Retour à photorock.com

Contacts


DIG BASTARD - FURIOUS
The DESPISED


Lille,
Le Détour, le 12 octobre 2008

Impossible résister à l'appel des DIG BASTARD ! Surtout avec des guest stars leur servant de support ! Bref, un appel plus fort que celui du 18 juin, l'appel du 12 octobre, les DIG BASTARD réapparaissent dans les caves. Bon, celle du Détour n'est pas encore au top, pour le son et les lumières, il y a mieux mais avec ces hurleuses déchaînées, la haute fidélité n'est pas vraiment de mise. A j'oubliais, les guest stars étaient les FURIOUS et The DESPISED.

Légère erreur, les DIG BASTARD n'étaient pas les stars de la soirée et il fallait arriver à l'heure pour voir nos 6 furies furieuses attaquer leur titre phare DIG BASTARD. Et nous voilà embarqué dans 8 morceaux. Les DIG BASTARD ont gagné en volume sonore, Black a un putain de coffre et White joue à la Castafiore en arpentant la cave. Derrière, les soeurs paraissent plus calmes mais c'est sans compter leurs doigts habiles qui tripotent manches ou baguettes sans relâche. Et en prime on a eu droit à un neuvième morceau, pas celui qu'elles ont pondu récemment encore top secret, mais à DIG BASTARD. La boucle était bouclée.

Cliquer sur l'image - click on the pic

DIG BASTARD DIG BASTARD DIG BASTARD DIG BASTARD

Après les furies, place aux FURIOUS. On quitte le punk riot girl excitées pour un hardcore compressé à deux têtes, une batterie et une guitare. Pour faire un max de bruit, pas besoin d'être plus nombreux et à trois dans ce genre de plan, on risque la scission comme dans les groupuscules maoïstes il y a 40 ans. Les déflagrations sont courtes, au cerveau de se charger de décompresser.

Cliquer sur l'image - click on the pic

FURIOUS FURIOUS FURIOUS FURIOUS

Curieusement la salle s'est brusquement remplie, à croire que les fûts de bière étaient vides, à moins que ce ne soit les DESPISED qui attirèrent le people. La descente dans la cave valait le jus, The DESPISED étaient particulièrement percutants, rendons grâce aux DIG BASTARD et aux FURIOUS de nous avoir préparés à ces MOTORHEAD's son sous cocktail de speed et d'amphétamines puisant en plus l'inspiration dans le HxC 80's. De plus la proximité, l'absence de scène rendaient les contacts encore plus hardcore, le gratteux ne sachant même plus si c'est lui qui jouait ou les 3 grâces qui lui tripotaient le manche (de la guitare bien entendu) et les cheveux. Dépité, il l'aurait pu l'être le chanteur mais il a beau appartenir aux DESPISED, ce n'est pas pour autant que les filles l'évitaient, au contraire. Il paraît selon les rumeurs que la veille, The DESPISED avaient fait une tuerie au Pits, eh bien ce soir, ils ont offert un holocauste aux dieux du hardcore devant un paquet de fidèles survoltés et de fidèlesses sur........ A vous de faire le pendu et faite savoir à Juju que les lettres à trouver sont différentes de P-D.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The DESPIDED The DESPIDED The DESPIDED The DESPIDED




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008