Photorock



Journées des 11 et 12 juillet 2003

cliquer sur le nom du groupe - click on the band's name

AS DRAGON - BIOHAZARD - BLUTCH - BOB LOG III

BORN from PAIN - CLAWFINGER - FONDA 500 - JAGA JAZZIST - KING CRIMSON

LAB° - NASHVILLE PUSSY - OXBOW - PRONG - RAGING SPEEDHORN

STUPEFLIP - The EX - TOMAHAWK - TRASH & TRADITION

TRYO - UK SUBS - Les WAMPAS - ZENZILE


Coincé entre des terrils et une nationale, le festival de Dour, une fois n'est pas coutume, a ouvert ses portes sous un soleil plombant. Comme à son habitude, l'affiche était alléchante, des pointures côtoyant des formations plus underground, l'organisation, irréprochable, le seul défaut étant la trop grande richesse de l'affiche obligeant à des choix désespérés. Comment voir l'intégrale du concert de The EX, le samedi 12 de 19h30 à 20h20 dans la Magic Tente alors que les WAMPAS attaquaient sur la scène principale à 20h20.  Les choix ont parfois été cornéliens… Impossible de tout voir, d'autant plus que je n'y ai passé que deux jours, le vendredi et le samedi. Mais quel plaisir de voir BIOHAZARD jouer juste avant KING CRIMSON (les cheveux de Robert FRIPP ont du se dresser) ou de voir les TRASH et TRADITION, des déjantés lillois raconter des histoires belges à un parterre de Belges !

Les concerts marquants ont sans aucun doute été KING CRIMSON qui joua devant une foule hétérogène captivée, les NASHVILLE PUSSY et leur rock alpiniste, STUPEFLIP, tout surpris de faire un tabac hors de la douce France, les WAMPAS et les slams du chanteur, ou BOB LOG III, un spoutnik attirant les jeunes filles dans son vaisseau…. Puis tous les autres, la suite en images.


cliquer sur l'image - click on the pic







AS DRAGON (Popbitch Zone, 11/07)

AS DRAGON est un excellent groupe de rock oscillant entre envolées psychédéliques et riffs qui ne dénoteraient pas chez les keupons, emmené par une sacrée chanteuse qui après un moment d'échauffement et de prises de marques, se donna à fond, surprenant et captant toute l'attention des mâles qui dans la salle n'étaient pas loin du rut !



Asdragon

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Asdragon



BIOHAZARD (Last Arena, 11/07)

Imaginez un troupeau de trente-cinq tonnes (hommage à STARSHOOTER soit dit au passage) brûlant le bitume d'une autoroute qui bien sûr, mène droit en enfer. Le gros son est là ! Et il n'y en a pas que pour les oreilles, les yeux en prennent plein aussi ! Pendant que des brutes martelaient les planches, un kangourou branché sur du high voltage n'arrêtait pas de faire des bonds.



Biohazard

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Biohazard



BLUTCH (Last Arena, 12/07)

Le GI s'avance dans le couloir, de l'acide suinte des fissures. Une ombre, il tire. Sauvé, mais pour combien de temps ? Et toujours ces coups sourds qui dérangent au plus profond des entrailles. Avec BLUTCH, vous avez la bande son du célébrissime jeu DOOM d'Id Software !



Blutch

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Blutch



BOB LOG III (Popbitch zone, 12/07)

Une guitare, une grosse caisse, une chaise, une bière et un échappé du programme spatial russe en combinaison, forcément, ça surprend surtout sous la canicule. Scéniquement, cela tient la route, c'est du solide et en plus, ça attire la gente féminine, musicalement, c'est la rencontre entre un ampli, une guitare et un Spoutnik ! Le bip venu de l'espace qui fit trembler les ricains a enfin été décodé, c'est un bon rock garage cra cra et nasillard pour le plus grand plaisir des oreilles et des yeux.



Bob Log III

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Bob log III



BORN from PAIN (Cannibal Blue Stage, 12/07)

Une pincée d'hardcore, du métal et une présence scénique fixant toute l'attention, voilà une bonne formation qui ne dépareillerait pas dans les gros festivals métals.



Born from Pain

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Born from Pain



CLAWFINGER (Last Arena, 11/07)

Voilà de dignes successeurs des vikings scandinaves. Puissants, énergique, ne tenant pas en place, les suédois de CLAWFINGER dont c'était le retour, n'ont pas mis beaucoup de temps à déchaîner les pogos brutaux avec leurs titres ravageurs comme Do What I Say.



Clawfinger

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Clawfinger



FONDA 500 (Popbitch Zone, 11/07)

Avec FONDA 500 dont le nom sonne comme celui d'un médicament, n'est pas somnifère, ni un excitant mais plutôt un anti-dépresseur avec leur pop rock d'aspect gentille mais absolument pas lisse. Le groupe, un panda chanteur géant proche du sumo, une bassiste en robe imprimée sérieuse, deux guitaristes dont un tripotant les touches d'un clavier, fait dans une pop rock bien pulsée sans faire dans le mielleux romantique ou geignard qui caractérise bon nombre de groupes pop actuellement.



Fonda

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Fonda



JAGA JAZZIST (Red Frequency Stage, 11/07)

JAGA JAZZIST aurait pu paraître bien fade. Erreur, cette bande à dominante jazzy est tombé fort à propos facilitant avec leur jazz funk à tendance electro et des lights de haut niveau, la re-descente dans le monde du réel après le voyage dans la dimension KING CRIMSON.



Jaga Jazzist

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Jaga Jazzist



KING CRIMSON (Last Arena, 11/07)

Un seul commentaire : comme il était bon de faire partie un peu plus d'une heure de la cour rapprochée du grand Roi Pourpre…



King Crimson

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

King Crimson



LAB° (Popbitch Zone, 11/07)

La tente vous avale, l'ambiance étrange qui règne vous embrasse, vous emmène dans des rythmes qui passent du dub à l'électro sans crier gare, quand elle ne vous précipite pas dans un post-rock hallucinatoire et hypnotique. Une belle réussite dans le genre, les nombreux corps en transe en témoignaient.



Lab�

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Lab�



NASHVILLE PUSSY (Last Arena, 11/07)

Ah quel plaisir de les revoirs ces rockeurs/rockeuses cra cra et vulgaires qui font dans un AC/DC de quartiers chauds. La bassiste arborant fièrement un kiss my ass en boucle de ceinture et la guitariste qui devrait être payé par les AA tellement la scène de la Corona est marquante, se donnent à fond tandis que plus calme (mais un calme qui cache la tempête), leurs homologues masculins à la guitare/chant et à la batterie tentait de tenir le rythme d'enfer. Et en final, la lead guitar ne pu s'empêcher d'escalader les structures de la grande scène pour nous lancer un dernier skud perchée à plus d'une dizaine de mètres de haut…



Nashville Pussy

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Nashville Pussy



OXBOW (The Magic Tente, 12/07)

Un black de chez les black à la stature de Van Dame (honneur aux belges) tout luisant aux commandes d'une formation faisant dans un métal rebelle aux accents keupons. Du puissant, du bien lourd et un slip kangourou blanc pour cacher la bête. A voir !



Oxbow

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Oxbow



PRONG (Last Arena, 11/07)

Une comparaison douloureuse m'explose à l'esprit : PRONG, c'est le bruit du bombardement de Dresde en 1945 (bien sûr il y a des ricains dans ce crime contre l'humanité – 135 000 morts au moins), mais absolument pas l'ambiance mortifère du raid. Avec PRONG, les gros sons vous envoient dans un monde parallèle dont on ne sort qu'hébété mais heureux et vivant.



Prong

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Prong



RAGING SPEEDHORN (Last Arena, 11/07)

Tout est dans le nom ! C'est une formation trash métal à tendance néo pour le chant où deux chanteurs s'éclatent dans tous les sens du terme. Ils n'étaient pas les seuls, les nuages de poussières soulevés par des pantins désarticulés survoltés en disaient longs sur l'ambiance régnant dans la fosse sous un soleil de plomb.



Raging Speedhorn

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Raging Speedhorn



STUPEFLIP (Last Arena, 12/07)

P….., voilà deux fois que je vois STUPEFLIP, voilà deux méga claques que je me prends ! Ce collectif parisien n'a pas mis trois minutes à enflammer la prairie avec leur sombre histoire de vengeance, d'épouvantables épouvantails ou de messages anti-système. En plus ils sont beaux et bien que mes quinze/vingt ans sont loin, je n'ai pas arrêté de secouer des fesses coincé entre deux charmantes voisines qui faisaient de même pendant que des slameurs passaient au dessus de nos têtes avant de s'écraser lamentablement au pied de la scène. Un grand concert perturbé par les TRASH et TRADITION avec l'affreux ROAAAR, le mignon SUPERPOP et d'autres hurluberlus sortis des caves lilloises. Un grand concert, un stupéfiant concert et je suis sûr que les STUPEFLIP ont été stupéfaits de l'accueil fait par une Last Arena noire de monde.



Stupeflip

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Stupeflip



The EX (The Magic Tente, 12/07)

Toujours aussi tordus ces néerlandais que j'avais vu il y a peu de temps au Grand Mix à Tourcoing. Leur punk rock aux consonances parfois industrielles ou bruitistes m'ont encore convaincu de l'énorme réservoir d'idées qui foisonnent de ces esprits entièrement façonnés par des rythmes bizarres, inventant des traitement nouveaux à affliger aux six cordes ou allant chercher de l'inspiration dans l'expérimentation. Je n'ai malheureusement pas pu voir la fin, voulant être au premières loges pour croquer Didier WAMPAS.



The EX

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

The Ex



TOMAHAWK (Last Arena, 12/07)

Le nom suffit à décrire ce monstre. Un dément sur une console avancée, des furieux derrière, voilà le décor. Le pire est qu'ils étaient munis d'instrument de musique et savaient fichtrement s'en servir pour nous frapper chirurgicalement avec un métal hautement psychédélique et des accélérations digne d'un TOMAHAWK. Du grand art dans le délire !



Tomahawk

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Tomahawk



TRASH et TRADITION (squatt sur l'esplanade de la Last Arena, 11 et 12/07)

Les vrais outsiders ! Nombre de groupes devraient prendre exemple sur leur désinvolture désintéressée qui cache un foisonnement d'idée servies par des maîtres ! Iconoclastes à la redingote, les VIOLON PROFOND, duo, chant et violoncelle, ont encore blasphémé balayant 10 ans de pur hard rock, de Smoke on the Water à Highway to Hell (chanté in french, Fumée sur l'Eau et l'Autoroute vers l'Enfer), en trois cris et deux coups d'archers, mais ininterrompus… Ah j'oubliais, KING CRIMSON a assuré leur première partie.



Trash et Tradition

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Trash et Tradition



TRYO (The Red Frequency Stage – 11/07)

Que dire de ce groupe français qui monte ! Pas grand chose, la musique est dans l'air du temps, mais je n'aime pas trop ce temps. Avis personnel car on se bousculer pour les voir s'éclater sur scène.



Tryo

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Tryo



UK SUBS (Cannibal Blue Stage, 11/07)

Des punks, des vrais qui traînent leur perfecto et leurs cheveux ébouriffés depuis un bail et qui surtout n'ont rien perdu de leur fougue, frappant entre les CLASH et les SEX PISTOLS. Un détail, la bedaine, c'est la bière et la quarantaine, pas l'embourgeoisement.



Uk Subs

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Uk Subs



Les WAMPAS (Last Arena, 12/07)

Rescapés des années 90 et du show biz, les WAMPAS continuent à brûler les planches et à enflammer les foules avec leur punk rock débridé festif avec Didier du même nom, chanteur charismatique qui ne sait pas faire sans le contact physique avec la foule. Et il l'a encore prouvé à Dour où il escalada guitare à la main des masses de fans surexcités quand il ne se laissait pas bercer sur des milliers de mains qui l'emmenaient dans une danse effrénée…



les Wampas

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Les Wampas



ZENZILE (La Petite Maison dans la Prairie, 11/07)

Des brides d'un This is not a love song de vous savez qui, m'ont de suite attiré dans la Petite maison dans la prairie où à défaut de voir les Ingalls, ZENZILE développait de superbes ambiances teintées de reggae, de space rock à la OZRIC TENTACLES ou de FLOYD ; un ravissement pour ceux qui aiment ces atmosphères bizarroïdes où herbes rares (fauchées par Laura Ingalls) et musique font bon ménage et bon voyage.



Zenzile

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Zenzile


Frédéric Loridant
juillet 2003
fred@photorock.com