EXPOSE - The DOMESTICS et FOR YOUR MOMMY

Templeuve Belgique, Les Tontons Flingueurs
le 18 janvier 2004


Trois spots, deux lampes, une alcôve coincée entre la toilette (on est en Belgique) et le bar pour accueillir trois groupes lillois et X spectateurs venus ce dimanche soir aux Tontons Flingueurs �couter religieusement en ce jour du seigneur, la parole rock and rollienne prêchée par EXPOSE, The DOMESTICS et FOR YOUR MOMMY. Le trio EXPOSE officie le premier laissant à peine aux retardataires le temps de siffler leurs premières libations mousseuses.

EXPOSE est tout indiqué pour commencer cette grand messe. A partir de mélodies rock apprivoisées, les EXPOSE en profitent pour donner la bonne parole, s'emmêlent les cordes dans les soutanes, mélangent ciboire et ostensoir et trés vite les sermons fleurant le bon rock system glissent, dérapent sous l'effet de quelques diableries vers un discours hérétique digne du bûcher. Et ces premiers riffs décapants, hérétiques et dècadents lancent vraiment le set donnant le ton à cette soirée. Alternant passages presque mélodiques et déchirements électriques, les EXPOSE travaillent le déjanté à la missionnaire, ça se convertit ou ça casse. Ce soir c'est passé, pas de missionnaire dans la marmite et leur pool position a rôdé certaines oreilles pas encore au fait de cette tendance délicieusement fâcheuse et iconoclaste qui se ressent de plus en plus dans la scène lilloise. C'est pas pop, pas punk, pas métal, pas ci, pas ça, c'est juste bon.

cliquer sur l'image - click on the pic



La suite, je ne la présente plus, ce sont bientôt des habitués de Photorock sans aller jusqu'� dire, "des DOMESTICS" de ce monde virtuel d'images". Et bien, encore une fois, The DOMESTICS ne m'ont pas déçu et leur parole m'a touché. Même dans le noir ou presque, ils assurent. Leur set toujours bien balancé et puissant s'enrichit à chaque fois de nouvelles paraboles ce qui évite des impressions de déjà vécu comme cela arrive souvent dans les célébrations. Ouvrant le rituel par un traitement blasphématoire d'un thème rock and roll pur jus qui trotte dans la tête de tout le monde, The DOMESTICS a continué le travail de sape des bonnes valeurs entrepris par EXPOSE, explosant au passage les dogmes en vigueur. Certes d'autres ont déjà exploré à leur manière ces nouvelles routes du rock, mais, pas plagiat, pas de séjà entendu, The DOMESTICS garde son propre style qu'il soit musical ou scénique car même le plus sage, le guitariste, passe son temps à s'éclater et à sautiller, les yeux tournés vers le ciel... plus près de toi mon dieu !

Malgré tout, pas de miracle, The DOMESTICS ne sont pas encore assez forts pour créer la lumière. La pénombre des catacombes originelles tenait bon. Pas de "Et la lumiére fut" ! Tant pis, mon Canon a du gérer son manque.

cliquer sur l'image - click on the pic



Un retournement de situation n'aurait pas pu avoir lieu après un tel déluge. Imaginer une formation popisante était impossible voire inconvenant. Les FOR YOUR MOMMY défrichent eux-aussi de nouvelles voies pas aussi impénétrables que celle du seigneur et penchent parfois vers un hardcore presque brutal tout en contraste. Rompant la trinité des EXPOSE et des DOMESTICS, un quatrième larron s'offre le luxe de jouer avec des machines à bruits divers et des rythmes hypnotiques presque technoîdes quand il ne n'improvise pas des solos de percussions en frappant des umbos coincés entres les jacks de ses machines. Rock déjanté ? Voilà un terme qui pourrait qualifier les délires électriques et percutants de FOR YOUR MOMMY, mais les DOMESTICS le sont déjà, déjantés ! J'ajouterai bien décadent, irrespectueux des normes ; bref, juste un mot qui les enverrai directement à la Question sans passer à la case départ. Mais que fait donc l'inquisition ? Heureusement pour les gentils, bientôt ELYSEAN FIELDS, envahira des planches de la capitale de la culture européenne pour prêcher la bonne parole et ramener l'apaisement, le conforme dans lequel beaucoup sont tombés. Mais nos noisy-rock-rock déjantés brillent même quand il n'y a pas de quoi ou presque, de rassasier le capteur de ma boîte à images qui par goût de la provoc a aussi fait dans le décadent.

cliquer sur l'image - click on the pic




Fred Loridant
Janvier 2004

Fred Loridant ©2004