Retour à photorock.com

Retour Contacts

MOMO LAMANA

Tournai,
le 13 février 2010

Un concert à Tournai pour Haïti ! Avec un paquet de groupes passant de la chanson française au métal en n'oubliant pas les danses folkloriques... Une fête familiale comme seuls les belges savent organiser même dans des conditions climatiques qui empêchent mon chat de courir la chatte dehors... Et moi aussi d'ailleurs, et je l'avoue, ce n'est pas la solidarité à Haïti qui m'a tiré de mon canapé (mon chat m'en veut toujours d'ailleurs de l'avoir réveillé) mais les MOMO LAMANA qui s'étaient glissés dans le programme, ce duo rock and roll valant très largement une sortie dans le grand froid et...

...fait aussi oublier les difficultés de se garer dans cette ville perpétuellement bondée... Et après moult péripéties, on se retrouve enfin place Astrid sous un chapiteau avec 4 pelés, 3 bourrés et 2 tondus... Les malheurs d'Haïti ne rameutent pas grand monde, du moins dans ce chapiteau car paraît-il, celui de la Grand'Place bordée de troquets était mieux rempli, place Astrid, il n'y a pas de bar... Mais à 20h30, les MOMO LAMANA étaient là pour apporter leur pierre à Haïti. Et ce n'est pas tous les jours que l'on arrive à croiser ce duo qui singulièrement me fait penser Poison Ivy et Lux Interior. La scène est un peu grande, la lumière est digne des grandes salles, un peu dure même et le décor, un drapeau d'Haïti et une banderole de l'UNICEF, ne sonne pas trop rock and roll. L'absence ou presque de public n'a aucunement gêné les MOMO LAMANA habitués à répéter dans une cave face à la chaudière (pour la chaudière, j'extrapole), au contraire, ils ont donné un excellent concert empruntant le meilleur de leurs 2 albums sans oublier les 2 reprises phares que sont Mata Te et Bambino chantés par Momo. Une basse (Momo), une guitare (Lamana), un clavier partagé entre Momo & Lamana et une boîte à rythme, le tout sous l'ombre inspiratrice de CRAMPS, de RAMONES ou d'un SUICIDE se trémoussant sur des rythmes hypnotiques béruriers. Les compos en deviennent diablement efficaces même sous un chapiteau trop vide. Un bon trois-quart d'heure de plaisir et même si on ne faisait pas la queue au bar, on n'a pas eu le temps ni même l'idée d'aller chercher une bière mais on n'a pas oublié un bifton pour Haïti en partant.

momolamana201.jpg
momolamana201.jpg
momolamana202.jpg
momolamana202.jpg
momolamana203.jpg
momolamana203.jpg
momolamana204.jpg
momolamana204.jpg
momolamana205.jpg
momolamana205.jpg
momolamana206.jpg
momolamana206.jpg
momolamana207.jpg
momolamana207.jpg
momolamana208.jpg
momolamana208.jpg
momolamana209.jpg
momolamana209.jpg
momolamana210.jpg
momolamana210.jpg
momolamana211.jpg
momolamana211.jpg
momolamana212.jpg
momolamana212.jpg
momolamana213.jpg
momolamana213.jpg
momolamana214.jpg
momolamana214.jpg
momolamana215.jpg
momolamana215.jpg
momolamana216.jpg
momolamana216.jpg
momolamana217.jpg
momolamana217.jpg
momolamana218.jpg
momolamana218.jpg
momolamana219.jpg
momolamana219.jpg
momolamana220.jpg
momolamana220.jpg
momolamana221.jpg
momolamana221.jpg
momolamana222.jpg
momolamana222.jpg
momolamana223.jpg
momolamana223.jpg
momolamana224.jpg
momolamana224.jpg
momolamana225.jpg
momolamana225.jpg
momolamana226.jpg
momolamana226.jpg
momolamana227.jpg
momolamana227.jpg
momolamana228.jpg
momolamana228.jpg
momolamana229.jpg
momolamana229.jpg
momolamana230.jpg
momolamana230.jpg



Frédéric Loridant / Photorock.com 2010
Valid HTML 4.01 Transitional