Retour à photorock.com

Contacts


RODEO SUPERSTARS
DESTRUCTION INCORPORATED


Lille,
La Chimère, le 19 décembre 2007

La soirée s'annonçait sanglante, Les RODEO SUPERSTARS Inc. l'avaient promis et ils s'étaient acoquinés avec les DESTRUCTION Inc. pour fêter dignement avec quelques jours d'avance la naissance du petit Jesus. En revanche pas de père Noël en vue, du rouge, rien que du rouge et un beau sapin tout blanc aux branches chargées de cadeaux...

Et devinez qui avait chargé le sapin ? Les RODEO SUPERSTARS Inc. bien sûr. Le trio venu du frigo avait amené avec lui ses plus précieux présents, des cervelles de moutons sans doute, peut-être de porcs, bref des trucs à l'image du groupe. Et avec un beurre brun, c'est super bon de la cervelle, c'était même conseillé avant la crise de la vache folle mais bon, à défaut de la voir dans son assiette, on l'avait sur scène car les RODEO se complaisent non plus dans un truc métal inspiré d'un certain MANSON comme au temps de leur première sortie dans les caves lilloises, mais dans une bouillie fort appétissante à base de grunge bien relevé. Est ce la gratte de Fred the devil mise en avant, est ce l'homme masque au 4 cordes ? Ou le second gratteux qui a du fricoter avec les métalleux ou encore le batteur ensanglanté... Je ne sais pas, je me suis fait happer dans leur plan, j'ai marché dans leur son et aussi sur une cervelle ; franchement, les bergers auraient pu éviter de laisser ces restes de moutons, c'est dégueu quand on a des semelles à crampons...

Cliquer sur l'image - click on the pic

RODEO SUPERSTARS RODEO SUPERSTARS RODEO SUPERSTARS RODEO SUPERSTARS RODEO SUPERSTARS

La première partie, les invitants avaient déjà bien plombé l'atmosphère de la Chimère, on ne pouvait pas accepter un truc moins fort que les RODEO. Un challenge que devaient relever les DESTRUCTION Inc. Et fort d'un gratteux estampillé NO ONE is INNOCENT et d'un batteur tatoué LOFOFORA, on pouvait penser avec raison que les RODEO avaient accepter de mélanger leur cervelle avec des gens à la hauteur de leurs délires. Respect diraient les rappeurs. Bravo disent les rockeurs ! Le trio a tout de suite mis tout le monde d'accord. On se pressait devant la scène comme les curieux devant la crèche. Et pas de vagissement, de bêlement ou de meuglement, du rock, rien que du rock. Difficile de les classer dans un quelconque genre. C'est rock, c'est pop, c'est punk, c'est un mélange de tout ça joué à 300 à l'heure et c'est super bien fait, il y a de la matière derrière et pas seulement de la cervicale, ils sont aussi habiles de leurs doigts les DESTRUCTION Inc. ! Seule ombre, ce double concert annonçait la trêve hivernale... A se demander si le rock à Lille ne s'efface pas volontairement (?) devant la frénésie débilisante de Noël. Mais bon, on n'efface pas 2000 ans d'histoire en quelques riffs. Dommage.

Cliquer sur l'image - click on the pic

DESTRUCTION INCORPORATED DESTRUCTION INCORPORATED DESTRUCTION INCORPORATED DESTRUCTION INCORPORATED DESTRUCTION INCORPORATED




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007