festival Crescendo 2002
Retour / Back

www.rpwl.de

Festival Crescendo
Saint-Palais-sur-Mer, le 16/08/2002

Le concert donné ce 16 août par RPWL fait partie de la tournée Try to Kiss the Sun, titre du dernier album du combo allemand. Ils se produisaient en OFF depuis deux soirées déjà, sur les plages voisines. Elles avaient été de francs succès malgré une sono parfois un peu faiblarde. Un public varié de 7 à 77 ans avait été enchanté de découvrir les morceaux de RPWL très teintés de Pink Floyd avec des reprises de King Crimson (!) et un Come Together revitaminé des Beatles connu de tous. Les pieds battaient la mesure et le refrain était repris en cœur. Fort de cet anti-pasti, la soirée du 16 était attendue avec impatience. Un grand voile noir orné d’un soleil qui semblait être à portée de main, fermait le fond de la scène et sur lequel se détachaient des sihouettes. Mais impossible d'embrasser l'astre sacré tant les lights étaient mal maîtrisés. Le rouge omni-présent écrasait les musiciens. La fumée envahissait la scène en permanence et en force la transformant en enfer avec les rouges ou en paysage gothico-brumeux avec les bleues et verts d’où ne sortaient que des ombres irréelles. Et lorsque le rouge disparaissait, que la fumée était chassée par la brise et que les bleus s’évanouissaient, c’est la pénombre qui bien souvent prenait le relais au grand dam des nombreux photographes (vacanciers et passionnés) mais surtout d’un public avide d’images. Et pourtant quel son, quelle prestance, quel professionnalisme malgré un jeu de scène assez minimaliste. Pas d’erreur manifeste, pas de piétinement, tout était propre comme leur musique d’ailleurs. La set list contrairement aux deux précédentes prestations on the beach, a fait durant presque 2h00, la part belle aux compositions personnelles du groupe tirées de God Has Failed et du Try To Kiss The Sun avec quelques reprises de Floyd (dont Have A Cigar mais sans leur superbe reprise de Cymbaline). Malgré la tournure pop ballade sensible et sans surprise sur Try To Kiss The Sun qui peut paraître énervante à certains (voire FM !), le courant est passé avec le public. Mais, faute de lumières, faute d’aller embrasser visuellement le soleil, c’est leur musique qui s’est chargée de l’y emmener même si tous n’étaient pas du voyage.

Frédéric Loridant

cliquer sur l'image - click on the pic







fred@photorock.com
Frédéric Loridant ©2002