Retour à photorock.com

Contacts


PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR - DEE' n DEE


Lille,
La Chimère, le 16 janvier 2009

On va battre le fer ce soir à la Chimère. Forges, haut-fourneaux, fours Bessemer, laminoir, tous ces procédés destinés à forger les plus beaux riffs n'ont plus de secret pour ces OS du métal que sont les ouvriers de l'aciérie DEE' n DEE, l'essentiel étant de les accorder pour en tirer quelque chose et nombreux ceux qui se sont plantés les transformant en gueuse d'une mauvaise fonte cassante et rouillante. On ne cherchait pas à la finesse, ce n'était pas le but des DEE' n DEE, ils préfèrent traiter la matière brute tout en puissance se moquant des résidus, le tout étant de livrer un matériau lourd et bien dense. Un truc difficilement ingérable et digérable pour ceux qui ont des intestins trop longs, des lingots qui laissent des traces de leur passage surtout après les premiers traitements de choc infligés par les PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR, un travail préparatoire indispensable à toute transformation sonique industrielle.

Tout commence avec une scène vide. Juste un film tournant en boucle et le chant des machines en guise d'ambiance sonore. Parfois, une ombre, un OS, un technicien ? S'agitait sur scène peaufinant quelques réglages graissant quelques rouages. En dehors de ces rares ombres, la machine est reine et nous assène sans relâche ses boums...boums...boum. Le PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR est en branle, se chauffe et n'attend plus que ses mécaniciens et chauffeurs. Ils arrivèrent à deux, la bête était chaude et prête à être débridée. Ce fut brutal, du brutal virtuose, on ne manie pas ces choses là sans doigté. PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR a su contenir ses emballements, la rendant assez malléable pour sa transformation finale, un travail d'orfèvre dévolu aux DEE' n DEE.

Cliquer sur l'image - click on the pic

PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR PNEUMATIC HEAD COMPRESSOR

Le martèlement de la masse sur l'enclume fait jaillir des étincelles bleues et orangées, les OS soniques sont à l'oeuvre. On est plongé dans le coeur de l'atelier. Ça cogne de partout, les machines hurlent à plein rendement, les hommes paraissent fragiles face à ce déferlement sonique mais c'était sans compter la dextérité des DEE' n DEE qui garde sans sourciller la maîtrise de la bête mécanique. Elle a beau se braquer, les vulcains soniques la façonnent, l'obligent à à épouser le gabarit, la collent à la matrice avant l'épreuve du marteau pilon. Welcome my son, welcome to the machine haranguaient les PINK FLOYD en 1975, 34 ans après DEE' n DEE fait une proposition équivalente en la gravant cette fois dans la fonte.

Cliquer sur l'image - click on the pic

DEE' n DEE DEE' n DEE DEE' n DEE DEE' n DEE




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009