Retour à photorock.com

Contacts

JEDETHAN - BLACK SHEEP

CROSSING the RUBICON

Lille,
La Chimère, le 25 octobre 2009

CROSSING the RUBICON ! Il y en a qui se prennent pour César ! A voir... En osant traverser ce petit fleuve avec ses légions, César donnait alors un bon coup de glaive à la République... ce fait historique augure t-il une belle baffe sonique avec les CROSSING the RUBICON ? Mais avant de traverser le cours d'eau, les cohortes de prétoriens JEDETHAN et BLACK SHEEP étaient chargés de préparer le terrain et la surprise fut plutôt bonne. De toute façon, on y était ; difficile de faire marche arrière... Alea jacta est !.

Tiens, le batteur de JEDETHAN a une tête connue. Il a frappé un bon nombre de temps dans les GUERILLA POUBELLE et le voilà derrière les caisses d'un trio panamo-londonien, JEDETHAN, qui fait dans du … Et non pas dans du GUERILLA POUBELLE mais dans une sorte de noise élaborée un brin mélodique et furieusement énervée. D'habitude, il y en a toujours un qui sort du lot par sa dextérité, sa rock and roll attitude, là, rien de tel, le trio est super homogène. Le gratteux vient sans doute du monde du classique, il tient sa gratte comme un élève de conservatoire, mais quel son il en tire. Pas de riffs lourdeaux, de la finesse, rien que de la finesse, des notes volages, inoffensives à première vue mais qui vous transpercent mieux qu'un pilum. Pour le lourd, c'est du côté de la basse qu'il faut regarder. Il l'a plombée sa 4 cordes et en plus il chante et ne se prive pas de venir chatouiller le public de près. Enfin, le batteur suit l'attaque derrière ses fûts, précis et sûr de lui. De toute façon, il lui est interdit d'être en retard avec les 2 de devant. Une belle découverte qui fait dans l'originalité et même si écouter JEDETHAN le matin au petit déjeuner risque de compromettre la journée, leur zique regorge de bonnes surprises.

Cliquer sur l'image - click on the pic

JEDETHAN JEDETHAN JEDETHAN JEDETHAN


Ce n'est pas la première fois que je croise les BLACK SHEEP, ni la dernière sans doute, et je n'aperçois avec plaisir que l'époque GUERILLA POUBELLE s'évanouit. Avec le temps, les BLACK SHEEP gagnent en autonomie musicale, moins de riffs à la GxP, moins de chants à la GxP, bref, les BLACK SHEEP ont tué leur père et c'en est que mieux. Ils font toujours dans un hardcore à d'jeuns qui se laisse autant voir qu'écouter, la seule preuve est que j'en ai ramené un paquet de photos et faire un choix fut difficile.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BLACK SHEEP BLACK SHEEP BLACK SHEEP BLACK SHEEP

On était prêt à franchir le Rubicon. Les d'jeuns attendaient, encore tout chaud après le passage de BLACK SHEEP et de JEDTHAN. Avec CROSSING the RUBICON, on reste dans un hardcore surpuissant avec un chanteur déjanté attirant la bière tout en étant attiré par des tatouages originaux bien cachés... CROSSING the RUBICON dépote sans pour autant rivaliser avec le HxC ricain des DESPISED ou d'AGNOSTIC FRONT par exemple plus violent. CROSSING the RUBICON ne hurle pas dans cette direction mais tient bien ses positions, un bon HxC riche en sons, attirant les d'jeuns en leur donnant l'occasion de cracher leur haine assez pacifiquement et de faire chier les parents. Quand au passage du Rubicon, je reste persuadé qu'ils n'ont pas été aussi bruyants que les fanfares de César qui ont du fêter cette transgression. Mais s'ils vont aussi loin, leurs ancêtres de Team NoWhere risque d'être jaloux ... Ah bon, ils ne sont pas morts ?

Cliquer sur l'image - click on the pic

CROSSING the RUBICON CROSSING the RUBICON CROSSING the RUBICON CROSSING the RUBICON




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009