Retour à photorock.com

Retour Contacts

ILLUMINATUS

HAWKLORDS


Verviers,
Spirit of 66, le 08 septembre 2011

Une comète revient... Pas celle de Halley mais la HAWKLORDS qui brilla à la fin des années 70 quand HAWKWIND se transforma en super nova. HAWKLORDS, c’est HAWKWIND sans Dave Brock. Et c’est avec un équipage estampillé d'origine que le vaisseau est venu se poser au Spirit of 66. Il était annoncé par des ILLUMINATUS bien fades face à ces guerriers soniques du confins des temps.

Ils jouent bien, il y a quelques bons plans mais les ILLUMINATUS ne m’ont absolument pas fait décoller. Très (néo ? métal ?) progressif, un peu métal, un peu pop, rien de surprenant et même un peu ennuyeux, ils ne sont pas pas très lumineux ces ILLUMINATUS sauf pour les amateurs du genre. On s’est pressé pour arriver à l’heure à Verviers, on aurait pu zapper et prendre le temps de manger...

Cliquer sur l'image - click on the pic

ILLUMINATUS ILLUMINATUS ILLUMINATUS ILLUMINATUS


Deux gaufres (la friterie ferme à 20h00 !), une paire de bières et nous voilà prêts pour le voyage. Les HAWKLORDS sont sur scène. Physiquement, ils ont pris un sacré coup de vieux. Nik Turner fait papy, un papy espiègle qui n’a rien perdu de sa verve au saxo. Harvey Bainbrige donne aussi dans le nouvel âge et s’amuse toujours avec ses machines. Plus jeune, Ron Tree est d’une maigreur presque effrayante, le transformant quasiment un mort vivant agité de soubresauts. Jerry Richards à la gratte semble intemporel tout comme Steve Swindells caché derrière ses claviers. Un peu coincé entre sax et claviers, Adrian Shaw remplace au pied levé Alan Davey en tournée aux States et à la batterie, officie Danny Thomson (ex-HAWKWIND, ex BEDOUIN...). Un équipage sans le capitaine officiel, Dave Brock... un remake sonore des Révoltés du Bounty mais dans l'espace... C’est Warrior of the Edge of Time qui ouvre le space opéra. Très vite, les aficionados d’HAWKWIND baignent dans les constellations. Parfois, on regrette un léger manque d'ouragan stellaire : la version de Psy Power à la gratte sèche colle peut-être à l’originale mais perd beaucoup par son côté « pop » par rapport la live boostée de This Is Hawkwind, Do Not Panic... Même constat pour Robot et quelques autres. Détails qui n’ont guère contrarié un public satellisé par des Masters of Universe, Spirit of The Edge et autres monstrueux Brainstorm, Steppenwolf... Dans ces univers sonores, Ron Tree était hallucinant, Nik Turner dépassait la lumière avec son sax et à défaut du « Captain Brock » tandis que Jerry Richards menait habilement le vaisseau évitant les astéroïdes. On était face aux HAWKLORDS, mais c’est bien un concert d’HAWKWIND des années 80 n’abusant pas de fioriture sonore, que l’on vivait. On en demandait pas plus !

Cliquer sur l'image - click on the pic

HAWKLORDS HAWKLORDS HAWKLORDS HAWKLORDS



Frédéric Loridant / Photorock.com 2011

Valid HTML 4.01 Transitional