Retour à photorock.com

Contacts

DIDIER SUPER ne connaît pas la crise
avec

Paulo ANARKAO - CORBIER

DIDIER SUPER en solo - PAMELA BURNES & ZI FREDDY

KARLIT et KABOK - MCCIRCULAIRE

Didier SUPER et son groupe de hard


Lille,
l'Aéronef, le 04 octobre 2009

"Ma p'tite entreprise connaît pas la crise". Non il ne s'agit pas d'un hommage à BASHUNG, le parrain de l'Aéronef mais d'un constat. La DIDIER SUPER Inc. ne connaît en effet pas la crise. Pour preuve, un Aéronef affichant complet ce dimanche soir. Mais on était dans la capitale régionale, pas à Troufilly-les-Oies avec un public habitué avide de Culture avec un grand C depuis Lille 2004 et Lille 3000... Allait-il succomber au doux chant de DIDIER SUPER sans résistance ? Un beau challenge pour la DIDIER SUPER Inc.à relever.

En fait mon arrivée pas trop tardive pour une fois m'a quand même fait rater les TÊTES de VAINQUEURS où le patron donne de sa personne. DIDIER SUPER et son assistant Fabrice comme les rabatteurs de bar à strip, apostrophant le public, vantant la qualité des prestations à venir. On a finit pour tous y entrer ou presque, certains sont restés imprimés dans la grille. Le tarif ? Une boîte de bouffe pour les pauvres de DIDIER SUPER.

Cliquer sur l'image - click on the pic

T'avais qu'à venir avant T'avais qu'à venir avant T'avais qu'à venir avant T'avais qu'à venir avant

Pas de DIDIER SUPER à l'intérieur, sans doute était-il pendu à son blackberry dans les bureaux, mais PAULO ANARKAO himself faisant de la retape avec son orgue de barbarie, bloquant le public au bar condamné à consommer... Les affaires avant tout dit le patron... Mais s'accouder au zinc et le voir chanter sur ses bandes perforées valait son pesant de cacahouètes (absentes d'ailleurs)... Du punk de barbarie ! La soirée s'annonçait bien.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Paulo ANARKAO Paulo ANARKAO Paulo ANARKAO Paulo ANARKAO

Après nous avoir bien fait boire en musique, le DIDIER SUPER nous offre un CORBIER en chair et en os mais sans la Dorothée associée. Il ne prend pas trop de risques, le public étant en majorité de la génération Dorothée matin, Club Dorothée et Dorothée dimanche, semblait bien apprécier ses textes un peu décalés et humoristiques. Au bout de quelques chansons, j'en avais fait un peu le tour, je suis trop vieux ; à mon époque, c'était la voix du pouvoir, le Général ou le Président que je voyais à la télé et Nounours bien sûr.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CORBIER CORBIER CORBIER CORBIER

Une fois le chapitre CORBIER clôt sous les hourras, voilà le patron en personne. Monsieur DIDIER SUPER arrive seul en scène et met en garde les éventuels pirates de son show contre d'éventuels dommages collatéraux (Hadopi à côté, c'est de la roupie de sansonnets) ; on voit qu'il n'a pas été à l'école de Pascal Nègre pour rien. Difficile de vous décrire le concert, je n'ose pas par peur de représailles. Tout au plus, j'ai récupéré à un intrépide quelques images montrant le Didier seul à la barre juste armé d'une vieille guitare scotchée face à la foule,. Pour le détail de son spectacle à huis-clôt, il faudra attendre des fuites... Surveillez Galo, Lille-Match et autres tabloïds. L'ovation fut générale, chacun étant sûr d'être du bon côté, le gros con est toujours son voisin ; rare furent ceux qui ouvrant les yeux et les oreilles, ont pris la fuite, mais il y a eu des courageux.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Didier SUPER en solo Didier SUPER en solo Didier SUPER en solo Didier SUPER en solo

Après les solos, les premières rangées de sièges à vieux virées, place au rock and roll avec PAMELA BURNES & ZI FREDDY qui cachent en fait un trio. Une chanteuse sexe, un guitariste un peu sexe et un batteur pour meubler le fond de la scène. Paméla n'a pas froid au yeux, maltraite son gratteux, le sieur Zi et n'hésite pas à dévoiler ses formes lors des changements de robes. Bref, un show chaud auquel des mecs venus du public ont pu participer et toucher la Paméla. D'ailleurs, l'un d'eux se l'est totalement accaparé, il était fort le mec pour la porter seul comme un marié franchissant avec son boulet la porte de la chambre de sa nuit de noce. Bon rock and roll entraînant, belle vue sur des fesses résillées avant la belle chute finale sur le tapis.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Pamela BURNES et Zi FREDDY Pamela BURNES et Zi FREDDY Pamela BURNES et Zi FREDDY Pamela BURNES et Zi FREDDY

KARLIT et KABOK prennent la suite. Du Hip Hop mélangeant parfois du slam, plan vocal destiné à faire monter la tension ou à exacerber les aficionados du gros son et ça marche. Pourtant pas fan du genre, voire tout à fait candide, j'ai trouvé les KARLIT et KABOK plutôt intéressants.

Cliquer sur l'image - click on the pic

KARLIT et KABOK KARLIT et KABOK KARLIT et KABOK KARLIT et KABOK

Idem pour les MCCIRCULAIRE qui défendent avec force la Fuego vendéenne, prochaine vedette du puits du fou du bocage*. Je ne peux qu'appuyer (sur le champignon) cette démarche, cette bagnole de stars étant dans les plus belles jamais construites. Et en plus, il y avait sur scène, un cro-magon (je n'en connais pas de restes en Vendée sauf Paulo ANARKAO mais ce n'était pas lui), debout sur une colonne antique, un atlante en quelque sorte (pas le peuple, le terme d'architecture). Sa fonction, sans doute faire beau et ma foi, je pense qu'il aurait plu à Frédéric Mitterand ce beau garçon. Mais bon là on conjoncture... et on est à Lille pas chez les Thaïs. Ah j'oubliais, les MCCIRCULAIRE sont les rois de la Valstar et là, c'est de la performance.
* : Pour ceux qui ne le savent pas, on voit ce bolide 2 fois dans James Bond (Dangereusement Votre et GoldenEye). La 504 n'a pas la même carte de visite.

Cliquer sur l'image - click on the pic

MCCIRCULAIRE MCCIRCULAIRE MCCIRCULAIRE MCCIRCULAIRE

Voilà enfin le clou du spectacle ! Sur scène, le groupe de hard balance "J'ai encore rêvé d'elle", de la crise je suppose... DIDIER SUPER en chair et en os sur scène sur scène avec ses O.S. de la zique qui en bons ouvriers pas syndiqués n'osent pas trop contredire le boss mais jusqu'à un certain point seulement. Ils ont quand même un semblant de conscience... Le La est donné par le patron (et il y tient au nom de "patron", il suffit de voir la set-list), les autres exécutent mais exécutent bien au point où je pense qu'ils sont bien payés sinon le travail ne serait pas si bien fait. Les skeuds succèdent aux hits et vice versa. DIDIER SUPER entre 2 vérités à ne pas dire, arrive toujours à faire applaudir les escadrons de la mort ; j'aurais pu penser que le public lillois était plus réfléchi que celui des Troufilly-les-Oies, mais non, une foule c'est toujours aussi con, lillois ou pas. Et cela arrange les affaires de la DIDIER SUPER Inc. ; cette "p'tite entreprise ne connaît pas la crise" et vu au rythme où vont les choses, elle n'est pas prête de la connaître..
Mais rien de tout ça, le DIDIER SUPER surfe habilement sur la bêtise, la dénonce sans relâche à des gens qui portent des tee-shirts Goéland, bien campés sur leurs Nike avec un i-phone explosif dans la poche... Et il remplit les palettes des restos du coeur. Au moins ses frasques et celles des ses amis permettront à quelques uns d'avoir un cassoulet William Saurin (sponsor de Koh-Lanta) à Noël.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Didier SUPER Didier SUPER Didier SUPER Didier SUPER




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009