Retour à photorock.com

Retour Contacts


MONROE est MORTE


Lille, Le Dracir, le 19 janvier 2007

MONROE est MORTE ! Non ça ne se passait pas le 5 août 1962 au petit matin mais le 19 janvier, quand la ville dort, au Dracir à Lille à des milliers de kilomètres de la Cité des Anges. Aucune blonde voluptueuse en vue, rien que des mecs qui à la place du Chanel n°5 étaient dotés d'instruments destinés à nous asperger de fragances soniques. Mais difficile de dormir avec quoique qu'aujourd'hui, je doute que la Monroe, la vraie, sente encore le n°5 !

L'endroit est bondé, la scène, si on peut parler de scène, est tout au fond, presque inaccessible et totalement invisible si on n'est pas au premier rang par ailleurs déjà blindé par le cameraman et d'autres photographes dont une Eve brune à en oublier Marylin. Palliant le côté inaccessible de la scène, une vidéo diffusée sur grand écran permettait aux piliers du zinc et aux autres de suivre avec un différé de quelques milli-secondes ce qui se passait dans l'alcôve. MONROE est MORTE ne m'est pas tout à fait inconnu. Un BLACK BOMB A au chant (un autre au bar), un FOR YOUR MOMMY à la basse, un gratteux, champion de guitare classique, un autre que j'ai déjà croisé quelque part et un batteur sorti de je ne sais où. Un saut sur my space (du néocon Murdoch) m'avait permis d'écouter leur zique, sorte de néo-pop légèrement rock, bien faite mais manquant furieusement de peps, bref un truc qui ne m'aurait pas attiré au Dracir... Mais, bon, après (sept ans de) réflexion(s), je tente. Troublez moi ce soir les MONROE est MORTE... Disons le tout de suite, même si MONROE est MORTE ne sera pas sur ma table de chevet, l'approche my space n'est absolument pas représentative du concert que j'ai vu. Certes, on y trouve toujours ce fond néo-pop mais le démon se réveille la nuit et le rock revient en force balayant le saupoudrage acidulé. En chair et en os, MONROE est MORTE se lâche et ne fait pas dans la lingerie fine. Même six pieds sous terre, la Monroe version 2007 réveille les morts. La voix n'a rien à voir avec la ritournelle pop sucrée et Poun, le propriétaire de l'organe vocal, devient vite le roi de la piste, la première guitare se veut agressive, l'autre distille ses solos en surimpression, s'affranchissant des traditionnelles frimes virtuoses des hard rockeux, néo-métalleux et consorts tandis que la section rythmique laboure sans relâche. L'écoute my space doit vite être enterrée. Il est temps que Marylin sorte de sa caisse pour venir mettre en ligne du vrai MONROE est MORTE, ce ne serait que justice.

Cliquer sur l'image - click on the pic

monroeestmorte01 monroeestmorte02 monroeestmorte03 monroeestmorte04 monroeestmorte05
monroeestmorte01 monroeestmorte02 monroeestmorte03 monroeestmorte04 monroeestmorte05
monroeestmorte06 monroeestmorte07 monroeestmorte08 monroeestmorte09 monroeestmorte10
monroeestmorte06 monroeestmorte07 monroeestmorte08 monroeestmorte09 monroeestmorte10
monroeestmorte11 monroeestmorte12 monroeestmorte13 monroeestmorte14 monroeestmorte15
monroeestmorte11 monroeestmorte12 monroeestmorte13 monroeestmorte14 monroeestmorte15
monroeestmorte16 monroeestmorte17 monroeestmorte18 monroeestmorte19 monroeestmorte20
monroeestmorte16 monroeestmorte17 monroeestmorte18 monroeestmorte19 monroeestmorte20
monroeestmorte21 monroeestmorte22 monroeestmorte23 monroeestmorte24 monroeestmorte25
monroeestmorte21 monroeestmorte22 monroeestmorte23 monroeestmorte24 monroeestmorte25
monroeestmorte26 monroeestmorte27 monroeestmorte28 monroeestmorte29 monroeestmorte30
monroeestmorte26 monroeestmorte27 monroeestmorte28 monroeestmorte29 monroeestmorte30
monroeestmorte31 monroeestmorte32 monroeestmorte33 monroeestmorte34 monroeestmorte35
monroeestmorte31 monroeestmorte32 monroeestmorte33 monroeestmorte34 monroeestmorte35
monroeestmorte36        
monroeestmorte36



Frédéric Loridant / Photorock.com 2007