RONYX, GENJINI et MAGNUS DJ SET

Roubaix, la Cave aux Poètes,
le 28 juin 2004


Difficile de capter des DJs ! Il est vrai que sur la scène ça ne bouge pas beaucoup en dehors du choix des disques et d'éventuelles contorsions ou gesticulations rythmées. Pas évident de figer le feeling surtout que sur le plan DJs, je n'y connais rien, mais strictement rien. Et ce soir, j'étais servi : entre RONYX qui fait dans une "techno dancefloor" (dixit le site de La Cave aux Poètes) et MAGNUS DJ SET (projet DJ de Tom Barman (dEUS) & CJ Bolland), se trouvaient les GENJINI, pur groupe d'électro sans platine mais avec des machines qui font du bruit. Et comment en arriver là ? Pour ses 10 ans, la Cave aux Poètes s'était transformée en temple souterrain de la techno / électro / dance and Co. Elle affichait aussi sur ses murs une expo photorock de clichés du style "ceux que je n'ai pas osé mettre" ou "les groupes ont de l'importance, le décor encore plus", bref, des images où parfois il est impossible de savoir, sauf pour les initiés, de quel groupe il s'agit. D'ailleurs sans cet accrochage, je ne serais sans doute pas venu, ratant finalement une soirée dont les images ont de la peine à traduire l'ambiance. Celle-ci était aux vacances. La Cave au Poètes avait annexé un morceau du parking gris, le transformant avec des paillons et du matos de jardin, en une fenêtre ouverte la farniente agréable. Et pas besoin de s'enfoncer dans la pénombre laserizée de la Cave, une vidéo retransmettait en direct ce qui s'y passait, animant et colorant le mur. En bas, dans l'antre possédée un soir par les DJs, la salle s'animait. Les GENJINI avec leur électro bien soutenue aux mélodies volontairement accrocheuses, voire racoleuses, ont fait fort. Avec un light show à la hauteur réagissant aux doigts et à l'œil de RONYX, les GENJINI allumaient un feu dont profitèrent par les MAGNUS DJ SET qui enchaînèrent directement. Et avec eux fini l'électro, place à Ibiza, son sable et ses boums/boums trance danse etc Bref, sous les pavés de la cave, la plage ! Le sable, ce n'est pas mon fort, j'en ai profité pour m'éclipser et retrouver le béton urbain.

cliquer sur l'image - click on the pic























Frédéric Loridant
juin 2004

Frédéric Loridant ©2004