Retour à photorock.com

Contacts


Les FUMIERS - B'Rs - BLOCK OI!
The DIG UP - SANS OUATE - M26-7


Festival Ch'tis Keupons,
Lille, la Rumeur, le 5 janvier 2008

Comme c'était loin l'année prochaine ! Depuis le 19 décembre je désespérais d'aller me faire déboucher les oreilles, mais trêve de Noël oblige, le p'tit Jesus est encore trop jeune pour écouter du rock, de toute façon ses vieux ne voudraient pas... Enfin 2008 et bonheur, la Rumeur ouvre ses portes le premier samedi de l'année à un festival punk "d'ici", du moins de la région, Lille se faisant fort d'accueillir les expériences locales dont certaines méritent sans nul doute une audition plus que régionale. De l'anarcho punk de SANS OUATE aux bêtises lugwigeries bérurières des M26-7 en passant par le Oi sentant bon l'iode et les harengs de BLOCK OI!, il y en avait pour tous les goûts et s'intercalant en trou normand, le HxC des DIG UP, le riffcore des B'Rs et le parfum ska des FUMIERS donnaient un bon aperçu des spécialités du Nord/Pas-de-Calais !

J'arrive bien entendu à la bourre, pas le temps de dire bonjour, les FUMIERS ont déjà fortement embaumé le cave à musique de la Rumeur et attaquaient leur dernier étron quand je sortais mon appareil. Bilan, 2mm du morceau précèdent avec un mec au chant, des cuivres et tout le reste derrière et le rappel, tout cuivres ou presque. Devant le tas de zicos, des jeunes venus de Valenciennes soutenir leur pointure locale, chahutaient sec lâchant des effluves soutenues de dessous de bras bien échauffés ! Et comme, on ne fume plus... Mais ça sentait plus la transpi que le fumier. Quant à la cause de ces effluves, en l'occurence les FUMIERS, ils font dans ce que j'ai vu, dans un ska-punk bien cuivré.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Les FUMIERS Les FUMIERS Les FUMIERS Les FUMIERS

Une bouffée d'air, un peu de bla-bla et retour dans la cave aux fauves. Toujours pas de clopes air wick mais les B'Rs, abréviation de BièRes, notez le pluriel, un hommage sans doute à la fermeture de la brasserie de Saint-Léonard et sa Facon qui désaltérait tôt le matin, les habitués des bars du port de Boulogne et il y en avait un paquet. Mais revenons à not' B'Rs, un couple, le mec à la gratte et la fille derrière les fûts (pas la pompe, les fûts) qui font dans du riffcore. C'est un néologisme de ma part signifiant, "je tiens un riff et pas n'importe lequel (on sent du NougaYork (de NOUGARO) si je m'abuse), et je leur torture au maximum tout au long du set" sur des paroles sans aucun rapport avec celles du jazzman tout comme les rythmes bien balaizes ! On chuche du riffcore, ché pas des glachons, les B'Rs se descendent cul-sec ! La température est montée d'un cran, les mousses ont toutes été sifflées et les pogos reprirent...

Cliquer sur l'image - click on the pic

B'Rs B'Rs B'Rs B'Rs

Après ce bon punk marin, place aux jeunes hardcoreux de Valenciennes, les DIG UP. La première impression est celle d'un groupe de potes d'une première voire d'une terminale de lycée qui s'essaie au rock and roll avec le belle gratte ramenée par le père Noël. Mais trois accords plus loin et aux premières vociférations du chanteur, on y regarde de plus près. Impossible qu'un surgé autorise ce genre de prestation à la fête du lycée de fin d'année. Les DIG UP braillent trop, riffent dans tous les sens, se permettent de sauter et de venir exciter le public d'ailleurs acquis à leur cause. C'est encore un peu vert à mon goût mais bien prometteur.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The DIG UP The DIG UP The DIG UP The DIG UP

Après les jeunes du Hainaut, retour à la mer avec BLOCK OI! En fait, on prend le pack B'Rs et on lui colle un chanteur teigneux qui Oi sur le riffcore du duo. Et le mélange prend tout de suite, on se sent en terrain connu. Oi ! Bien chaud et pas (encore) trop bourré, le public retrouve assez d'énergie pour s'éclater avec le chanteur qui trop à l'étroit sur la scène (c'est vrai qu'ils sont 3) est venu foutre le feu à la salle. Oi ! On reste dans du connu, mais du connu qui passe tout seul, on en demandait pas plus.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BLOCK OI ! BLOCK OI ! BLOCK OI ! BLOCK OI !

On aurait pu espérer une accalmie avec SANS OUATE vu que le bonhomme est tout seul avec des poupées et une boîte à rythme. Un bouton appuyé, la machine à boum boum se met en route et la dessus, une gratte rageuse crie. SANS OUATE ne met pas longtemps à créer une presque émeute, les zouaves présents s'emballant sur les chansons rageuses et engagées du keupon corsaire de Dunkerque qui a la niaque et assez de rage pour la transmettre. Dans le panthéon des BxN et des aficionados des boîtes à rythme / guitares acérées, on peut rajouter l'étendard de SANS OUATE sans problème. Preuve qu'avec des idées, dix doigts, une gratte décorée et une machine, on arrive à construire des trucs qui tiennent la scène.

Cliquer sur l'image - click on the pic

SANS OUATE SANS OUATE SANS OUATE SANS OUATE

Voilà enfin la tête d'affiche, les rois de bêtises vu qu'ils viennent de Cambrai. Je vous rassure, ce n'est pas de moi, cette vanne à 2 balles vient des M26-7, nom de code pour Mouvement du 26 juillet. J'en dirai pas plus, je l'ai déjà écrit quelque part... Les M26-7 sont restés coincés entre LUDWIG von 88 et les BxN et comme en plus bien qu'ils soient cambrésiens, ils sont habiles de leurs doigts et ont des super idées de tubes comme Réveil Difficile sponsorisé par une grande enseigne de la distribution et une grande marque d'eau pétillante. Ces irrespectueux renvoient les FRERES JACQUES à l'école. L'ensemble du set fut du même acabit avec un vas-y Popol final qui ferait bien tout de même de subir un lifting, c'est Benoit maintenant ! Allez au travail les M26-7 (et sans bière), le monde (même au-delà de Bourlon) attend le petit frère de la première galette (des rois vu qu'on était alors le 6 janvier).

Cliquer sur l'image - click on the pic

M26-7 M26-7 M26-7 M26-7




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008