ETHNOPAIRE

La Rumeur,

Lille, le 24 janvier 2005


Difficile de sortir un lundi soir surtout quand dehors, des flocons volètent, le froid tombe et que le canapé et la TV vous tendent les bras. Mais l'OVNI ETHNOPAIRE se posait à La Rumeur le temps d'une soirée et la rumeur (sic) urbaine en disait le plus grand bien. Ce trio et demi, deux guitares, un clavier et une boîte à rythme qui gravite autour de la planète Loran des BxN (qui y retrouve sûrement des ambiances dignes de la bataille intersidérale de Pali-Kao), voyage dans une sorte de vaisseau punk rock flirtant avec des nébuleuses et des vents cosmiques dignes d'HAWKWIND, nous plongeant dans un déferlement sonique urbain space [-electro-anarko-vidéo-] punk. Et pourtant, le clavier qui enfante ces sons venus d'ailleurs les mêlant alégrement aux délires electro-punk-métal d'ETHNOPAIRE, ne connaît des maîtres du space rock que le nom... En simplifiant, ETHNOPAIRE est un habile mélange dans lequel on devine une influence Bérurière dialoguant avec un langage musical d'outre espace appartenant à la plus pure tradition du space rock anglais, ce genre génial assez mal connu en France. L'absence de chant peut surprendre, mais les vidéos palliaient largement cet apparent manque et transcendaient les morceaux. Promenade curieuse dans un village protégé, dessins animés , visions bucoliques paradoxales dans cette musique urbaine ou plutôt ce métal urbain et ... écran bleu annonçant des ennuis techniques écorchant cette belle harmonie... Dommage. Et quand le regard arrive à s'arracher de l'écran, il se focalise automatiquement comme aspiré vers les transes contagieuses du guitariste exécutant une vraie ghost dance à la HAWKWIND (encore) transformant alors la salle en carnaval des agités. Ce pantin désarticulé à lunettes présente d'ailleurs sur le plan du look et et de l'esprit déjanté, des similitudes étranges avec Robert Calvert - clique pour voir, le poète chanteur d'.... HAWKWIND . J'y tiens à cette référence... Je persiste et signe. Et derrière, toujours cette guitare aux riffs lancinant qui joue avec la boîte à rythme.

cliquer sur l'image - click on pic













ETHNOPAIRE fait partie de cette cohorte de soucoupes volantes soniques qui explorent les confins des nébuleuses musicales dans lesquelles j'aime voyager et me perdre. ETHNOPAIRE, ce croisement entre du punk-rock à la BxN avec des guitares parfois franchement métal et des ambiances space tout droit sorties des machines à bruit munies d'un clavier aux touches noires et blanches, a sacrement contredit la niaiserie relayée sans discernement par la TV devant laquelle étaient scotchés les frileux : le 24 janvier était le jour le plus cafardeux de l'année. Mon cul ! Au moins pour les présents. De toutes façons, je m'en fous, j'ai réussi à claquer 4 HAWKWIND dans ce texte, sans doute vois-je dans ETHNOPAIRE un chaînon manquant entre le space rock et le punk...



Janvier 2005

Frédéric Loridant 2005