Retour à photorock.com

Contacts


BEGINNING of the END - VISIONS of WAR

HIATUS - SEDITION


Wattrelos,
La Boîte à Musique, le 12 avril 2009

Ambiance fonderie dans cette ancienne usine textile. Du noir et du rouge, les hauts fourneaux semblent cracher de la fumée. A leur pied, des hommes et des femmes, presque tous en noir se secouent mécaniquement. Le bruit est terrible, les instruments débitent à toute vitesse leur phrasé, les voix deviennent incompréhensibles, des hurlements qui couvrent à peine le bruit de la machine qui s'est emballée. Non, on n'est pas au beau milieu de l'aciérie de Chertal mais dans une soirée crust à la Boîte à Musiques à Wattrelos avec comme protagonistes BEGINNING of the END, VISIONS of WAR, HIATUS et SEDITION accompagnés d'au moins 200 OS dont certains venus de fort loin...

Crust ? Pour les profanes, disons tout de suite que ce genre musical s'apparente plus à la guérilla urbaine qu'à un opéra de Mozart. Puisant dans les extrêmes du métal et du punk, s'appuyant sur des textes revendicatifs qui ne peuvent qu'être lus vu qu'il est difficile à une oreille normale de les déchiffrer, le crust fait dans brutal au tempo ultra rapide, section rythmique pilonnante, voix à peine humaine et j'en passe. Le tout se joue dans une ombre zébrée de lumières crues ou marquée au fer rouge. Les noms des groupes parlent d'eux même et ce sont les BEGINNING of the END qui lancent la première coulée. Emmenés par une chanteuse, mignonne de surcroît, le groupe donne tout de suite le ton. Hurlements, lourdeur, grincement de grattes, puissance vocale de la chanteuse qui devient un instrument à part entière, une frappe sonique qui annonce le module étrange de Dune (le film, pas le bouquin).

Cliquer sur l'image - click on the pic

BEGINNING of the END BEGINNING of the END BEGINNING of the END BEGINNING of the END

Après le commencement de la fin, on nage en plein apocalypse, les VISIONS of WAR enfoncent le gros de la troupe. Le combo liégeois n'a rien perdu en puissance depuis la dernière fois que je les ai vu, il y a longtemps déjà. Il faut dire que l'actu depuis 2003 s'est bien chargée de leur filer des images assez hard pour alimenter leur démence sonore. Deux chanteurs focalisent l'attention et le gros de la troupe perdus dans la pénombre assurent assez pour leur laisser toute latitude pour saturer les micros. C'est brutal, soniquement dérangeant mais bien carré, chaque coup porte et frappe juste, ça rend les VISIONS of WAR supportables... malgré toute l'horreur que les images guerrières entraînent*

* : rajout ultérieur pour ceux qui ont pu croire que le les VISIONS of WARS avaient fait une prestation moyenne... au contraire !.

Cliquer sur l'image - click on the pic

VISIONS of WAR VISIONS of WAR VISIONS of WAR VISIONS of WAR

Une bonne partie des guerriers urbains étaient venus pour HIATUS, le groupe belge, fer de lance du crust, reformé pour quelques concerts. Dans le genre, il faut avouer qu'il ne contredit pas la réputation qui le précède. HIATUS frappe très fort, lamine, tord dans tous les sens. Les OS du crust, se prennent au jeu, se fondent et s'offrent à un HIATUS tout prêt à les forger. La machine gronde, fume, impressionne par sa puissance. Difficile de lui résister, soit on se laisse absorber dans le magma sonique, soit on s'enfuit en espérant que les dégâts causés à la matière blanche ne soient pas irréparables...

Cliquer sur l'image - click on the pic

HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS

Le final fut moins crust, plus punk, peut-être plus humain aussi que les précédents. SEDITION ne cache pas sa provenance, les kilts sont là. Passer après un mythe vivant demandait du courage, voire une certaine dose d'inconscience mais SEDITION a relevé le défi sans problème allant gratter au plus profond du public les dernières parcelles d'énergie et il y en avait encore. Les zicos étant fondus dans l'ombre envahissante, encore une fois, le set tourne autour du chanteur qui, quand il ne hurle pas dans son micro, passe son temps libre à faire des grimaces et à exciter un public qui lui répondait bien. Difficile de tenir bon dans ce laminoir sonique, SEDITION achève cette demi-nuit crust en plaçant très haut la barre comme quoi faire de l'ultra violent n'occulte pas le fait qu'il faut pour qu'on le supporte, de bons musiciens et cette soirée l'ont largement prouvé. Un sans faute !

Cliquer sur l'image - click on the pic

SEDITION SEDITION SEDITION SEDITION


Frédéric Loridant / Photorock.com 2009