BLACK BOMB Ä

La Ferme d'en Haut,

Villeneuve d'Ascq, le 22 janvier 2005


Jean-Pierre Raffarin s'est inspiré le jeudi 20 janvier d'un titre de LORIE, une des chanteuses préférées des jeunes, pour recommander aux Français d'adopter la "positive attitude"*. Et bien le 22 janvier, le lendemain de cette journée de deuil qu'est le 21 janvier, un paquet de jeunes a adopté à l'arrache la positive attitude clamée par les BLACK BOMB Ä qui renvoient la LORIE à ses barbies (c'est délicieux avec une sauce salade d'après les bunnies) et Raffarin à son Poitou.

Ces retrouvailles avec l'attitude positive commencèrent par un retour à la nature, à la Ferme d'en Haut à Villeneuve d'Ascq. Mais en guise d'étable à baudets (du Poitou), nous voilà plongé dans une sorte de bunker plus proche de ceux de la ligne Maginot que de la traditionnelle ferme à cour carré. Premiers indices du retour de l'attitude positive : le bar qui est bondé, la pompe à bière qui rougit et une salle remplie à ras bord comme les bières face à un jeune groupe dont j'ai oublié le nom qui s'escrimait à jouer un death-trash métal cherchant son originalité dans l'emploi de flûte et violon. On gesticule déjà face à la scène, certains se préparent, se chauffent pour les BLACK BOMB Ä qui restent dans l'ombre. Une forte odeur commence à monter, pas encore celle du BLACK BOMB Ä, plutôt un musc proche de l'odeur des fauves nous rappelle que l'on est dans une ferme. Passons outre, adoptons la positive attitude et campons nous solidement sur les jambes, la tempête approche.

cliquer sur l'image - click on pic









Le sextet arriva en grande pompe sur scène. Ou plutôt, c'est Hervé le batteur qui se colla pour l'ouverture, planqué derrière sa batterie d'où surgirent des lights bien jaunes perçant difficilement la fumée. Les BLACK BOMB Ä attaquèrent dans le brouillard. Ne croyez pas que la machine à fumée s'en donnait à c½ur joie, c'est seulement le "plus" de l'architecte qui a sans doute oublié qu'une salle de concert se ventile... Des ombres s'agitaient dans la fumée stagnante avant l'explosion qui voit le règne du brutal s'installer. La zique, les lights, les pogos, tout est devenu hardcore. Même pas de préchauffage, les kids se lançaient à fond. Filles et garçons s'entrechoquaient dans une étroite mêlée. Sur scène, les deux chanteurs se déchaînaient : un pour les aigus, un pour les basses. Au fond, le batteur monstrueux dirigeait tout son monde en leur offrant un vrai matelas confortable facilitant l'adoption toutes les positions (musicales bien sûr) possibles, la voilà la "positive attitude". Les deux gratteux et le nouveau bassiste qui a du naître avec du BLACK BOMB Ä aux oreilles car son intégration est parfaite, en profite. La partie s'avéra rude pour les fixer sur le capteur du Canon. Devant, sur la scène, tout remuait dans tous les sens. Je devenais girouette ou mitrailleur sur un bombardier en pleine bataille shootant dans tous les sens, balayant de gauche à droite et de bas en haut tout en surveillant mes arrières où des aficionados devenus fous s'explosaient joyeusement m'éclatant le dos au passage. Le bunker d'en Haut est devenu chaos, tumulte. Les lights hachaient l'espace comme des bouchers découpent les bovins à l'abattoir. Mais en guise de bovins, c'était nous ! On en prenait plein la tronche soniquement, visuellement et corporellement... Et cela ne semblait pas s'arrêter. L'énergie arrivait en continu. La sueur s'évacuait par litres rendant les visages brillants, renforçant les odeurs de fauves devenues aussi denses que la fumée. Les BLACK BOMB Ä peuvent se vanter d'avoir réussi de fédérer garçons et filles, kids à peine sortis de l'adolescence dans un voyage musical qui ne laisse pas indemne. Pour sûr, ce n'est pas LORIE et Raff qui leur donnent envie d'adopter la "positive attitude" institutionnelle ; cette génération hardcore sans doute nourrie à la fade confiture PLEYMO ou aux insipides LINKIN PARK sait choisir sa propre "positive attitude" et ce n'est pas pour rien qu'ils vibrent au son des BLACK BOMB Ä.







* : "Positive attitude" d'autant plus facile à adopter quand on sait que LORIE a gagné 1 million 850 000¤ en 2004 !

Janvier 2005

Frédéric Loridant 2005