retour à Photorock
Retour / Back


The WHITE LOOSE WOMAN - EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL

La Malterie
Lille, le 6 novembre 2006

La Malterie est un lieu extraordinaire ! Non pas pour sa taille, surtout pas pour les lights souvent dignes d'un huit-clos intimiste au fond d'une caverne mais pour sa programmation qui ose faire passer des trucs de ouf qui attirent toujours un paquet de curieux. Comme quoi il y en a encore ! Et en ce premier lundi de novembre (jour où bien entendu les gens sortent se détendre), étaient programmé une face cachée de la culture lilloise avecTHE WHITE LOOSE WOMAN et les activistes soniques de l'EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL. Des noms à l'image de leur musique, des associations de mots et de sons curieux mais qui imbriqués forment un cocktail des plus furieux. De quoi satisfaire les oiseaux de nuit du lundi et de bien commencer la semaine.

THE WHITE LOOSE WOMAN fait dans le screamo-rock-électro-psyché dit le programme ! Tout un programme en effet ! Et c'est en candide que je prenais en pleine tronche les premiers accords d'un truc qui déracine ! Les cinq musicos apparaissaient relativement calmes, presque sérieux mais au milieu traînait un chanteur à l'air hagard, fiole à whisky à portée de main ; il se démenait sur la zic envoyée par ses potes à l'opposé de leur attitude. Sorti de nulle part et criant, hurlant même en frisant presque le hard-core, le chanteur donnait corps à la musique sans pour autant l'humaniser, on reste dans un monde des mutations dans lequel la white loose woman a pris sacrément pris de l'assurance. Une belle claque, il me faudra absolument la recroiser cette THE WHITE LOOSE WOMAN.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The WHITE LOOSE WOMAN The WHITE LOOSE WOMAN The WHITE LOOSE WOMAN The WHITE LOOSE WOMAN The WHITE LOOSE WOMAN

Un gros bras tatoué, du banal ! D'un commun... Mais là où l'on commence à se poser des questions est lorsqu'on s'aperçoit que le tatouage représente un schéma électronique !!! Il faut avouer que ce n'est pas courant. Voilà le premier contact avec le guitariste de l'EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL. Deux autres musiciens l'accompagnent : une asiatique à l'orgue et un batteur. L'intro est bruitiste, le micro de la guitare servant à faire passer différents sons allant du porte voix en jouet pour enfant au toys pour adultes, un vibromasseur qui vibra d'ailleurs tout au long du concert s'éloignant doucement de la scène. Par dessus, vinrent s'engouffrer de lourdes et riches nappes bien seventies distillées par l'orgue et une batterie se mit doucement en branle. D'un coup, un cyclone sonique s'empare de la Malterie. EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL lance mille idées, mille sonorités qui paraissent familières, des éléments déjà connus mais qui dans ces constructions trouvent un équilibre entre le déjà entendu et le chaos. C'est un vrai tour de force que d'éviter de tomber d'un côté ou de l'autre, une architecture osée et peu courante. Claviers seventies, guitare garago-punk-noisy et frappe chirurgicale de la batterie, voix bizarre, puissance digne des compositeurs russes de la fin du XIXème/début XXème, sonorités populaires ... une sorte de bordel sonique qui tient rudement bien la route, celle qui conduit inévitablement à l'EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL

Cliquer sur l'image - click on the pic

EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL EXPERIMENTAL DENTAL SCHOOL

Frédéric Loridant / Photorock - Novembre 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur !
Préférez un navigateur libre comme Firefox / Mozilla - Opera - Camino (for Mac) ou un autre (Galeon, Epiphany, Amaya, Dillo...)

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional