Retour à photorock.com

Contacts


BOOGIE BALAGAN - STINCKY LOU and the GOON MAT

BLACK DIAMOND HEAVIES


Wattrelos,
la Boîte à Musiques, le 27 février 2009

La soirée de l'année disait le mail ! Bon il venait d'un Schnapps enthousiaste. On ne peut pas rater ça. Pourtant elle commence par la recherche d'un limonadier, élément indispensable à la soirée ! En piste, BOOGIE BALAGAN, STINCKY LOU and the GOON MAT et les mystérieux BLACK DIAMOND HEAVIES. Je ne sais pas si la soirée de l'année annonçait un bar sec comme le gosier d'un assoiffé au milieu du troisième concert ou si on avait assisté au concert de l'année. En tout cas, le niveau des zicos était inversement proportionnel à celui des cannettes.

Les BOOGIE BALAGAN ont attiré du monde dans la salle. Leur rock/raï aux belles ambiances et aux solos très prog plaît et on se dandinait bien volontiers. Certaines bougeaient plus. Des groupies ? En tout cas, elle ont terminé sur la scène pour un bien long morceau peuplé de djins... Après ce morceau de choix, je m'en suis allé participer à l'assèchement du bar. Un saut rapide mais une fois remonté, c'était fini !

Cliquer sur l'image - click on the pic

BOOGIE BALAGAN BOOGIE BALAGAN BOOGIE BALAGAN BOOGIE BALAGAN

La pénombre, la chaleur, moins les odeurs, invitaient à retourner. Sur scène, un voyage dans le temps et dans l'espace. Un retour aux racines du blues dans le plus infâme des bouibouis du fin fond des bayous. Les STINCKY LOU and the GOON MAT n'ont pas besoin de grand chose, une contre-bassine, un harmonica, une batterie d'orchestre de cirque et une grattte venue du fond des âges. C'est un groupe digne de participer à la Fête de la Vache d'Atomik Circus et d'emballer la Vanessa tout en explosant les martiens. Bref, les STINCKY LOU and the GOON MAT pressent un jus qui prend aux tripes et qui fait bien par où il passe.

Cliquer sur l'image - click on the pic

STINCKY LOU and the GOON MAT STINCKY LOU and the GOON MAT STINCKY LOU and the GOON MAT STINCKY LOU and the GOON MAT


Voilà les BLACK DIAMOND HEAVIES, un duo réunissant un clavier et un batteur. Ça commence fort. C'est noir par la voix, diamant par l'éclat et bien dense. Le clavier qui chante aussi est un blanc à la voix noire, puissante à souhait et ses doigts s'éclatent sur sur claviers seventies tandis que le batteur s'éclate. Au bout de cinq, six morceaux, j'hésitais, ne manquerait-il pas un instrument ? Le temps d'un pipi et mon hésitation a disparu. Les entendre reprendre un AC/DC et croire qu'Angus Young s'énervait sur scène ne laisse plus de place au doute. Un savant mélange de blues, de soul et de rock and roll ultra vitaminé craché par un clavier bien crade et une batterie folle, forcément ça laisse des traces. Et plus de bibine pour les effacer.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BLACK DIAMOND HEAVIES BLACK DIAMOND HEAVIES BLACK DIAMOND HEAVIES BLACK DIAMOND HEAVIES



Frédéric Loridant / Photorock.com 2009