Photorock
NÂRÂYANA

au
Le Biplan
Lille, le 06 juin 2003

Il y a quelques temps, Vince, le seul, l'unique, n'avait refilé une démo d'un groupe reggae et d'ailleurs, n'étant pas fan du genre, je l'avais zapper en deux ou trois morceaux avant de le replacer dans son boîtier plastique.

Juin s'annonce ainsi qu'un creux dans les concerts ! La semaine était désespérément vide de toute sortie musicale quand un mail tomba dans ma boîte. Le pire est qu'il était en HTML, illisible en mode texte, mais il venait de Vince et la sagesse maintenant m'a appris à ne plus appuyer trop rapidement sur la touche Suppr surtout quand ça vient de Vince.

Enfin un concert ! La lecture du nom NÂRÂYANA me disait quelque chose et fouillant des piles de CD, je suis retombé sur la galette en me promettant de l'écouter avant d'y aller (éventuellement).

Et bien j'avais zappé trop vite. Il est vari que les premiers morceaux font dans un reggae agréable qui n'a entraîné chez moi aucun phénomène de rejet. Et à partir du 6, quand des bâtons à vents plus des percus se mettent en branlent dans un délire « world », on se serait cru plongé dans un festival space hippies où ne se croisent que des fumeurs de joints. Une première claque ! Et pour éviter de retomber dans le classique, voilà que le suivant commence très métal avec un intro à la STUPEFLIP (elle même inspirée d'ailleurs... RAMSTEIN ?) annonçant des couplets reggae-isants sur des refrains métal (ou l'inverse) ! Deuxième claque ! La troisième arriva quand mon ampli prit feu ! (véridique). Ce désastre m'a quand même appris que ce n'est donc pas Johnny qui allume le feu mais bien NÂRÂYANA. Bien entendu, le vendredi j'étais au Biplan pour voir NÂRÂYANA en direct live, voir si sur scène, ils arrivent à retranscrire les ambiances très particulières et très space de l'album.

Pari gagné, sur scène NÂRÂYANA comme sur CD, c'est décoiffant. Je compare volontiers leur musique avec du OZRIC TENTACLES tendance reggae / ska, la puissance en moins. L'esprit space est là, le reggae est là et le ska aussi. Pas une minute d'ennui, le public malheureusement trop peu nombreux, s'éclatait visiblement sur cette World Space Reggae Ska Metal jouée sans faute par des musiciens qui visiblement y prenait plaisir. Pas de faute de goût, pas de plagiat flagrant, juste une recherche dans les genres qui les a poussés à redécouvrir les expériences des groupes de space rock anglais, allemands ou scandinaves qui ont une sacrée longueur d'avance sur nous pauvres français empêtrés dans Star Academy ou dans les diktats des radios et des majors. D'origine bretonne, c'est l'ensemble de l'hexagone que les NÂRÂYANA doivent conquérir maintenant et sûr qu'après les festivals d'été (si les programmateurs ne les ont pas oubliés), on risque de réentendre parler d'eux.

cliquer sur l'image - click on the pic

NARAYANA NARAYANA NARAYANA NARAYANA NARAYANA
NARAYANA NARAYANA NARAYANA NARAYANA NARAYANA NARAYANA

NARAYANA NARAYANA NARAYANA
NARAYANA NARAYANA NARAYANA

Frédéric Loridant
juin 2003

Frédéric Loridant ©2003