le tableau. Peu de place pour d'éventuels jeux de scène donc. Et pourtant… LOTUS fait dans un rock français frisant parfois avec la chanson française à tendance pop. Mais aussi dans un rock français dérapant franchement dans des morceaux musclés à tendance punk où LOTUS s'épanoui pleinement pour le plus grand plaisir des yeux et surtout des oreilles. L'espace musical à l'image de l'espace physique était également très bien rempli. Un peu réservé sur les traditionnelles chansons rock-pop-françaises bien de chez nous, je ne pu m'empêcher d'admirer la puissance et l'énergie aussi bien physique que sonique de certaines compos qui animaient le concert. Dessus, le chanteur approchait l'expression corporelle, emballant les minettes du premier rang, s'affalant sur elles pour leur plus rand plaisir j'espère. Derrière, le guitariste solo maudissait sans doute son mètre carré d'espace vital, l'empêchant de s'exprimer pleinement, physiquement j'entends car musicalement, il était visible qu'il prenait son pied à caresser et à pincer les cordes de sa guitare. A l'opposé, un bassiste non statique tentait parfois d'empiéter sur le territoire d'un autre guitariste relégué comme les mauvais élèves au fond. Il n'était pas tout seul, dans un coin, comme puni, le batteur passait sa rage de cette injustice sur ses fûts. Et au centre, le grand escogriffe déhanché et déglingué, aspirait à vivre sa musique et ses paroles. Tout un programme, ses ambitions, sexuelles entre autres étant affirmées avec force.

En final, une gratte sèche caressée par le chanteur se transforma en une ballade qui sans que je sache pourquoi, m'a rappelé Ode à Emile d'ANGE. On reste dans le rock français mais pas n'importe lequel.

cliquer sur l'image - click on the pic






Huit jours après, retour au Biplan pour un jeune groupe lillois élevé aux PIXIES.... C'est le petit monde de la pub qui s'était donné rendez vous pour voir les DOMESTICS se faire croquer par le crayon d'Aurore au petit matin…. Pour le petit matin, c'est raté, c'est Bush le gland nabot de service, qui en guise d'aurore, a joué avec ses tomahawks, j'attends les Al-Samoud....

La salle était bien remplie pour un premier concert. La formation, un trio, basse, guitare, batterie et trois micros, s'inscrit dans la continuité des PIXIES voire des CURE pour les lignes de basse et d'autres oubliés du monde perdu de la New Wave des 90's. Mais curieusement, les reprises des PIXIES offertes en pâture à un public qui les attendaient et en redemandaient, m'ont paru fades et mal venues dans ce concert où les compos personnelles mêmes parfois fortement empreintes de ce son nineties, flirtent sans vergogne avec le punk. Mais pas un punk tendance destroy ou ska-festif comme cela devient trop souvent de règle actuellement, mais un punk rock tendance rock. Et c'est là que réside la force des DOMESTICS. Dès qu'ils s'affranchissent du carcan d'une New Wave trop souvent entendue, trop FM aseptisée, leur musique s'envole, se croque avec délice (se dessine aussi) et offre aux musiciens des espaces de libertés seulement limités par le chant. En effet, trois musiciens, trois chanteurs compliquent terriblement les choses. Non pas qu'ils chantent faux, mais jouer et chanter en même temps les empêchent de s'exprimer pleinement et freinent leur dérapages punks, style dans lequel ils excellent. Emmenés par un bon batteur nerveux qui frappe fort ses toms, le bassiste n'hésite pas à répondre à coup de scuds faisant mouche tandis que le guitariste colore l'ensemble par des solos ou des riffs qui sans être toujours originaux, sont d'une redoutable efficacité. Un chanteur ou mieux, une chanteuse, apporterait beaucoup en y ajoutant le soupçon de rage qui manque parfois. Et libèrerait sans nul doute les DOMESTICS de leur maîtresse, cette New Wave dont les limites créatrices ont été trop souvent mis en évidence et surtout ont vieilli au point de bientôt faire partie de l'archéologie du passé récent. Que reste t-il des 90's ?

cliquer sur l'image - click on the pic







Frédéric Loridant
mars 2003
fred@photorock.com
Frédéric Loridant ©2003