Retour à photorock.com

Retour Contacts

Francis' Night

MEN FIST TEN ASSES - ASPHALT TUAREGS

ASHTONES

Pipoles

Villeneuve d'Ascq,
la MDE, le 20 janvier 2011

Un soleil pas et lourd qui épaissit le jour fonce sur ma planète*, j'avais ce refrain de LAVILLIERS en tête en arrivant à la MDE. Pas évident de retrouver un ASHTONES amputé même accompagné des MEN FIST TEN ASSES et d'ASPHALT TUAREGS. Le public avait largement répondu présent à ce concert hommage et pas seulement les lillois. La plupart des groupes qui sévissent dans la région étaient là. Des punks, des rockab, des garageux, des rockeux... Impossible d'en dresser la liste... Les plus surpris furent sans aucun doute ceux qui tenaient le bar et qui ont du écumer tous les nights shops pour rassasier d'or blond ces ivres d'excellent punk rock bien que le premier groupe, les MEN TEN FIST ASSES ne fassent pas vraiment dans le punk.

* : Plus dure sera la chute dans Les Barbares, 1976.

La scène est vaste et plongée dans le rouge sang. Sur le mur du fond, 2 grands portraits de Francis, sur fond rouge également. Le nouvel arrivé dans la galaxie du rock and roll semble dire, foutez moi la patate, lâchez vous, the show must go on... Énergie, rage mais aussi tristesse vont être les mots d'ordre de la soirée. La bande à Sabatel Siouxie lance l'hommage. Le son est excellent, BP est aux commandes, la new wave rock and roll des MEN TEN FIST ASSES, un peu trop métallisée par le batteur à mon goût, a gagné en galons. La Sabatel hurlait avec une hargne ce soir décuplée. Lee Ciou envoyait vers les étoiles ses solos tandis que Sven et Chiko nous bombardaient à coups de météores bien graves.

Cliquer sur l'image - click on the pic

MEN FIST TEN ASSES MEN FIST TEN ASSES MEN FIST TEN ASSES MEN FIST TEN ASSES


A l'origine cette soirée était dédiée à la présentation du split ASHTONES / ASPHALT TUAREGS en 25cm. Un sort tragique en a décidé autrement, mais le vinyl rose est bien là protégé par un suaire. Les ASPHALT TUAREGS ne construisent pas des routes dans l'Atlas mais viennent directement du Havre. Rien à voir avec LITTLE BOB STORY, le blues rock havrais a connu le même destin que la sexe turgescent dans Bad Biology*, il est devenu incontrôlable sous l'afflux des testostérones et de stéroïdes et a répondu aux appels des power trio tapant des bourres dans le speed rock sans pour autant déraper dans un métal à 2 balles. Devant la scène, on se pressait et la tension montait.

* : Film américain réalisé par Frank Henenlotter, sorti en 2008.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ASPHALT TUAREGS ASPHALT TUAREGS ASPHALT TUAREGS ASPHALT TUAREGS


Voilà les AHSTONES tant attendus. Las 4 rescapés sont sur scène, l'image de Francis plane sur eux. La tension était à son comble, les fans et les autres commençaient même à s'agiter avant même que le concert ne débute. Set-list implacable, salle en sens dessus dessous, professionnalisme du groupe malgré l'absence d'une guitare et quelle guitare ! Plus d'une fois, j'ai volé dans les pieds d'un Destroy, d'Olive ou de Michelle-Anne, plus d'une fois, Gé ne faisait plus qu'un avec le pack qui s'était formé devant. Le groupe crachait ses tripes, voulait exorciser son immense tristesse. Avec toujours ces 2 affiches qui rappelaient le drame, qui rendaient presque palpable notre Francis... Le temps d'un concert, on a presque cru qu'il était revenu, le temps d'un concert, on a presque oublié cette horreur. Seules des larmes versées à la fin nous ont fait redescendre dans la dure réalité... Tous avaient le cœur serré, l'estomac noué... The show must go on, ce qui n'empêchera pas que Francis nous hantera l'esprit et celui du rock and roll sans fioritures pour longtemps. Ce concert n'était pas un adieu à l'homme au chapeau mais juste un au revoir.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ASHTONES ASHTONES ASHTONES ASHTONES


Et les Pipoles...

Cliquer sur l'image - click on the pic

Pipoles Pipoles Pipoles Pipoles



Frédéric Loridant / Photorock.com 2011

Valid HTML 4.01 Transitional