retour à Photorock
Retour / Back
MELCHIOR - LYCOSIA

Comines, Le Nautilys,
le 13 janvier 2006


21 janvier 2005, LYCOSIA rode sa tournée 2005 au Nautilys à Comines, 13 janvier 2006, LYCOSIA y prépare sa tournée 2006, support d'une galette prévue cette année. Même lieu, même musique mais pas même concert et c'est là où réside tout le charme de ce fer de lance du Glam Goth Deluxe qui mêle autant musique dark / goth, métal et new wave. Là tâche de préparer le Nautilys à recevoir LYCOSIA revînt à MELCHIOR, pas le roi mage mais des stoner belges. Heureusement d'ailleurs car si ça avait été le cas, le MELCHIOR du bouquin aurait eu de la peine à suivre une quelconque étoile ou lumière le guidant vers le Nautilys...

Vous l'avez sans doute compris, la lumière ne fut pas le fort de MELCHIOR ce vendredi 13. Quel dommage ! Seul le batteur a eu droit à un traitement correct, les autres membres étant systématiquement plongé dans le noir sauf à la fin du set où un certain A.... pris les commande de la console et tapota de ses gros doigts tous les boutons donnant au final une atmosphère enfin digne d'un roi. Pourtant MELCHIOR la mérite sa lumière. Le groupe taille de large tranches dans un hard rock bien saignant, du stoner dirait on aujourd'hui pour être à la mode. Dans le genre, MELCHIOR est assez efficace pour ne pas délaisser la scène des yeux pour le bar malgré l'ambiance intime qui régnait sur scène. LYCOSIA pouvait arriver, la pénombre régnait, le public en grande partie estampillé lycéen, était à bonne température.

Cliquer sur l'image - click on the pic




Ambiance noire, rose et bleue, un peu de fumée, les cris des fans poitrine barrée par un LYCOSIA autocollant. Le vrai est enfin arrivé sur scène avec, grand changement, un bassiste et non une bassiste partie explorer d'autres univers musicaux. Autre différence de taille, une batterie électronique remplace la traditionnelle grosse caisse et les fûts... Le son semble plus sec mais surtout j'ai l'impression que Don Ragno doit frapper moins fort pour arriver au même résultat. Mais pas de souci, le spectacle est toujours là mais en place d'un Don Ragno frappant comme un chevalier teutonique pourfendant des slaves infidèles, on a eu droit à un show du bassiste digne de son collègue d'INTERPOL (le seul attrait de ce groupe d'ailleurs), à se demander si la basse n'est pas branchée directement sur le secteur. Difficile d'ailleurs à capter le bougre ! Les deux autres compères restent largement à la hauteur des espérances. Christi Scythe fricote toujours avec ses démons asiatiques et s'essaie au russe tandis que Mc Vice s'identifie toujours à Nosferatu. Musicalement, chaque concert de LYCOSIA a ses particularités : intro changée, tempos différents, retour vers des ambiances carrément death reléguant leurs influences new wave au rang de souvenirs... Mais de souvenirs tenaces car en rappel, ils s'essayèrent avec brio à un The CURE première période, la seule présentant de l'intérêt d'ailleurs suivi d'un DEPECHE MODE... LYCOSIA mérite quand même mieux que ces derniers ; un Altaï aurait frappé plus juste et plus fort, foi d'un Konseiller des Grâces.

Cliquer sur l'image - click on the pic



Frédéric Loridant / Photorock © janvier 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux