BLUTT - SHEETAH et les WEISSMÜLLER


La Malterie
Lille, le 31 janvier 2004


BLUTT und Ihre ! Cette triste citation figurait sur les couteaux de parade des jeunesses hitlériennes ! Balayons tous cela d'un revers de manche (de gratte) même si ce danger est toujours d'actualité et pèse sur nos têtes comme la gueule de bois après des excès de Chimay, la différence est qu'une gueule de bois est supportable. Place à BLUTT, � SHEETAH et les WEISSMÜLLER sans oublier surtout trois charmantes bunnies pour la grande parade.

La Malterie est bien remplie, le message est passé dans le microcosme du rock lillois, ce c'est du rock and roll, du vrai. On y croisait bon nombre de vedettes locales, des membres des DOMESTICS, des ZEUDISCOMOBILE, de VEDETT et même de BARBIROOZA en la personne d'une des bunnies. La sono crachote des vieux 45 tours avant l'entrée en fanfare des BLUTT, groupe de panam, annoncés en grande pompe par trois bunnies virevoltantes et aguichantes. Ourrppss !

BLUTT, quatuor classique, BGBG, tape dans un rock aux multiples influences comme les CLASH dont ils nous ont gratifié d'une reprise, qui sonne d'emblée bien aux oreilles. Pas besoin de réflexions profondes pour tenter de comprendre leur musique, il suffit de se laisser emmener par les accords et de se laisser flotter sur les solos qui frappent juste. Ajoutez une bonne section rythmique avec un batteur qui frappe fort et plus rien n'empèche votre corps libéré des ordres venant des restes de votre cerveau, de se laisser aller, ne répondant plus qu'aux apports de l'énergie venant de la scène.

cliquer sur l'image - click on the pic



Après des rappels plus ou moins prévus, on avait largement dépassé les seuils de tolérance admis pour la température ; plus d'un et d'une ont senti mil gouttes perler sur leur front et entraient dans une quête de liquide de refroidissement pour tenter de revenir à des normes plus acceptables. Heureusement, le bar et la salle ne font qu'un et bien leur en pris car avec le retour des bunnies, la folie regagna la Malterie.

cliquer sur l'image - click on the pic



Trouvant sans doute le public encore trop timoré, toutes trois s'évertuèrent à refaire monter la pression en secouant entre autres au nez des premiers rangs leur petite queue de rabbit female et c'est sur ces visions très rock and roll finalement, que les SHEETAH et les WEISSMÜLLER firent leur entrée en scène détournant nos bunnies de leurs spectateurs... Ces tarzans du rock attaquèrent très vite sur les bonnes sonorités du garage de la fin des années 60, toute aventure au delà des années 70 leur paraît être vécu comme un véritable adultère, presque une trahison irréparable (sauf exception justifiée). Ca rock and roll, ça twiste, ça frétille des genoux et du bassin ; les déhanchements sont amples et les musicos sont constamment aidés par nos bunnies déchaînées. A se demander même si elles ne font pas parties intégrantes des SHEETAH et les WEISSMÜLLER, ces Jane à paillettes. Mais qui fait SHEETAH ? Et pourtant, on est loin des Jours Heureux peuplés de dadais niais, ici, c'est un un rock and roll bien déjanté, avec des intros canon voire parfois bien lourdes, martelant tout sur le passage. Les SHEETAH et les WEISSMÜLLER ont bien digéré les leçons de leurs aînés et nous en donnent une version pailletée parfois illuminée de psychédélisme. Bref, ce fut complétement fou, le public complétement allumé faisait corps avec les bunnies et les musicos et l'apothéose fut sans doute atteinte avec une version de Non Non Rien a Changé à des années lumiéres de ce que représentaient dans les seventies, les POPPYS !

Fred Loridant
Janvier 2004

Fred Loridant ©2004