Retour à photorock.com

Contacts


Printemps de Bourges

NOSFELL - PRAVDA - NADJ

JUST JACK - The AUTOMATIC - PETER, BJORN and JOHN

JOEY STARR - NAAST - GUNS of BRIXTON

GALAXIE - AKRON FAMILY

BURNING HEADS


Bourges,
17-21 avril 2007

Bourges le 17 avril
Ça y est, le Printemps de Bourges 2007 a démarré. Première soirée au 22, le rock est invité avant un coup d'oeil rapide sur NOSFELL, un grand bonhomme avec son langage, ses mimiques, sa voix et sa capacité à capter l'attention de quelques milliers de personnes. C'est à regret que je le quitte mais les obligations... Au 22, l'affiche n'annonçait que des noms m'étant à peine connus mais qui ont ramené du monde. NELSON (pas vu car ils ont commencé à l'heure de l'apéro), PRAVDA, JUST JACK, NADJ, The AUTOMATIC et PETER, BJORN and JOHN.

Cliquer sur l'image - click on the pic

NOSFELL NOSFELL NOSFELL NOSFELL NOSFELL

PRAVDA met la gomme au 22 est. Une belle plante brune en blouse blanche et un gratteux balance une sorte de rock electro qui fout le feu. Feu qui s'emballa quand la belle brune enleva sa blouse, laissant place comme ultime protection, à du gaffer enroulé autour du torse. Un bref instant plus tard, elle arracha une puis deux bandes et plus encore, offrit son corps au public dans un slam enragé qui se termina seins nus. Ah la vision charmante mais trop fugace lorsqu'elle remonta sur scène se protégeant des regards ; faux sursaut de pudeur nécessaire. Les kids étaient survoltés.

Cliquer sur l'image - click on the pic

PRAVDA PRAVDA PRAVDA PRAVDA PRAVDA

Dans la salle contigüe NADJ, trio oeuvrant dans le rock à la française bien énervé avec une gratteuse remuante avait déjà attaqué. Le choix était quasi cornélien entre le zeste d'érotisme de PRAVDA et le rock and roll fougeux de NADJ et il en fallait de l'héroïsme pour passer d'une salle à l'autre. NADJ est bien carré et la gratteuse s'éclate vraiment. Par contre, à l'est rien de nouveau juste un paquet de jeunes hommes et jeunes filles assis et bien sages attendant JUST JACK.

Cliquer sur l'image - click on the pic

NADJ NADJ NADJ NADJ NADJ

Tant pis pour le final de NADJ, j'attends ce groupe anglais à la mode la-bas si j'en juge aux glapissements d'un groupe d'anglaises mouillées (il fait chaud) et collées à la scène. J'aurais pu faire une pause au bar car ce n'est pas trop ma tasse de thé. JUST JACK balance une sauce hip-house, rock et funk sucrée bien rythmée avec un chanteur ne tenant pas en place contrastant avec une chanteuse plantée sur un balai. A réserver à ceux qui aime la bouffe anglaise qui réserve parfois de bonnes surprises (j'ai écrit parfois).

Cliquer sur l'image - click on the pic

JUST JACK JUST JACK JUST JACK JUST JACK JUST JACK

Un rock plus puissant allait rejaillir avec The AUTOMATIC et son chanteur / clavier à la tête d'un John LYDON post adolescent. Ça bouge dans tous les coins, ça dépote pas mal. Mais cette agitation et exubérance sonnent assez lisse. The AUTOMATIC est émoustillant mais pas bandant. Un truc parfait pour les ados rebelles qui ont besoin de s'exprimer dans des pogos violents pensant que c'est la parade amoureuse absolue.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The AUTOMATIC The AUTOMATIC The AUTOMATIC The AUTOMATIC The AUTOMATIC

Un dernier passage à l'ouest pour tomber sur PETER, BJORN and JOHN. Pop influencée au moins dans les première mesures par CURE. A trois, ils tournent en rond. Moi aussi ! Ce n'est pas trop mon truc mais la salle était toujours bondée, le bar aussi. 2h30, il est temps de rentrer.

Cliquer sur l'image - click on the pic

PETER, BJORN and JOHN PETER, BJORN and JOHN PETER, BJORN and JOHN PETER, BJORN and JOHN PETER, BJORN and JOHN

Bourges le 18 avril
C'est la saint Parfait et le premier jour des Découvertes (hip-hop / electro). Pas de commentaire, droit de réserve du photographe et concerts de qualité. Le hip-hop arrive à m'accrocher. - Voir Découvertes -

Bourges le 19 avril
La journée fut placée sous la bonne étoile des Découvertes Rock avec quelques perles. Par la suite, la soirée tourna vite court et pourtant elle avait bien commencé.
Première claque avec JOEY STARR. On est au moins 30/40 photographes dans la fosse aussi serrés que les premiers rangs et quand la STARR apparaît, tous les objos levés me faisaient penser à une véritable DCA cherchant à shooter l'intouchable ! C'est puissant, carré, impressionnant. Le JOEY est une vraie bête de scène, le jaguar n'usurpe pas son nom, un vrai tueur, un bouffeur de pixels vu qu'ils ne reste pas en place plus d'un centième de seconde et que pour une image potable, on en flashe 10 ! Le zicos qui l'accompagnent sont loin d'être des figurants et si le nom d'ENHANCER ne vous dit rien, allez vite vous renseigner. Le Palais d'Auron tremble, les kids sont éclatés, les filles gémissent. Quelle prestation, je suis bluffé, chapeau bas Monsieur JOEY STARR.

Cliquer sur l'image - click on the pic

JOEY STARR JOEY STARR JOEY STARR JOEY STARR JOEY STARR

Après ce passage dans la folie, le 22 nous ouvrait les bras et patatras, la cata. Erreur de casting ? Pistonnage car la famille traîne à rock and folk ? En tout cas la très fade copie des RUBETTES (look du lead coquelet) est encore loin de la puberté et n'atteint même pas le stade boutonneux. Les puceaux de NAAST s'égosillent, caquettent et piaillent sur du rock vintage même pas digne d'une face B. Les parents devraient mieux surveiller leurs gosses.

Cliquer sur l'image - click on the pic

NAAST NAAST NAAST NAAST NAAST

Fort heureusement, la suite remonte le niveau d'un gros paquet de crans. Les GUNS of BRIXTON ont frappé fort. Ils avaient déjà fait impression l'année dernière aux Découvertes et ils ont très largement confirmé leur potentiel. S'ils pouvaient n'avoir qu'un dixième de la promo tartinée pour les NAZES NAAST ! Ce concert en a convaincu plus d'un, la salle était bien pleine et est restée bien pleine. Et pour en finir avec les "plein", plein de gens sont repartis avec la tête pleine de nouveaux sons.

Cliquer sur l'image - click on the pic

GUNS of BRIXTON GUNS of BRIXTON GUNS of BRIXTON GUNS of BRIXTON GUNS of BRIXTON

Un petit tour à GALAXIE pour jeter une oreille sur leur rock qui hésite entre folk et rock assez dur. Il faut choisir les mecs ! GALAXIE reste quand même trop clean à mon goût pour des bûcherons ! Une étoile filante ?

Cliquer sur l'image - click on the pic

GALAXIE GALAXIE GALAXIE GALAXIE GALAXIE

Les deux salles du 22 sont à saturation. J'ai grand peine à me faufiler vers AKRON FAMILY. Le niveau remonte nettement. Très forts les AKRON FAMILY. Inclassable, on vogue aux confins de la galaxie rock dans des mondes qui interpellent, dans des trucs de festivals où l'on invite tout le monde à partager. On frise le baroqueZAPPAtiste, on flirte avec BATTLES, ça nourrit l'esprit. J'aime.

Cliquer sur l'image - click on the pic

akronfamily akronfamily akronfamily akronfamily akronfamily

Bourges le 20 avril.
Encore de belles Découvertes (la deuxième journée rock) et une soirée au Marlain haut lieu berruyer où l'on est sûr de croiser des têtes connues. De toutes façons, le 22 était inaccessible.

Bourges le 21 avril.
Fin des découvertes (chanson), fin du festival aussi. J'en profite pour faire un saut dans le Off et aller voir les BURNING HEADS venus en voisins. Ce fut la tuerie du festival. Terminant une tournée par ce concert, les BURNING étaient dans une forme resplendissante se donnant à fond pour des béruryers déchaînés et un Bob l'éponge planant sur ce fatras de bras et de jambes entremêlés. En point d'orgue, un Making Plans for Niguel des XTC devenu le temps d'un soir un Making Plans for Schnapps resté à Lille. Enorme, je n'en demandais pas tant pour clôturer mon quatrième printemps de Bourges.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BURNING HEADS BURNING HEADS BURNING HEADS BURNING HEADS BURNING HEADS




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007