Retour à photorock.com

Contacts


BEET and BEER Compagnie - CHAOS ETHILIK

CRIMINAL DAMAGE


Lille,
La Chimère, le 4 juin 2009

La bière, la bière, qu'est ce qu'elle a fait de moi la bière ?.. En voilà une question ! Et pour y répondre deux des trois groupes qui jouaient à la Chimère ce 4 juin pouvaient aisément répondre à cette question : BEET and BEER Compagnie et CHAOS ETHILIK. Plus besoin de présenter les seconds, ils ont gagné avec toutes les mentions possibles leur galons à force de vider des godets remplis de jus de houblon, les premiers les suivent. Sans doute, ils sont encore apprentis mais j'ai bien l'impression qu'ils apprennent vite. Et ces troubadours de la bière étaient là un peu comme les anges il y a mil neuf cent quatre vingt onze ans pour annoncer la venue non pas d'un gourou mais de keupons bien vivants sans doute amateurs de bières, venus du nouveau monde, plus précisément de la cité des roses. Les CRIMINAL DAMAGE de Portland étaient là en chair et en os et sans stigmate. Mais pas de miracle olfactif, la Chimère ne sentait pas la rose après leur passage ; quant aux souvenirs soniques, les vinyles s'arrachaient à la fin du concert.

Mi Ché del bière que j’veux... Cette vérité biblique était suivie à la lettre par les CHAOS ETHILIK accrochés au bar pendant que les BEET and BEER Compagnie amorçaient la pompe. Pas suffisamment pour attirer tous les soiffards mais les présents ont visiblement apprécié leur punk un tantinet ricain avec beuglements de fan de Budweiser. Encore quelques pressions et les piliers magnétisés par le zinc finiront leur bière devant ce trio venu de je ne sais où (de l’ex brasserie Terken ???).

Cliquer sur l'image - click on the pic

BEET and BEER Compagnie BEET and BEER Compagnie BEET and BEER Compagnie BEET and BEER Compagnie

Woizo à toujours besoin d’un support, ses deux pattes ayant encore de la peine à supporter le poids du micro tenu d’une main et du verre de bibine tenu de l’autre. Rien à dire ou presque pour cette sortie d’abbaye des CHAOS ETHILIK. Sûr qu’au Moyen-Age, ils auraient été moines à Chimay avec une chance vu la teneur de leurs chants religieux, de passer au bûcher sans procès. On n’est plus au temps de l’inquisition, aujourd’hui, on peut élever la bière au rang de déesse sans risquer l’excommunication sauf peut-être celle des bien-pensants mais bon, il n’y en avait pas ce soir et les CHAOS ETHILIK n’ont pas failli à leur réputation. Le batteur a toujours la langue bien pendante, le roi du cunnilingus disent certains, déshydraté disent d’autres ; Pico-Tristan ou l’inverse assure toujours à la basse en buvant un jus jaune dans un bouteille de coca, Jus de vessie ou de pompe ??? Je n’en sais rien mais en tous cas, le liquide devait être bon vu que Gros Mat, le roi de la guitare solo (eh si !!!) tuttait aussi la bouteille de coca. Et Gros Mat avec du coca, ça ne le fait pas... Il y en avait au moins un qui suivait toute leurs aventures sans sourciller, l’autre gratteux, qui prenait plaisir à claquer ses riffs sur un Woiso grognant "20 000 lieux sous la bièèèrrrreee"... et il n’était pas le seul à beugler, le public, un verre à la main bien entendu, qui entre temps s’était fortement étoffé, gueulait avec lui. Les verres étaient jetés, tout était en place, les CRIMINAL DAMAGE pouvaient monter sur les planches. On les attendaient, bière à la main.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CHAOS ETHILIK CHAOS ETHILIK CHAOS ETHILIK CHAOS ETHILIK

"Bière à la main", c'est vite dit pour un mec comme moi qui a décidé de préférer sauver le vignoble français que de répondre aux chants des sirènes des multinationales de la bibine. Il était temps de quitter ces soiffards et de se plonger dans du vrai rock and Oï. D'ailleurs je n'étais pas le seul à penser ça. Certes les bières étaient encore très largement majoritaire mais la salle était maintenant plus que remplie, la majorité des gens ayant autant voire moins de cheveux que moi... Et on a vite compris pourquoi, les CRIMINAL DAMAGE fait dans un Oï que je qualifierai de "mélodique", à savoir des refrains qui tuent sur des riffs tranchant. Il n'en fallait pas plus pour foutre le feu à la Chimère sous l'œil visiblement ravi des CRIMINAL DAMAGE qui ne s'attendaient pas à cet accueil. Mais, un bon son, de la bonne bibine (pas sûr que le pinard des tauliers de la Chimère soit millésimé) et un old street punk d'une fraîcheur vivifiante et les skins, punks et autres badauds attirés par ces Mozart de la rue étaient aux anges. Finalement, à se demander si tout n'est pas que croyance.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CRIMINAL DAMAGE CRIMINAL DAMAGE CRIMINAL DAMAGE CRIMINAL DAMAGE




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009