Le skeud des U'LERS dans le laser, le volume sur 11 comme dans Spinal Tap et me voilà parti dans un marathon entre l'Imposture pour dire bonjour, le Revenge Pub pour le garage des JIMI WAS GAIN et le speed rock and roll des CYMATICS et le Sélect pour les DEAD ASTROPILOTS. Et tout ça en 3h00... Il fallait la santé et éviter de prendre une bière à chaque aller et retour entre chaque bar sous peine de faire exploser un éventuel alcootest... Je suis rentré vivant toujours avec Tashana U'Lers chargée de faire monter mon autoradio au 7ème ciel, le plan idéal pour revenir sur terre.

Pourtant la soirée a failli mal commencer ! Après mon passage éclair chez Malik, j'ai commencé des va-et-vient non pas entre des seins mais du Revenge au Sélect, pour connaître les heures de départ et d'arrivée des hostilités. Honneur aux JIMI WAS GAIN si Juju arrive à faire marcher la sono... Sainte Peggy a tout réglé d'un doigt en tournant les boutons de volume de l'ampli... Même au cinéma, ils n'auraient pas osé, Juju si ! Tout rentre dans l'ordre ou presque, c'était sans compter le dispositif de conversion des ondes sonores acoustiques d'un milieu compressible en impulsions électriques ou plus simplement "micro" qui devait être sous mauvais speed avec des répercussions graves... Les JIMI WAS GAIN au final ne s'en sortirent pas trop mal, leur super garage pouvant s'accompagner d'une voix distordue. Malgré ça et une guitare récalcitrante, refusant de sonner comme il faut, on s'est pris une belle claque. On ne le dit pas assez, mais les JIMI WAS GAIN sont franchement bons, de loin les meilleurs mécanos du garage qui traînent dans notre belle métropole et même au delà (suivis quand même de près par les Thee MARVIN GAYS, il ne faut pas fâcher la Belgique).

Cliquer sur l'image - click on the pic

JIMI WAS GAIN JIMI WAS GAIN JIMI WAS GAIN JIMI WAS GAIN

Un nouveau va-et-vient entre le Sélect et le Revenge pour me retrouver dans ce dernier, les DEAD ASTROPILOTS n'étant pas encore en place. Dans la cave, les CYMATICS lancent la grosse artillerie pas aidés par la sono défaillante. On en était presque à écouter du speed rock sur un téléphone portable, volume à fond, la seule différence étant le nombre de décibels. Le mélange de Ross Kerten (LA DONNAS / MOCHINES), Magnus Sellegren (The DIALTONES / DUMBELL) et Alessandro Della Ratta (RAY DAYTONAS / The HOMEBREAKERS) ne pouvait qu'être détonnant ! Du pur rock and roll super speed malheureusement trop souvent réduit à une bouillie sonore par cette saleté de sono. Le bruit n'a pas empêché d'enflammer les troupes présentes et cela dès le début du concert. Pour la suite, je ne peux faire confiance qu'aux CYMATICS qui ont écrit sur leur fessebouc Lille was a blast! .... Tant mieux ! Mais moi j'avais filé au Sélect pour terminer avec les DEAD ASTROPILOTS. Les choix sont parfois difficiles à faire mais pour mes oreilles ce fut le bon. Pour le reste aussi d'ailleurs.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The CYMATICS The CYMATICS The CYMATICS The CYMATICS

L'erotico-electro-rock-duo (dit DAP) lillois sort de plus en plus souvent de l'espace temps pour venir poser sa soucoupe sonique parmi nous. Vus il y a 15 jours sur la Deûle, les voilà aujourd'hui dans le cube du Sélect. Ils ont déjà entamé leur voyage quand j'arrive, l'Astropilots aux formes courbes est debout sur le caisson de basse enveloppant les présents dans une nébuleuse tandis que derrière, l'Astropilot anguleux, sonic-guitar en main, prennait plaisir à découper son discours, le tout sur fond de collisions neutroniques. Les DEAD ASTROPILOTS aiment provoquer, nous envoyer jouer dans les étoiles en mélangeant compos perso et reprises décoiffées par les vents stellaires avec en plus une touche spacio-erotico-electro où parfois deux guitares s'affrontent ou se chevauchent... Et en final, une reprise super nova de JANE's ADDICTION avec une Astroplitot maniant habilement le micro à en faire gémir les enceintes... Pas si dead que ça les pilots !

Cliquer sur l'image - click on the pic

DEAD ASTROPILOTS DEAD ASTROPILOTS DEAD ASTROPILOTS DEAD ASTROPILOTS


WC3