ISSUE de SECOURS - The GRAFT

ZOE - 100 RAISONS


35 ans de Radio Campus,

Villeneuve d'Ascq, le 22 octobre 2004


Où sont les lights ? Où sont les bougies ? Radio Campus fête pourtant ses trente-cinq ans ! Pour l'occasion (et parmi d'autres réjouissances dignes de cet événement), un concert était organisé par le sieur Schnapps en personne (et en image ici) au Centre Culturel de l'université de Lille I. Il est vrai que la culture peut vivre sans light multicolore, mais de là à se retrouver sous un éclairage de salle des fêtes, il y a un monde... Mais là où un groupe de pop aurait fait une prestation de kermesse d'école, ISSUE de SECOURS, The GRAFT, ZOE et 100 RAISONS ont enflammé la belle scène donnant ses bougies multisonores à défaut de multicolores, à Radio Campus

Le rendez-vous était donné à 18h30 comme à un apéro dansant. Autant dire que je n'ai pas réussi à me pointer avant 20h00 obligé de la sorte à shunter la sainte parole de PPDA. ISSUE de SECOURS emplissait l'espace et ses abords d'ailleurs avec leur rock and roll fleurant bon les années 80, les années où le rock français avait envahi l'hexagone avec les TELEPHONE et autres STARSHOOTER. A l'aise sur scène avec un guitariste extraverti contrastant avec le bassiste un peu timoré mais toujours présent pour appuyer les accélérations bien cadencées par un batteur dont le calme apparent est inversement proportionnel à ses tempos, ISSUE de SECOURS a su, d'après ce que j'en ai vu, convaincre le public qui penchait plutôt pour des hordes barbares urbaines armées de grattes que pour du rock and roll 100% pur jus première pression.

cliquer sur l'image - click on the pic




The GRAFT ! Voilà un nom qui sonne comme le titre d'un horror movie série B ! Le groupe mené par une sorcière tout de noire vêtue, une adepte des bûchers moyenâgeux, était accompagné par Fred 666, une sorte de Bête sonique, de Crams, le guitariste américain, d'Olive qui même tout son monde à la baguette et de Francis, un calme qui prend plaisir à faire couiner sa rythmique, au point que s'il en écrivait les partitions, il ferait dans la littérature rose... Noir, rose, ambiances lourdes venues d'AMIANTE, atmosphères crues flirtant parfois avec de la new wave bien noire pourquoi pas ricaine, The GRAFT donne dans un punk quasi industriel à peine féminisé par la voix particulière de Margot. Quand on est pris dans leur trip, difficile de s'en échapper et The GRAFT a encore fait la preuve ce soir que nombreux sont ceux qui tombent entre leurs griffes. Difficile d'en réchapper.

cliquer sur l'image - click on the pic




Adieu la sorcière, place à ZOE, prénom de grand mère tombé en désuétude qui n'a rien à voir avec la sorcellerie de The GRAFT. Car ZOE fait dans du stoner ou plus familièrement dans un hard rock de la grande époque. C'est drôlement efficace, il y en a pour les yeux et les oreilles et en bons mélomanes, les keupons présents n'eurent aucune peine à se lancer dans des pogos endiablés (par The GRAFT). On a pu penser qu'il s'agissait d'un entraînement avant d'adopter 100 RAISONS (de s'éclater), mais si c'était le cas, il s'agissait d'un échauffement de haute volée digne des plus grands. Bref notre ZOE en pleine forme sut maintenir une pression constante permettant d'évacuer le trop plein d'énergie et de bibines des pogoteurs enivrés (par la zique bien sûr).

cliquer sur l'image - click on the pic




Plus d'une paire d'entre eux attendaient 100 RAISONS avec raison ("non sans raison" aurait été trop facile). Une formation chanson française type DYONISOS mais rien à voir avec l'ersatz consensuel du noble dieu du vin, 100 RAISONS fait dans une chanson française punk libertaire, aussi punk que leur homologues de RAMSES sont déchirés. La musique arrache, martèle et par dessus, s'impose une voix rocailleuse pur terroir portant des textes intelligents qui viennent vous gratter comme un tampon jex les neurones excitant un public qui n'en demandait pas tant pour s'exploser ! Pour Beno, ce groupe est dans le tiercé vainqueur du monde la musique ; mais il se trompe, il y a HAWKWIND avant cependant je peux comprendre cette erreur, 100 RAISONS fait partie de ces groupes français (comme RAMSES) qui vous prennent aux tripes, qui frappent l'intérieur, vous entraînant presque malgré vous, sans raison apparente, dans de folles sarabandes. Non la chanson française ne se limite pas aux niaiseries bobos, il faut juste aller la chercher au delà des ondes... et être curieux... et croire aussi Beno !

cliquer sur l'image - click on the pic




Frédéric Loridant
octobre 2004

Frédéric Loridant ©2004