Retour à photorock.com

Contacts


BLACK BOMB A - NO FLAG


Tourcoing,

le Grand Mix, le 10 mars 2007

Après l'escapade dunkerquoise de la veille, sortie qui soit dit au passage, ne pouvait que laisser de bons souvenirs, rien de tel que de la kids music pour se refaire des oreilles et heureux hasard du calendrier, BLACK BOMB A et NO FLAG avaient eu la bonne idée de venir planter leurs étendards au Grand Mix. Il était un peu présomptueux de venir s'y retaper les esgourdes, ces deux groupes formés de membres tutant du très lourd dès le biberon, n'allaient pas faire dans la brit pop à teneur garantie en bromure. Ils brandissent très haut les drapeaux du hardcore, un truc qui ne pouvait que donner la trique aux kids venus en nombre se frotter aux décibels. Preuve en était l'odeur bien chargée de phéromones qui flottait dans la salle.

On se presse sur les crash barrières. Filles et garçons étroitement entremêlés attendant patiemment que la fête commence. Tout s'éteint, on s'agitait sur scène, la salle grondait et un Mick, seul personnage éclairé, bouteille de genièvre et gobelets à la main en offrant à ceux qui avaient les plus longs bras. C'était médical, uniquement destiné à des gargarismes pour assouplir des cordes vocales qui furent furieusement sollicitées de part et d'autres des barrières, quelques instants plus tard. Cette délicate attention ne doit pas cacher que NO FLAG ne fait pas dans le sveltesse. On est plutôt dans le lourd et le viril. NO FLAG frappe, riffe (sic) à n'en plus finir avec des chutes souvent brutales qui surprennent tout le monde. Loin d'être assommé par ses compères sans foi ni loi, Mick le chanteur était agité de soubresauts, s'arrêtant parfois brusquement et fixant le public avec des yeux de fou avant de repartir en hurlant sur des rythmes dignes d'une fête Klingon bien avancée. De quoi faire fuir les adultes responsables, il faut bien que jeunesse se passe ! Mais elle peut en mettre du temps vu que le Mick, le Gus, l'Olivier, le Laurent et le Loic ne sont plus des adeptes du clérasyl depuis longtemps déjà. Enfin pour ceux qui ont été traîner du côte de myspace/noflag, vous avez enfin leur petit nom au détriment de la marque déposée "NO FLAG" quatre fois citée ici au lieu de sept.

Cliquer sur l'image - click on the pic

NO FLAG NO FLAG NO FLAG NO FLAG NO FLAG

Que dire de BLACK BOMB A. Que ce fut une tuerie ? Facile à deviner vu le nombre de kids excités venus expressément pour le groupe. Que leur nouvel album est déjà connu de tous ? Que l'on se pressait à faire des slams ou à se frotter à Poun quand il plongeait dans le public ? A moins que ce ne soit pour faire le Mel Gibson dans le braveheart afin d'épater les copines. Ça peut marcher avec du BLACK BOMB A mais gare aux épaules déboîtées... Où encore faire croire à ses vieux que l'on a chanté un cantique à Marie... sans leur dire qu'ici la Marie a un y au cul au lieu d'un ie. Au final, rares étaient ceux qui étaient là pour écouter. Il y avait bien quelques no kids bien planqués contre le bar une bière à la main mais bon, peut-on écouter du BLACK BOMB A dans cette ambiance survoltée ? Non, impossible ! On n'écoute pas du BLACK BOMB A, on vit BLACK BOMB A ! Et ce concert en fut une preuve sonore et visuelle éclatante.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BLACK BOMB A BLACK BOMB A BLACK BOMB A BLACK BOMB A BLACK BOMB A




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007