DUDIN

au Nautilys, Comines
le 30 octobre 2003

Soirée haute voltige ce soir à Comines au Nautilys. Cette salle aurait pu s’appeler Arlette Gruss ou Cirque Jean Richard que cela ne m’aurait pas étonné ! L’origine de cette approche acrobatique de la musique, le groupe lillois DUDIN vu récemment à Bavay au Pat Rock. Le groupe a parfaitement confirmé mes impressions bavaisiennes et a prouvé une nouvelle fois ses aptitudes à jouer un rock français bien balancé et haut perché. Nos trois lascars aidés par une machine à samples et à faire du bruit étaient en résidence au Nautylus et ce concert en était le bouquet final. Au programme de cette soirée, l’intégrale si je ne me trompe pas de leur premier album, Professionnel que toute personne sensée et sensible au bon rock and roll se doit d’avoir. A ces titres bien rodés s'en ajoutèrent des nouveaux (dont un écrit lors de la résidence) qui présagent une heureuse suite. Sans prétendre révolutionner le genre, on retrouve dans la musique de DUDIN plein de sonorités agréables aux oreilles allant de NIRVANA (Le Scotch qui visiblement donne des idées aux fans de la première heure) au rock français, celui qui a vu le vent en poupe lors de l’aventure TELEPHONE en y intégrant des rythmes plus actuels sans pour autant tomber dans la ringardise formatée des majors. Leur musique a tout pour faire décoller le groupe et viendrait colorer sans problème le paysage radiophonique actuel. On se sent en pays conquis, chez soi avec cette fusion de riffs certes pas nouveaux mais si agréables aux oreilles.Et cerise sur le gâteau, on n’a pas eu une minute de répit même durant les morceaux plus popisants ; ça n’arrête pas de bouger sur scène, le chanteur et le guitariste qui fait aussi office de bassiste s’envoient continuellement en l’air au sens propre du terme quand le chanteur n’envahit pas la salle communiant avec un public surpris. De vrais acrobates les DUDINS ! De les voir voltiger sans cesse, certains en avaient sans doute le tournis et au second rappel, ils envahirent la scène scotchant littéralement le chanteur pendant leur nirvanesque titre, Scotch... Non, c’était les fans de la première heure.

cliquer sur l'image - click on the pic












Frédéric Loridant
octobre 2003

Frédéric Loridant ©2003