retour à Photorock
Retour / Back


ERIC PANIC - COQUETTISH - GUERILLA POUBELLE

La Boîte à Musique,

Wattrelos, le 5 novembre 2006

On nous tartine avec la mondialisation. Autant que tout le monde consomme la même chose, la fabrication en sera moins chère. Qu'en est il de la culture et plus particulièrement de la musique. Les grosses machines se sont mondialisées toutes seules et pour une part d'entre elles, c'est à force d'user les planches mais pour les genres musicaux et plus particulièrement le ska-skate-punk âge tendre, c'est plus étonnant. On a même l'impression qu'il est naît spontanément aux 4 coins de l'hémisphère nord pour se répandre largement dans les cours de lycées, hight school et autre boîtes à formater les cerveaux. Une preuve éclatante de ce phénomène est la tournée Kill Tour Elite ; elle réunit les québécois d'ERIC PANIC, les parisiens de GUERILLA POUBELLE et les nippons de COQUETTISH ; il s'arrêta déclenchant une pogo-partie à la BAM (non pas dans ta gueule - quoique -, mais Boîte à Musique) de Wattrelos.

"J'ai 15 ans et je ne veux pas mourir" Soit, moi j'en ai presque 30 de plus et je ne voulais pas terminer dans les pieds et les pédales de Till à cause de quelques coquelets qui n'ont pas encore compris que pogo ne signifie pas Pousse ! Oui ! Go !! surtout quand la personne est de dos (sans doute pour avoir une surface d'appui plus importante) et que but est de viser la scène pour faire partager ce bonheur au groupe ! Ces pogo-partie relève sans doute d'une parade amoureuse mais deviennent vite lassantes tant pour ceux qui voulaient s'éclater en respectant un minimum les autres) que pour groupes (et le matos) qui en ont pâti. C'est par l'Ouest que notre tour du monde du ska-skate-punk âge tendre commença avec les canadiens d'ERIC PANIC qui à défaut d'endosser des chemises de bûcherons, avaient apporté un violon. Plutôt original cet instrument pour ce type de zic mais ça passe bien et le batteur de GxP en profita pour se joindre, archet à la main, aux concertos canadiens. Mais des concertos pour d'jeuns bien rythmés, assez énergiques et plus festifs que ceux qui allaient suivre, qui entraînèrent les premières danses de sauvages. Débuts timides il est vrai mais difficile de se lancer quand tout un parterre de jeunes filles regardent... La soirée commençait plutôt bien.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ERIC PANIC ERIC PANIC ERIC PANIC ERIC PANIC ERIC PANIC

Le temps de passer du soleil couchant au soleil levant m'a donné l'occasion de me sentir vieux. Sauf exceptions (rares il est vrai) l'environnement était franchement jeune. Les 12-17 fashion, cheveux dressés à la gomina glu, râtelier rutilant et tee-shirt rebelle choisi avec soin, venus principalement pour leur groupe fétiche, les GUERILLA POUBELLE, attendaient impatiemment. Le soleil se leva enfin et les COQUETTISH explosèrent. Hormis quelques rappels ska à la guitare, leur musique est franchement rentre-dedans, défile à toute allure et transforme la scène en trampoline ; dans la salle, les premiers P.O.GO tournèrent vite au pugilat. Le début d'un déferlement qui laissait présager le pire pour la suite.

Cliquer sur l'image - click on the pic

COQUETTISH COQUETTISH COQUETTISH COQUETTISH COQUETTISH

Les voilà enfin les GxP. Dans le public, ça crie, ça hurle, ça trépigne. Le concert comme à leur habitude, démarre fort. Till en fait un max palliant le mal de genou de JoKoKo bien que s'il ne me l'avez pas dit, je n'aurais pas vu la différence avec les fois précédentes... mais aussi le bassiste, moins nerveux que d'habitude qui nous a tout de même offert quelques beaux sauts. Il fallait bien relever le défi lancés par les COQUETTISH : qui allait sauter le plus haut ? Les photos donnent un léger avantage aux GxP mais je dois bien l'avouer, Till est un sacré poseur. Au final, c'est kif kif. Logique, les deux groupes ont la rage et tapent dans le même registre, un ska-punk frisant le métal et joué à fond la caisse qui entraîne invariablement ces pogos d'ados qui frisent parfois la violence gratuite. C'est qu'ils ont de l'énergie à revendre; Bref, ce fut gonflant de suivre le concert en essayant d'anticiper les bousculades, source de problèmes techniques et surtout irrespectueuses vis à vis d'une bonne partie des spectateurs repoussés au fond ou sur les côtés les privant de s'éclater pleinement. Ce match nul des jumps entre GxP et COQUETTISH fut l'occasion de fêter cela ensemble sur scène, les japonais tentant avec un succès méritoire de chanter en français. Quant à l'ultime rappel, il réunit Till à des membres d'ERIC PANIC et de COQUETTISH pour un barouf d'honneur où le Till en question finit coincé entre la belle canadienne et un japonais coquin. Vingt et une heure trente, tout été fini.

Cliquer sur l'image - click on the pic

GUERILLA POUBELLE GUERILLA POUBELLE GUERILLA POUBELLE GUERILLA POUBELLE GUERILLA POUBELLE

Frédéric Loridant / Photorock - novembre 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur !
Préférez un navigateur libre comme Firefox / Mozilla - Opera - Camino (for Mac) ou un autre (Galeon, Epiphany, Amaya, Dillo...)

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional