retour à Photorock
Retour / Back


ISSUE de SECOURS - NO FLAG

la Fête o Tarés, Lille Maison Folie de Wazemmes,
Lille, le 19 mai 2006



25 ans ! Non ce n'est pas la peine qu'il faudrait infliger à certains politiques pour détournement, prévarications menteries et autres tripatouillages. 25 ans est le premier quart de siècle du Carré des Halles et souhaitons pouvoir assister au second... Pas mal de groupes répondaient à l'appel pour cette Fête O Tarés dont ce premier soir, MORANGE - CROSS 9 - TRI[BALLES] - ISSUE de SECOURS - TOXIC WASTE - SCOTTLAND - NO FLAG - TAGADA JONES et BLACK BOMB A. Beaucoup de groupes, une tendance rock-métal bien affichée et l'assurance de vivre une vraie tuerie avec le final. De beaux plans en perspectives mais...

J'ai débuté la soirée à la brasserie avec ISSUE de SECOURS qui fait dans un rock and roll français sonnant bien la grande époque sans pour autant la copier servilement. L'adjonction d'un second guitariste que l'on croise d'ailleurs aussi derrière des fûts (et pas seulement ceux qui sont alimentent les pompes) donne plus de volume au groupe et surtout plus de liberté au Pierrot chanteur/guitariste qui en profita d'ailleurs pour montrer ses mollets poilus. Par contre le set m'a paru fort court faute au temps imparti mais surtout au rythme effréné donné par le groupe, les compos s'enchaînant sans heurt et sans jamais baisser d'intensité. Bref, du bon rock and roll qui fait plaisir à voir et à entendre.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ISSUE de SECOURS ISSUE de SECOURS ISSUE de SECOURS ISSUE de SECOURS ISSUE de SECOURS

Un saut dans la salle à côté, la grande, celle réservée aux têtes d'affiche pour assister découvrir un NO FLAG nouvelle version. Mika, le bassiste a en effet décidé d'arrêter de caresser le manche pour s'occuper du micro et ce changement est plutôt réussi, le Mika après un morceau de préchauffage, s'est emparé de la scène, la parcourant en long en large et en travers, zigzagant entre ses compère, sautant à l'occasion et surtout scrutant le public avec intensité. A se demander s'il ne lui jetait pas des sorts, le poussant à devenir animal pogotant avant de l'inviter à envahir la scène rendant obsolètes les crash barrières. Mazis entre temps, la venue du chanteur des BLACK BOMB A pour un duo qui en tua plus d'un dont...

Cliquer sur l'image - click on the pic

NO FLAG NO FLAG NO FLAG NO FLAG NO FLAG

ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 putain d'appareil photo ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 rien à faire ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 OMAR M'A TUER ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 non pas Omar, NO FLAG M'A TUER ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 interrupteur sur OFF et plus de redémarrage...Saleté d'obturateur !

Et ce n'est que d'un oeil que j'assistais au final imposant de NO FLAG, l'autre scrutant les ultimes soubresauts de mon canon à l'agonie... Des flashs "nous nous excusons pour cette interruption momentanée de l'image" s'allumaient dès que je fermais les yeux... Pendant ce temps, la foule avait envahie la scène offrant au NO FLAG une consécration digne de leur retour sur les planches. Et paraît-il, ce n'était qu'un entraînement avant la sortie de leur skeud en septembre. On devrait entendre parler d'eux prochainement.

Et c'est en me lamentant, en invoquant les dieux, espérant une résurrection improbable, que je gagnais la brasserie où les pères et pairs d'ISSUE de SECOURS, les TOXIC WASTE allaient foutre le feu. Les déchets toxiques, ça me connaît, je les ai déjà croisés dans de nombreuses occasions et dans de nombreux lieux et le concert de ce soir fut l'un des meilleurs qu'il m'ait été donné de voir. Tout fonctionnait à merveille, des lights à la hauteur du groupe, un son nickel, des musicos branchés au 380volts et des titres anciens et nouveaux rudement efficaces. Et toujours ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99 ERROR99. Ah la technique ! C'est d'autant plus rageant que les TOXIC WASTE se donnaient à fond. O rage ! O désespoir ! Dur de se sentir impuissant devant la technique.

Et la suite allait encore agrandir l'abîme de ma frustration. Regagnant la grande salle, me collant dans un coin à l'ombre jetant juste un oeil sur la scène pour voir ce qui allait se passer sans vraiment de goût, j'ai pris une claque dès l'arrivée de TAGADA JONES qui se passe de préchauffage, se donnant à fond dès la première mesure avec un chanteur monté sur ressort. Dans le public, c'est le délire, on grimpe sur scène, on se jette dans la foule au milieu de pogos déchaînés qui en laissa plus d'un sur le carreau, coup de coude dans l'oeil, dans le nez ou tout simplement coup de pompe. Mais à chaque forfait, les TAGADA JONES en ramenaient 10 dans la fosse aux lions. Impressionnant ! J'en avais presque oublié mon appareil hors jeux depuis déjà trop longtemps et je n'en avais pas 10 pour le remplacer. Ah qu'est ce que j'aurais été bien à surfer sur les vagues et saisir à l'arrache, les envols du chanteur...

La salle était surchauffée, un peu déprimé face à mon impuissance, j'emmenais mon sac vers la brasserie et là, re-frustration... Toujours l'ERROR99 et un SCOTLAND en pleine forme débitant à la hache les bombes larguées au siècle dernier par AC/DC. Et ce ne sont pas des reprises à deux balles, SCOTLAND vit vraiment le groupe australien et en fermant les yeux, en se laissant divaguer, on s'y croirait presque, au centre Bon Scott, à droite, Angus.... je me perd...

Le dernier concert m'a achevé, BLACK BOMB A se chargeant de me faire toucher le fond avec en plus Hervé me souhaitant avec le sourire juste avant, de faire de belles images. Des images... Elles sont justes dans ma carte mémoire, celle situées entre mes oreilles et très difficilement restituables en l'état actuel de la science... Ce fut tout simplement une tuerie. BLACK BOMB A, sa batterie incroyablement juste et efficace, ses chants en duo à plusieurs étages, ses riffs cinglants surfant sur une basse digne du marteau de Vulcain, a tout rasé sur son passage rendant inapte le public à tout sauf à entrer dans la sarabande infernale. C'en était trop, des ERROR99 clignotaient partout dans ma tête. Il ne me restait plus que quelques images dont deux limites montables montrant Mika de NO FLAG en duo avec Arno des BLACK BOMB A. Je les garde quand même, ce furent les dernières de mon Canon - RIP - Drôle de chant du cygne. Curieux cygnes en tout cas.

Frédéric Loridant / Photorock - mai 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur !
Préférez un navigateur libre comme Firefox / Mozilla - Opera - Camino (for Mac) ou un autre (Galeon, Epiphany, Amaya, Dillo...)

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional