Retour à photorock.com

Retour Contacts

EVIL SKUNK - SABOTAGE
LIEBEMACHENR

Lille,
La Chimère, le 11 décembre 2009

Au nord, il y a les corons beuglait le père Bachelet, il avait oublié EVIL SKUNK et SABOTAGE, deux gangs soniques séparés par l'étroite autoroute A1, le premier traînant plutôt du coté de Douai la bourgeoise endormie, l'autre, les invectivant du haut de leurs terrils. Cela aurait pu s'arrêter là mais c'était sans compter une invasion venue de la mer, de Boulogne-sur-Mer plus précisément. Il ne s'agit pas de normands, mais pire, des LIEBEMACHENR, groupuscule sonique ne sortant de l'ombre de colonne de la Grande Armée, que pour conquérir.

EVIL SKUNK !!!! Non il ne s'agit pas d'un croisement explosif issu à 75% de Sativa (de la Colombian Gold à 50% et de l'Acapulco Gold à 25%) et 25% d'Indica d'Afghanistan. Ni même de l'odeur d'une moufette génétiquement modifiée mais de 4 lascars au look plus différents les uns des autres, trois d'entre eux pouvant éventuellement être représentant de commerce voire médecin ou mieux, fonctionnaire, et le dernier... difficile de le voir autre part que sur la route ou encore sur les marchés après des périples en Orient... Mais l'habit ne fait pas le moine, les EVIL SKUNK une fois réuni ses composants si différents, est assez explosif variant entre punk classique et ska sans cuivre (d'après un EVIL's brother, ils se sont enfuis...) qui même s'ils ne sortent pas beaucoup de leur terrier, foutent un sacré barouf heureusement sans odeur.

Cliquer sur l'image - click on the pic

EVIL SKUNK EVIL SKUNK EVIL SKUNK EVIL SKUNK


On passe l'A1 à la hauteur d'Hénin-Beaumont et nous voilà dans le territoire des SABOTAGE, une plaine constellée de terrils avec au milieu, Lens. Ils avaient la foi ce soir, il fallait en mettre plein la vue aux douaisiens, laminer leur punk ska-isant à l'artillerie lourde, leur montrer que c'étaient eux, SABOTAGE, qui étaient du bon côté de l'autoroute... SABOTAGE vient des mines, le pays des philharmonies, il y a de ça dans SABOTAGE si on écoute de très loin avec un casque sur les oreilles, de près, on est plutôt au fond de la mine au milieu des convoyeurs, des marteaux piqueurs et des hurlements des hommes. Le pire est qu'on y revient !

Cliquer sur l'image - click on the pic

SABOTAGE SABOTAGE SABOTAGE SABOTAGE


Fiers comme des marins, les LIEBEMACHENR se sont échoués toutes voiles gonflées sur la scène de la Chimère, des bières à la main bien entendu. En figure de proue, Ludo à la crête bien dressée, menaçant et vociférant, à la poupe, le batteur imprimait un rythme d'enfer. Entre la tête et la queue, un bassiste très discret mais bien efficace quand on se donnait la peine de l'écouter attentivement et deux guitaristes, un à la tâche ardue d'assurer une rythmique qui tient la mer tandis que l'autre vrillait les airs à coups de solos. Les LIEBEMACHENR font dans le punk. Rien qu'en les voyant, on savait à quelle sauce nos oreilles allaient être massacrées. Et les bougres s'en tirent bien, très bien même, on est loin d'un punk à deux accords sur chant braillard, au contraire, c'est construit, longues compos, je ne sais pas pourquoi mais ils m'ont fait penser aux sonic-anar de SUBHUMANS (j'entends déjà les remarques)... D'autant plus que les LIEBEMACHENR ne se limitent pas aux excès de Facon, ils savent tenir fermement leurs instruments malgré une sono plutôt merdique ce soir, des micros en révolte et un timing resserré qui drossa le fier navire au bar une fois l'heure fatidique dépassée. Pas de doute, les boulonnais de LIEBEMACHENR font bien mieux que leur équipe de foot et pour 2€ seulement...

Cliquer sur l'image - click on the pic

LIEBEMACHENR LIEBEMACHENR LIEBEMACHENR LIEBEMACHENR



Frédéric Loridant / Photorock.com 2009

Valid HTML 4.01 Transitional