Retour à photorock.com

Contacts


SKAREKROWS - MANOR FREAKS


Lille,
La Chimère, le 20 décembre 2008

J'ai longtemps hésité, étais-je rue des Lilas à Ronchin avec Raymond Calbut ou dans la jungle de Jérôme Moucherot* ? Non, j'étais bien à la Chimère et mon doute venait du gratteux des SKAREKROWS, une sorte de Raymond Calbut armé d'une six cordes à moins que ce ne soit un Jérôme Moucherot tombé par hasard sur une scène... En tous cas, la ressemblance est troublante avec un côté prononcé pour le mauvais goût, notion qui se discute. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, les MANOR FREAKS nous ont plongé dans un crypto-rock où l'ombre de zombies vous enlace.

C'est bien noël, les SKAREKROWS venus en rennes avait mis leur chapeau, du moins 2 d'entre-eux vu qu'un singe ne porte à priori pas de chapeau et que Jérôme Moucherot alias Raymond Calbut ont le leur. Deux pères noël sur 4, ça devrait suffire. Surtout chargés de hottes remplies de bombes soniques bêtes et méchantes. Quant à Raymond et King Kong, les rois des riffs d'enfer et du martelage animal, ils se chargeaient de vider les hottes à toute vitesse. Et contre quelques euros, on pouvait repartir avec un LP plein de kados.

* : Respectivement de Tronchet et de François Boucq. A lire absolument

Cliquer sur l'image - click on the pic

SKAREKROWS SKAREKROWS SKAREKROWS SKAREKROWS

A l'origine, un refus au casting de Thriller de Michael JACKSON. Trop laids sans doute... Et voilà les MANOR FREAKS sortis de leur manoir pour venir se venger de l'affront. Vengeance réussie, le Michael a du vendre Neverland et est condamné à blanchir jusqu'à la transparence... Un sort pire que l'Omo de Coluche. Mais assoiffés de bières et de gros sons qui hantent toujours et encore ceux qui ont osé se frotter à eux, les MANOR FREAKS poursuivent leurs méfaits et les revoilà à Lille face à un groupe de fidèles contaminés lors du concert du feu Rêve d'Herbert. Et les FREAKS, ça ne s'usent pas, les MANOR ont toujours la rage, nous voilà dans une danse macabre qui en aurait envoyé plus d'un au bûcher il n'y a pas si longtemps que cela et aujourd'hui envoie les bigotes au bénitier. Jésus revient paraît-il le 25 décembre, en cire ou en terre-cuite dans les crèches ou encore en sucre dans les assiettes, les MANOR FREAKS étaient bien présents, en chair nécrosée et en os (et ne se mangent pas sous peine d'intoxication) dès le 20 décembre et pas dans une crèche mais dans un bar où coulait la bière. Le 25, ils hantaient toujours dans nos oreilles. De quoi oublier l'autre. On n'a pu qu'à espérer que rois mages rock and roll jihad apportent en 2009 autre chose que de l'encens, de l'or et de la myrrhe.

Cliquer sur l'image - click on the pic

MANOR FREAKS MANOR FREAKS MANOR FREAKS MANOR FREAKS




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008