Retour à photorock.com

Retour Partager

CHUCK MORRIS
FLOW

Lille,
Le Carré des Halles, le 21 décembre 2010

Chuck MORRIS Vs FLOW au Carré des Halles ! Allait on assister à un match de catch ? A un combat de guitares sèches ? A une confrontation sanglante entre le rock blues and folk et le rock punk ? Ou encore à une épreuve d’Epaulé/Jeté de bière ? Rien de tout cela et c’est dans un Carré de Halles bien rempli que nos deux troubadours se sont amusés à faire la bande son volant la vedette à Patti SMITH qui passait en boucle. Exit Gloria, place à Chuck MORRIS et à FLOW.

Deux one man band sans batterie, armés uniquement d’une guitare sèche, il ne manquait plus qu’un feu de camp et on se serait cru sur la plage. Où plutôt sur un wagon traversant les Etats-Unis comme Kerouac et d’autres clodos l’ont fait avec comme seules activités, des jeux de cartes et une guitare. On plonge directement dans les racines du rock and blues, ce proto-rock and roll pas encore tué par un King en uniforme vantant les bienfaits de l’armée, un rock and folk affranchi des contraintes hormis celle de l’unique instrument, cette guitare sèche qui généralement me fait une peur bleue, celle de m’ennuyer affreusement. Je ne sais pas si c’est cette évocation des grands espaces conquis par les beatniks ou l’aisance d’un Chuck MORRIS distribuant ses claques à qui voulait les entendre mais je suis resté jusqu’à la fin demandant même avec d’autres un rappel !

Cliquer sur l'image - click on the pic

CHUCK MORRIS CHUCK MORRIS CHUCK MORRIS CHUCK MORRIS


Sur le plan de la durée, FLOW a largement perdu ce combat des guitares acoustiques, la technique s’étant sentie mal et pas de sels pour la réveiller. Il suit son chemin le FLOW, peut-être pas sur des wagons à plate-forme dans la grand plaine mais plutôt à pied en tirailleur dans la jungle urbaine où seule la rage permet de survivre. Et la rage il l’a. Sa guitare crache, sa voix grogne, fruit du raclement de ses cordes vocales contre sa trachée et le résultat, même si on devine qu’il a sans doute fait une orgie de betteraves à une époque de sa vie, même si la sono a conclu son show en coitus interruptus, m’a étonné. Il est en train de tuer le père, de vider la poubelle avec son punk acoustique plus personnel qu’il y a quelques mois. D’ailleurs son groupe d’énervés quand il arrive à trouver du courant pour alimenter son ampli, s’appelle CORBILLARD, drôle de coïncidence.

Cliquer sur l'image - click on the pic

FLOW FLOW FLOW FLOW




Frédéric Loridant / Photorock.com 2010

Valid HTML 4.01 Transitional