The DELUXE BROTHERS

Le Feu Follet

Lille, le 29 décembre 2004


Encore deux jours et nous voilà en 2005. Les médias nous inondent d'horreurs alimentées en grande partie par des cinglés qui ont pris le temps de filmer la vague... Triste consolation, les autorité du Parc National de Yala au Sri Lanka, les animaux, de l'éléphant au lapin, se sont taillés avant que l'horreur n'arrive, pas cons ces petites bêtes sauvages*. Et bien j'ai suivi le même chemin. Fuir les images qui tournent en boucle pour aller voir des barbares car les deux DELUXE BROTHERS le sont, burinant pour l'un une batterie et torturant pour l'autre, des guitares de brocantes tout en poussant des hurlements et grognements dans un micro hors d'âge.

The DELUXE BROTHERS est la formation contre nature par définition. L'un vient du blues, est calme et a un look "ours irlandais" presque parfait, il ne manquait que la guinness, la blonde, ça ne le fait pas. L'autre à l'inverse, coiffure afro blonde, à demi nu bavant sa bière, fait plutôt dans le rock énervé, très énervé même. Leurs formations respectives, les STINKY LOU pour l'irlandais et les DOMESTICS pour l'énervé ont peu de point commun. Et bien cette freak union a enfanté d'un beau bébé et très vite il a fait chaud dans la crêche. Ces frères DELUXE tapent, grattent, s'égosillent et font dans un blues rock punk pas piqué des vers, gras et moite comme les atmosphères des bouges des bayoux pendant une bagarre, vibrant sous coups donné par le batteur fou. Dopés à la blonde, les DELUXE étaient partis pour un set de 20mm suivant une set list claire et nette débutant par un fucking pour se terminer par Fred Mc Dowell. Disons que ce furent des minutes extensibles ; les 20mm prévues sont devenues 45 et en dehors du rappel imprévu, le nombre de morceaux n'a pas varié... Pris par leur élan, ils rallongèrent leurs compos improvisant avec une facilité décocertante. Et c'est avec les regrets du public que les DELUXE BROTHERS s'en retournèrent à leur bière laissant derrière eux leur blues rock garage pas assez blues pour le foutre et pas trop punk pour éviter de faire fuir les bourgeoises...

* : info Reuters, 29 décembre 2004

cliquer sur l'image - click on pic















Décembre 2004

Frédéric Loridant ©2004

Premier carnet 100% Linux