retour à Photorock
Retour / Back
ARSENE LUPUNK - TOXIC WASTE

BARBIROOZA - CELLULE X - ETHNOPAIRE

BERURIER NOIR


Festival Frog'n'Roll / FZM,

Lillers, Le Palace, le 22 octobre 2005




Un festival FZM greffé sur le Frog and Roll annuel de Lillers ! N'importe quel keupon pouvait se douter que l'ombre des bXn planait dessus. Bien entendu, ces derniers ne venaient pas et laissaient la place aux poulains de leur label qui piaffent d'impatience de se produire dans des salles dignes de leur musique. Et le Palace à Lillers est l'une d'entre elles. Ancien cinéma appartenant à la série "vrai cinéma" et non hypermarché, le Palace a retrouvé le temps d'un soir sa splendeur d'antan avec en feu d'artifice final, des BERURIER NOIR en pleine forme, point d'orgue d'une belle affiche où BARBIROOZA, CELLULE X et ETHNOPAIRE côtoyaient un substrat local plein d'énergie, ARSENE LUPUNK et TOXIC WASTE.

Milieu de l'après-midi, le Palace a retrouvé une vraie vie. Son long bar se remplit, des tables mises bout à bout reçoivent tee-shirts, fly et toute une documentation subversive (au moins pour les sarkosiens et autres bons français). Les balances se suivaient et ne se ressemblaient pas, les derniers à passer, les TOXIC WASTE furent aussi les premiers à monter sur les planches. Mais il n'est pas 20h00, on a eu le temps d'aller en ville où les premiers punks à chiens et sans chien investissaient les bars sous l'oeil incrédule et parfois agressif des indigènes.

20h00-1 Kristina, maîtresse d'un soir du Palace, stresse... L'ancien ciné ouvre ses portes, le bar se remplit presque instantanément et ARSENE LUPUNK prend plaisir à mettre un peu d'ambiance à coup de battes de base ball pour ce que j'en ai vu car après....Impossible de s'en approcher, une barrière compacte surmontée parfois de crêtes bien sucrées ou bien laquées, se formait instantanément lorsque les ARSENE LUPUNK prenaient leur guitare, sax et contrebassine. Pour la petite histoire, si la femme de ménage cherche le manche de son balai, elle peut le demander aux ARSENE...


Cliquer sur l'image - click on the pic




Le grand écran du Palace s'anime. Pas de d'actu Gaumont, pas de bande-annonce, juste des lights toutes couleurs maniés par un ZERO WATT électrique et devant, les TOXIC WASTE qui lancent la séance. La salle n'est pas encore remplie, dehors une longue file attend encore de pouvoir entrer. Dans le Palace, les TOXIC WASTE étaient aux anges. Et le public déjà entré leur a bien rendu. Ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de les voir sur une grande scène avec un light show digne de ce nom. Ils devenus des dieux du rock and roll sous les bleus, les verts et les rouges et leur musique bien ficelée aux refrains efficaces s'imprimait encore plus facilement même dans les cerveaux les plus imbibés (déjà !).


Cliquer sur l'image - click on the pic




Mais dans leur set-list, pas de "Caricaturé", pas de reprise en choeur de "Il s'est fait en....glué dans la toile, en....glué". Tant pis. Une demi-heure, c'est court mais pour les gosiers, c'est suffisamment long pour les assécher. Côté bar, le zinc fit immédiatement le plein et les ARSENE LUPUNK déclenchèrent presque une émeute calmée par BARBIROOZA qui lanca le festival FZM proprement dit et ramena le public dans la salle. L'expérience Astropolis, les digressions sonores du concert du Détour laissaient présager du meilleur et la route suivie par le groupe semble être la bonne. Sans doute moins électro qu'auparavant, BARBIROOZA s'aventura plus spontanément vers des sons rock voire punk rock tout en gardant ses atmosphères un peu ténébreuses et rassurantes. Face à un public venu pour les bXn, BARBIROOZA a réussi à le captiver et Barbara en longue robe noire et blanche avec boa, look femme fatale, a donné toute la puissance de sa voix qui en a surpris plus d'un. Beau concert, vidéo scollant à la musique, belle évolution musicale que celle suivie par BARBIROOZA, la richesse baroque et plus rock de leurs compos, les nouveaux arrangements des plus anciennes laissent présager d'excellentes surprises ; même les punks ont apprécié et ... pogoté. Et c'est sur une note fleurie que le charme s'est rompu, place au bar, aux ARSENE LUPUNK puis à CELLULE X.


Cliquer sur l'image - click on the pic




Le rap n'est absolument pas mon truc mais CELLULE X m'a tout simplement bluffé. Le phrasé des deux chanteurs est rap, leur zique, c'est autre chose. Métal parfois dans la guitare, riffs hargneux et bien placés, ambiances electro-rock, jeux de voix aux textes intéressants, scratchs et ordinateur se lançant dans des rythmes entêtants et souvent effrénés, les compos se dégustaient comme les nougats que j'avais achetés à la fête foraine quelques heures auparavant. Et en plus, on avait des images et même des toons. Est-ce encore du rap ou une de ces expériences iconoclastes à l'image des STUPEFLIP par exemple, qui sont des viviers de sons venus de multiples univers unis derrière le chant caractéristique caractéristique ? Un nouveau genre ? En tout cas, CELLULE X bouscule, interpelle et leur CD qui vient de sortir ou va sortir sous peu, confirme largement cette impression.


Cliquer sur l'image - click on the pic




Tout est réglé comme une horloge, toujours la pause bar mais les fûts de potion magique étaient plus que largement entamés. Les délirants ARSENE LUPUNK mettaient toujours le feu au bar rendant son approche aléatoire. La phase 100% punk du festival allait commencer avec ETHNOPAIRE et ça ne pouvait qu'être qu'une réussite compte tenu des performances de TOXIC WASTE, BARBIROOZA et CELLULE X. Et bien, ce fut un délire commencé par Clandestin et s'achevant par la mort de la bête terrassée par les expérimentations instrumentales d'ETHNOPAIRE qui les ont directement tirées des approches minimalistes et répétitive bérurières et des délires sous acid que seul le space-rock sait produire. La mort de la bête cette sorte de père noël transgénique branché sur du 380 volts n'était pas une fin, mais l'annonce de la venue d'autres monstres qui au bout de 20 ans ne sont toujours pas terrassés. Au contraire, l'ambiance morose du temps les dope.


Cliquer sur l'image - click on the pic



Logiquement, le Frog'n' Roll / FZM aurait du s'arrêter là. Les groupes du Folkore de la Zone Mondiale avaient bien rempli leur contrat et tous étaient ravis de cette aventure Lillersoise. Que demander de plus ? Pour 12¤, les présents ont eu du râble et pas un truc distribué avec parcimonie, un gâteau à dévorer à pleine bouche, une cerise énorme sur un beau gros gâteau, un nez de clown, des masques couvrant des agités... Que sais je ?. Les bXn en personne plus leur tribu de plasticiens live allait clôturer ce festival. Du coup, le bar s'est vidé, le public s'est amassé formant une sorte de banc compact impénétrable sauf par le dessus. Face à ce théâtre de combat, impossible pour mon Canon de s'approcher à distance macro pour saisir le regard pétillant de Loran qui nous claquait ses riffs, les singeries cuivrées de Masto et le plaisir évident de François face à tous ces punks déchaînés qui reprenait en choeur les paroles ! Pas besoin de prompteur avec eux. Ce fut un concert furieux avec une scène accessible, un service d'ordre intelligent et des slameurs qui confondaient lors de leur saut de l'ange, piscine olympique et foule compressée en délire. La set list a fait largement part à la discographie récente du groupe montrant que le "même pas mort" n'est pas un slogan à 2 balles, mais bien une réalité. On n'était plus en 2005 mais dans les années 80... La misère est de plus en plus présente, les punks de plus en plus nombreux et les bXn de nouveau en première ligne, les "milichiens" n'ont pas eu le renard. Déjà bien envahie par les plongeurs en piscine humaine, une bonne partie des petits agités lors du Salut final s'accapara de la scène pour le final de cette fiesta bérurière de premier ordre. Ce fut un Salut moins complet qu'à Astropolis mais qui embraya sur les premières mesures d'un Lobotomie malheureusement lobotomisé, la guitare de Loran s'étant tue, débranchée par mégarde par quelques punks trop enthousiastes. Arrrghhhhhhh... Cette coupure sonnait le glas de cette fantasia chez les punks. Ce festival Frog'n Roll / FZM appartient désormais aux souvenirs bien agités.


Cliquer sur l'image - click on the pic




Set-List : Le cerf, le druide et le loup - On en a marre - Coup d'état de la jeunesse - Vivre libre ou mourir - Ibrahim - Soleil noir - Hélène et le sang - Vive le feu - Camouflage - ESB - L'enfant bleu - Porcherie - Liberté - Hansen Klein - Salut et Lobotomie tronqué...


Frédéric Loridant / Photorock © octobre 2005

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux