Retour à photorock.com

Contacts


BLURT - ASSEZ DEÇUS

Lille,
La Malterie, le 6 février 2007

Un nom hantait les caves et le monde de la musique lillois depuis quelques temps, BLURT... Un cinglé, un décalé du sax chantait la rumeur, un groupe à voir insistait-elle. Un survivant du début des années 80 qui à l'image d'un Jos des BOLLOCK's BROTHERS qui hante toujours les planches pour une poignée de passionnés. Et les bruits de couloirs menaient tous à la Malterie, un certain 6 février à 21 heures où les trois BLURT précédés par ASSEZ DEÇUS, avaient posé leurs baskets et décidé de boire de la Jupiler.

En antipasti, ASSEZ DEÇUS s'aventura dans des contrées où les sons se bousculent ou s'acoquine sans ordre apparent. Du free pur, du bruitisme et seul un bruit de masse semblait signaler le passage d'un morceau à l'autre. Pas évident de tout saisir, de se laisser aller dans leurs variations soniques qui répondent peut-être à une logique ou une architecture quelque peu mystérieuse. Entre les sifflets, pipeaux, boîtes de conserve agressées à coup de chaîne ou des cuivres atomisés, à un moment, j'ai cru me retrouver dans un port par temps de brouillard entre dockers et portes-containers. Pourquoi pas ?

Cliquer sur l'image - click on the pic

ASSEZ DEÇUS ASSEZ DEÇUS ASSEZ DEÇUS ASSEZ DEÇUS ASSEZ DEÇUS

Dans l'univers de la musique, il y a les planètes bien établies avec leurs règles et leurs limites. S'échappant à leur attraction, se moquant de la gravitation universelle, des comètes, des météores et des astéroïdes viennent animer le ciel rompant la monotonie des mille fois entendus. BLURT appartient à ces objets célestes qui marquent le zénith. Pas besoin d'être cinquante pour naviguer dans l'espace sonique. BLURT se suffit à trois : un batteur, un guitariste et un saxo-chanteur. Des rythmes hypnotiques et obsédants avec lesquels la guitares joue constamment, servent de piste d'envol pour les délires vocaux et ceux du sax aussi déjanté que celui de John Lurie des LOUNGE LIZARDS. Souvent qualifié de post-punk, de précurseur de la cold wave, BLURT ne s'enferme pas dans un genre même si au gré des morceaux on reconnaît ici et là des ambiances que les premiers CURE ou Joy DIVISION par exemple, n'ont pas hésité à visiter. Personnellement, dans la narration poétique entrecoupée de sax fous, j'y retrouve du LEGENDARY PINK DOTS ou Nick TURNER dans le délire sonique du sax, voire même du GONG dans le débit particulier de la voix. Mais les comparaisons ne vont pas beaucoup plus loin en dehors du fait que ce sont des groupes qui poussent leurs expériences musicales très loin, la musique devenant même l'expression même de leurs êtres. Ce fut un grand moment, un truc qui tout en dérangeant constamment, vous scotche sur place. Résultat, en sortant, impossible de repartir sans une galette. Il y en avait deux, une jaune et et une verte et je n'avais que 10 euros en tout et pour tout. Au pif, j'ai pris la verte. Et la prochaine fois j'aurais 20 euros car le jaune me manque déjà.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BLURT BLURT BLURT BLURT BLURT


Frédéric Loridant / Photorock.com 2007