Retour à photorock.com

Retour Contacts

MOMO LAMANA

CHEAP FREAKS


Lille,
Le Revenge Pub, le 21 septembre 2011

Pas de changement depuis la semaine dernière, la cave du Revenge Pub est toujours éclairée par des torches. Il faut faire avec avec le secret espoir que la lumière sera un jour... Que fait dieu ? Malgré tout, le people rock and roll ne s'arrête pas à ces détails, tant qu'il y a de la bière et de la bonne zique... et ce soir, on a fait dans le belgo-irlandais avec le retour du duo jupilerien, MOMO LAMANA et des buveurs de Guiness, les CHEAP FREAKS.

Cela faisait un an et demi que MOMO et LAMANA n'étaient pas venus traîner leur guitares et leur bontempi de luxe à Lille. Ils pouponnent et accessoirement, préparent un nouvel album. Comme d'hab, la soirée a pris du retard et pour une fois, rien à voir avec le fait que ce soit Rock and Roll Jihad qui organise, la faute incombe aux irlandais aussi lents qu'Ulysse de Joyce. Et très vite la balance des MOMO LAMANA s'est transformée en un set bien rythmé transcendé par des riffs bien tranchés, à peine humanisés par la voix bien massacrée par la sono. On baigne toujours dans cet electro-punk bubble gum unissant CRAMPS, RAMONES et des SUICIDE joyeux dans un pacs improbable mais réussi qui donne envie de bouger. Et il n'en fallut pas beaucoup pour reprendre en chœur les refrains, surtout ceux des reprises Mata te ou Bambino venues du domaine public et bien balancées par les MOMO LAMANA. A leur prochaine sortie, la surprise viendra peut-être d'un nouvel album...

Cliquer sur l'image - click on the pic

MOMO LAMANA MOMO LAMANA MOMO LAMANA MOMO LAMANA


Ils font très anglais ces irlandais. Autant dans le look que dans leur musique, une musique qui accroche mais pas évidente à ranger dans une catégorie. Au point qu'à la fin du set, on assista à un débriefing entre gens de bonne compagnie digne d'une scène des Tontons Flingueurs :

- J'lui trouve un goût de psyché.
- Y’en a.
- Vous avez beau dire, y'a pas seulement que du psyché, y'a autre chose, ce serait pas des fois une dose de punk et un soupçon de pub rock ? Hein ?
- Si, y'en a aussi.

Bref, il y a un peu de tout ça et c'est drôlement efficace. Clavier seventies, solo de gratte anti guitar hero. On croque les Nuggets, on est secoué par des riffs keupons, les CHEAP FREAKS donnent un grand coup de jeune au garage psyché londonien en le boostant et le graissant sérieusement. Et même si ce n'est pas aussi brutal que le vitriol du Mexicain, ça laisse de sacrées traces quand même.

Cliquer sur l'image - click on the pic

TYRED EYES TYRED EYES TYRED EYES TYRED EYES



Frédéric Loridant / Photorock.com 2011

Valid HTML 4.01 Transitional