Vendredi la menace planait sur Lille, samedi MENACE était à Lille ! Il fallait oser sortir, la neige paraît-il allait revenir, les autoroutes étaient interdites aux camions de minuit à midi, le froid était mordant et la DIR était sur les dents. Mais rater MENACE aurait été plus que dommage vu qu'à mon avis, on n'est pas prêt de les revoir. Ils ne sont plus tout jeune mais quelque part leurs vingt ans sont toujours là. Et même s'il n'y a plus que 2 membres d'origine et que MENACE frappe maintenant en trio, leur punk rock plus anglais que ça tu meurs, est plus que jamais dans le vent même d'hiver. Mais avant de braver les MENACE, les CHESHIRE CAT ont transformé le Sélect en batcave, suivies par des MISOGYNES adeptes d'un street punk bien calme.

Le duo de chattes se porte pour le mieux. Elles s'imposent les félines... Batterie lente et métronomique, basse qui plombe et voix qui porte, voilà de quoi attirer les corbeaux. Aucun n'était au rendez-vous, la température extérieure était trop basse sans doute pour les volatiles noirs. Par contre, nos CHESHIRE CAT ou leurs feulements ont eu du succès devant des punks pourtant venus uniquement pour voir leurs idoles de 1977. Mais difficile de résister à la froideur absolue de ces chattes de porcelaine.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CHESHIRE CAT CHESHIRE CAT CHESHIRE CAT CHESHIRE CAT

Les MISOGYNES ont fait court et ce fut tant mieux pour ma part. Je n'ai absolument pas accroché à leur musique, à chacun son truc... Résultat, je me suis retrouvé dehors avec quelques autres à taper du pied, grelottant, un cigarillos au bec et une bière bien réchauffante à la main.

Cliquer sur l'image - click on the pic

MISOGYNES MISOGYNES MISOGYNES MISOGYNES

Ils sont trois, exit le chanteur ! Ils accusent l'âge (1977, c'était au siècle dernier), deux sont estampillés d'origine (le batteur et le bassiste, Noel Martin, Charlie Casey et Finn Panton, le guitariste, Finn Panton, faisant aussi office de chanteur) mais ils n'ont rien perdu de leur superbe même s'il manque un peu d'aigus dans les voix. Dès le premier titre, on sait qu'on va passer un bon moment où la nostalgie n'aura même pas prise. Les Insane Society, I'm Civilized, G.L.C et autres Last Year Youth furent tous repris en chœur par un parterre tout acquis à la bonne cause. Une belle part du set était tout droit issu des seventies avec une incursion dans le MENACE des années 2000 (que j'avais zappées...) (C&A) pour terminer, par un rappel SPECIALS... Monkey Man. Juste un concert "beau et classe" comme dirait Loiseau !

Cliquer sur l'image - click on the pic

MENACE MENACE MENACE MENACE


WC3