retour à Photorock
Retour / Back

O.S.N.I. - HUSH PUPPIES

Le Grand Mix,
Tourcoing, le 30 mars 2006



L'éclipse du soleil du 29 mars annonçait-elle la venue d'OSNI sur la scène du Grand Mix ? Simple coïncidence mais nos voyageurs soniques étaient bien annoncés en première partie des HUSH PUPPIES, le groupe qui Mouv en boucle sur les ondes. Belle rampe de lancement pour nos Objets Sonores Non Identifiés, les Sages Chiots rameutant une belle meute d'adolescents tous prêts à acclamer leurs vedettes préférées du moment. Il fallait donc être là pour se tenir à la page à défaut de lire celles de la presse branchée.

Ils avaient l'air un peu perdu sur la vaste scène du Grand Mix les OSNI. Plus habitués aux caves et aux bars, c'était une nouvelle expérience qui s'offrait à notre ovni béthunois. Au centre, les filles et la section rythmique, sur les ailes, les deux gratteux. A la charge des filles de leur offrir assez d'assise pour réussir le décollage. Après un bon départ, j'ai ressenti l'impression de mise en route une peu longue, Wendy la bassiste n'entrant vraiment dans le concert qu'après quelques morceaux. Mais la suite fut à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre de ce groupe même si j'ai toujours une préférence pour un OSNI moins léché, moins sérieux, un OSNI plus spontané, performance difficile à atteindre devant 600 personnes qui ont bien soutenu le groupe tout le long du concert.

Cliquer sur l'image - click on the pic

OSNI OSNI OSNI OSNI OSNI



Place aux habitués du Mouv, aux 5 perpignanais, sources de chaleurs pour un bon nombre d'adolescentes tout juste pubères pour certaines. Elles sont là en masse car en face sur les planches, c'est le renouveau du rock français qui arrive. Les HUSH PUPPIES auraient réinventé le rock and roll hexagonal, : "les cinq musiciens évoluent très rapidement ensemble, développant au fil des jours un style unique, dosage subtil entre le rock le plus sale et les mélodies les plus atmosphériques. [...] Le groupe pose les bases d'un rock décomplexé, débarrassé des clichés trop souvent entretenus par la confrérie rock hexagonale. Ainsi réinventent-ils la géométrie" (site web des HUSH PUPPIES). On ne pouvait donc pas manquer leur passage. Et c'est vrai qu'au pied de la scène, on était serré. Je me sentais alien, vieux con même, avec mon blouson de cuir entouré par toutes ces fraîches lycéennes et étudiantes. Les coquelets se trouvaient deux-trois rangs plus loin prêts à se lancer dans de folles sarabandes. Les voilà enfin les sages BB phoques (ou chiots selon la préférence) ! Les premières rangées se pâment, trépignent et hurlent. L'intro est originale, le groupe apparaît en formation minimaliste formée du chanteur en dandy POPPIES-ant, du clavier qui lançait ses volutes lancinantes d'orgue bien gras et de la six cordes venue en renfort du chanteur. Morceau calme et surprenant à l'opposé de ce à quoi je m'attendais. Le second commence tout aussi doucement, la machine HUSH PUPPIES prend son temps pour monter en puissance mais on arrive enfin à ce rock réinventé, ce rock sale aux mélodies atmosphériques à géométrie variable. Boostés par la musique, les coquelets se lancèrent alors dans des gesticulations débridées dignes de parades amoureuses mais... désolé, les jeunes filles visées n'avaient d'yeux que pour Olivier le chanteur et surtout en avaient marre des coups, la hantise de bleus se lisant dans le regard de certaines blondes. On peut exister et pogoter sans forcément être brutal. Mais revenons à nos HUSH PUPPIES, sources de ces exaltations débridées. Rock, ils le sont, pop aussi, proprets, sûrement mais inventeur d'une nouvelle géométrie, là je reste sceptique. Les HUSH PUPPIES restent largement dans les bandes traçant une belle route droite sans surprise, déjà défrichée dans les seventies. On plonge en pleine pop rock Che Guevara, dans du rebelle mythique de salon qui doit encore et toujours faire ses preuves. Peu importe, les minettes et les coquelets étaient ravis d'avoir vécu une belle expérience rock and roll et il repartirent vers des nouvelles aventures, les yeux pleins d'images et les oreilles pleines de mélodies sur lit de riffs. C'était pareil lors du passage il y a quelques temps déjà, d'un groupe météore, les SUPERBUS. Quoiqu'on en pense, ils ont sans doute oeuvré comme les HUSH PUPPIES aujourd'hui, à faire découvrir autre chose que les matraquages Star Ac and co. Qui sait, certains vont peut-être mal tourner sans tomber dans la versatilité bobo qui les (nous) guette.

Cliquer sur l'image - click on the pic

HUSH PUPPIES HUSH PUPPIES HUSH PUPPIES HUSH PUPPIES HUSH PUPPIES

Frédéric Loridant / Photorock - mars 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur !
Préférez un navigateur libre comme Firefox / Mozilla - Opera - Camino (for Mac) ou un autre (Galeon, Epiphany, Amaya, Dillo...)

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional