Retour à photorock.com

Contacts


TOYS R NOISE - ZERO WATT
ETHNOPAIRE


Lille,
Le Détour, le 04 juillet 2008

Et encore un concert de soutien ! A qui, je ne sais plus et à se demander si l'approche des vacances n'est pas favorable à tenter une mobilisation autour d'affiches de choix (cf sur Photorock les 26 et 27 juin et le 2 juillet). Sans doute que si vu l'affluence ce 4 juillet au Détour mais il faut dire que les groupes valaient le déplacement : ZERO WATT et ETHNOPAIRE avec en apéro, TOYS R NOISE, un trio ultrasonique déjanté à l'appellation explicite.

Et quelle ne fut pas ma surprise ! Non pas parce que le groupe TOYS R NOISE jouait encore bien que mon retard soit important, mais que Gégé, le Gégé lillois multi noise band traînait avec le groupe en tant que chanteur au milieu d'un fatras impressionnant. Caddie acheté pour un euro au supermarché du coin, bontempi, machines à musique fischer price(c) et quelques instruments plus classique, guitares, claviers et batterie. J'en n'ai pas vu grand chose, une chanson et demie peut-être mais l'expérience vaut la peine d'être vécue, les TOYS R NOISE ont un nom qui est bien en dessous du rock bruitiste qui fit trembler les murs de la cave. Ajouter un Gégé qui tente avec succès de placer des paroles sur les explosions soniques et vous avez un tableau à peu près fidèle. Ceux qui n'ont jamais entendu parler de noise ont sans doute fuit à toutes jambes vers des contrées plus formatées, les autres ont regardécouté avant que le Gégé, toujours lui, se réfugie dans le caddie sonnant ainsi la fin de la révolte des bontempi.

Cliquer sur l'image - click on the pic

TOYS R NOISE TOYS R NOISE TOYS R NOISE TOYS R NOISE

Deux basses, une boîte à rythme et des mangeurs de steaks, du moins, les ZERO WATT le crient fort haut, la voix surpassant les vrombissements des basses. Ce duo infernal formé d'une bête de scène et d'un habitué du rock alternatif commence sans crier gare. Tout démarre par des beuglements (compréhensibles) qui luttent contre l'arrivée d'une colonne de chars au Détour. A moins que ce ne soit l'inverse, la colonne frappant avant les feulements, mes restes d'oreilles ne s'en souviennent plus. Une vraie blitzkrieg, Bagdad sous les bombes, les seules accalmies correspondaient aux réglages éclairs de la boîte à rythme (et c'est un rapide le Bergas), et entre ces parenthèses, on se prenait une bonne claque ou plutôt une double baffe quand les basses crachaient leurs accords, c'est à dire tout le temps. A se demander si ZERO WATT n'est pas juste un ramassis de brutes sauvages, un couple bestial qui nous cannibalise volontairement. Et le pire, c'est qu'on aime cela.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ZERO WATT ZERO WATT ZERO WATT ZERO WATT

Après ce séisme (c'est à la mode en ce moment), je m'apprêtais à rejoindre la salle de survie, le point de ravitaillement central quand l'Arno, la bête de scène, mugit "Eh Loridant, reste là, on continue...". Et oui, ils continuaient mais derrière s'étaient rajoutés les ETHNOPAIRE sans doute soucieux d'en profiter pour faire une balance... Un boeuf réunissant 2 barbares à 3 sauvages n'est pas chose commune et j'assure de le boeuf pogotait joyeusement aux fruits insoupçonnés de le communion décibélique des 5 baladins. Les ZERO WATT évaporés, ETHNOPAIRE était assez chaud pour lancer le bal. Violette à la gratte dans son coin, presque cachée, Nilos au centre et Zimo de l'autre côté avec une gratte aussi lance la folie dans la cave du Détour. ETHNOPAIRE martèle, donne dans l'extatique, hypnotise, ETHNOPAIRE invite à la transe et quelle transe ! Des danses folles connues, d'autres nouvelles issues de leur délires de chamanes hallucinés. Il faudrait pouvoir les voir jouer dans des grottes à la lueur des lampes à suif, en peau de bêtes, pour connaître les Mystères. On arriverait peut-être à comprendre les chevaux et les bisons de Lascaux and co.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ETHNOPAIRE ETHNOPAIRE ETHNOPAIRE ETHNOPAIRE




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008