Retour à photorock.com

Contacts


La PHAZE - USUAL SUSPECTS


Dunkerque,
Les 4 Ecluses, le 3à avril 2008

Du pungle ? Quid ? Eh bien pour savoir ce que c'est, il fallait être aux 4 Ecluses à Dunkerque le 30 avril bien qu'il y ait une séance de rattrapage au festival Zikenstock le 9 mai. Pour faire simple, c'est la contraction entre punk et jungle assaisonnée du drum and bass. Pas évident à concevoir mais La PHAZE réussit sans problème à touiller ou battre le tout et la mayonnaise prend sans problème. Et comme les bonnes choses n'arrivent jamais seules, en apéro, USUAL SUSPECTS a aidé à faire monter la sauce avec son anarcho-ska-dub-reggae-punk d'outre-quiévrain. Finalement, il ne manquait que les frites !

Je ne sais pas ce qu'il se passait ce 30 avril mais on a mis deux heures pour faire 75 bornes, deux heures durant lesquelles Schnapps a fait l'inventaire de toutes les blagues vaseuses qu'il connaissait... Mais bon on est arrivé à bon port, logique c'était à Dunkerque, au moment où les USUAL SUSPECTS appareillaient. Même pas le temps de faire le plein au bar, on a été plongé dans le bain direct et les USUAL SUSPECTS sont assez intéressants pour reporter le ravitaillement à la pause. Les qualificatifs anarcho-ska-dub-reggae-punk correspondent parfaitement à leur zique plutôt bien pulsée. Et mélange des genres ne veut pas dire anarchie sonique. Au contraire, les compos tiennent plutôt bien la mer et les riffs ska que je redoute souvent car utilisés à mauvais escient ou n'importe comment, habillent parfaitement les rythmes d'enfer imposés par un batteur qui se coule dans ses fûts. Claquez par-dessus des belles parties de guitares, une basse bien lourde et un chanteur tonique et vous avez oublié l'appel de la bibine ! Un comble pour un groupe belge.

Cliquer sur l'image - click on the pic

USUAL SUSPECTS USUAL SUSPECTS USUAL SUSPECTS USUAL SUSPECTS

Pas de doute, La PHAZE attire les minettes. Il y en avait tout un parterre au premier rang attendant que le trio attaque. Un guitariste, un batteur dont la tête me rappelait quelqu'un et un chanteur s'occupant aussi de claviers. Disons le de suite, le punk a pris le pas sur la jungle et c'est à fond toutes voiles dehors par jour de tempête que lLa PHAZE prend le large avec nous sur le pont, ballottés dans tous les sens sans pour autant que le mal de mer nous atteigne. La surprise est grande, c'est drôlement efficace mais si les agitations scéniques du gratteux et du chanteur ont été quelques peu limitées à cause des paquets de sueurs, de bière et d'humeurs tropicales envahissant la scène la transformant en patinoire. Malgré tout, pas de gamelle, pas de chavirage et c'est presque intact qu'on a pu retrouver le bar, où enfin, j'ai mis un nom sur la tête du batteur, je l'avais croisé avec SUPERBUS. Le changement est radical et c'est loin d'être un mal. Bien au contraire.

Cliquer sur l'image - click on the pic

La PHASE La PHASE La PHASE La PHASE




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008